Melilla veut une liaison maritime avec Nador

2 janvier 2021 - 20h40 - Espagne - Ecrit par : G.A

Les opérateurs économiques de Melilla travaillent à améliorer et à rendre plus performants les échanges commerciaux avec la région frontalière de Nador. À cet effet, la confédération des entrepreneurs de Melilla (CEME) souhaite la mise en place d’une ligne maritime entre l’enclave et le port de Béni Ansar, pour une fluidité du transport de passagers et de marchandises.

En attendant que les frontières encore fermées ne s’ouvrent, le président de la CEME a souligné qu’une ligne maritime pourrait relancer le commerce et les échanges entre les deux régions. À l’issue d’une récente rencontre ayant réuni le président de l’autorité portuaire du port de Melilla, le président du gouvernement local et le patronat local, il a été conclu que l’essor économique et commercial de la ville passe désormais par la réactivation de son activité portuaire.

Les opérateurs de l’enclave, asphyxiés par la crise sanitaire et la fermeture des frontières avec le Maroc, sont du même avis. La mise en place d’une desserte directe entre le port de Beni Ansar et la ville autonome serait bénéfique pour les deux parties. La compagnie maritime espagnole Balearia serait même intéressée pour assurer cette liaison.

Elle dispose de deux navires, capables de faire face à la demande, que ce soit le transport de passagers ou de marchandises. Cela reste une véritable opportunité d’affaires pour les deux parties. Le Maroc en se laissant embarquer dans une telle aventure aura la possibilité d’écouler son poisson, ses fruits et légumes et du matériel de construction (granulat principalement). Mais le revers, selon lesecos.ma, est que c’est l’enclave de Melilla qui réalisera d’importantes recettes au détriment du Maroc.

Quelques jours après la fermeture des frontières, les autorités et les opérateurs de l’enclave envisageaient rediriger le commerce vers l’Algérie. Mais ils ont changé d’avis, optant pour la « coopération » avec le Maroc et pour « le renforcement des relations commerciales qui existent depuis des siècles ». Les opérateurs de l’enclave espèrent désormais que cette proposition d’une ligne maritime pour booster les échanges commerciaux soit débattue durant le sommet bilatéral prévu en février entre le Maroc et l’Espagne, précise la même source.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Nador - Coopération - Importations - Exportations - Melilla

Aller plus loin

Bientôt une ligne maritime Arabie-Saoudite-Maroc via Israël

Une nouvelle liaison maritime reliera dans les prochaines semaines un port d’Arabie Saoudite et ceux d’Agadir et de Dakhla via Israël.

Le Maroc veut asphyxier Melilla et Sebta

Les nombreux projets de développement lancés par le roi Mohammed VI dans le Nord du Maroc pourraient à terme étouffer économiquement les villes de Sebta et Melilla.

La liaison maritime entre Tarfaya et les Îles Canaries démarre bientôt

Après un léger retard, le processus de sélection d’une compagnie maritime pour l’exploitation d’une ligne maritime mixte (passagers et marchandises) entre le port de Tarfaya et...

Melilla condamnée à coopérer avec le Maroc

Melilla n’a pas d’autre choix que de préserver ses relations économiques et commerciales avec le Maroc. C’est du moins ce qu’affirment des spécialistes qui ont nourri des...

Ces articles devraient vous intéresser :

Accord de pêche : le Maroc et l’UE font le point

La quatrième Commission mixte de l’Accord de partenariat dans le domaine de la pêche durable entre l’Union européenne et le Maroc s’est réunie les 9 et 10 novembre à Rabat.

Le Maroc contraint d’importer du blé

Le Maroc se tourne une fois de plus vers le marché international pour augmenter ses importations de blé afin de compenser la baisse considérable de sa production durement touchée par la sécheresse cette année.

Le Maroc peut-il résoudre la crise énergétique de l’Europe ?

Le Maroc ambitionne de produire 52 % de son énergie à partir de sources renouvelables d’ici à 2030 pour en exporter une grande partie vers l’Europe par le biais de câbles sous-marins. Va-t-il prioriser l’exportation au détriment de la satisfaction de...

Après les tomates, le Maroc « inonde » l’Europe de poivron

Après la tomate, le poivron. Le Maroc confirme de plus en plus sa place d’exportateur de poivron, notamment vers l’Europe, avec une forte augmentation de 45 % des exportations ces dernières années.

Maroc : faire du thé à la menthe coûtera plus cher

Les prix du thé vert sont restés stables au Maroc, malgré la volatilité des cours internationaux des matières premières. Mais jusqu’à quand cette stabilité sera-t-elle maintenue ?

Tomate marocaine : le nouveau cauchemar des producteurs français

Face à l’augmentation des importations de tomates marocaines, les producteurs français expriment leur inquiétude et pointent du doigt une concurrence déloyale.

Maroc : Une baisse record des exportations d’oranges

Les exportations marocaines d’oranges ont considérablement chuté au cours des huit premiers mois de 2023, s’établissant à 30 000 tonnes contre 109 000 tonnes en 2022.

Maroc : record d’exportations d’avocat, mais à quel prix ?

Les agriculteurs marocains continuent de produire de l’avocat destiné à l’exportation, malgré le stress hydrique que connaît le royaume. Le volume des exportations de ce produit a déjà atteint 30 000 tonnes.

Maroc : record des exportations automobiles

L’industrie automobile marocaine atteint un record jamais réalisé à l’export. À fin septembre dernier, les exportations se sont établies à 77,68 milliards de dirhams, soit leur plus haut niveau durant la même période des cinq dernières années.

Mohammed VI et le pari gagnant de l’ouverture en Afrique

Le Maroc a connu une croissance économique assez soutenue depuis 2000, après l’accession au trône du roi Mohammed VI. Le royaume prend des mesures pour attirer les investissements étrangers et devenir une grande puissance régionale.