Mina El Hammani dénonce les discours de haine envers les immigrés en Espagne

27 février 2022 - 16h40 - Espagne - Ecrit par : P. A

L’actrice marocaine, Mina El Hammani, est devenue célèbre en Espagne à l’âge de 24 ans, après des années d’effort et de sacrifice, deux valeurs que lui ont inculqué ses parents. Elle dénonce les discours de haine envers les immigrés, dont elle continue d’être également victime.

Née d’un père marocain qui a immigré en Espagne et a travaillé dans le BTP, et d’une mère qui a été employée à l’ambassade marocaine à Madrid en tant que cuisinière, Mina a travaillé dur pour décrocher son premier rôle de figurant dans « El Príncipe » avant d’obtenir le rôle important de Nur qui l’a rendue célèbre. « J’étais passée de Mina descendant acheter du pain en pyjama à une actrice célèbre. Et c’est difficile à gérer », explique-t-elle dans un entretien à El Mundo.

A la question de savoir si elle n’a pas marre de jouer des rôles de personnages arabes, Mina répond que depuis enfant, elle n’a « jamais regardé l’origine des personnages », car cela « conditionne d’où tu viens ». « C’est important que je le dise parce que cela me dérange que les gens prennent des choses de ma vie pour acquis. Si beaucoup de personnes d’autres origines peuvent opter pour des textes arabes, pourquoi l’inverse ne serait-il pas possible ? », se demande-t-elle.

À lire : Espagne : les messages de haine envers les migrants mineurs se multiplient

La jeune actrice précise qu’elle a eu du mal à faire comprendre aux gens qu’elle est une « actrice au-delà de [ses] origines ». Mina dit souffrir de ne plus avoir de vie privée. « Si tu vas à un endroit pour la première fois et qu’on te reconnait, tu ne prends plus autant de plaisir pour y retourner… Ça me manque de descendre acheter du pain et de ne pas me faire prendre en photo », déplore-t-elle.

Mina rassure qu’elle garde la tête sur les épaules parce qu’elle sait d’où elle vient et a reçu une bonne éducation de ses parents. « Je ne me suis jamais cru plus important que quelqu’un. Et je ne parle pas que des acteurs, je parle des gens qui croient qu’ils ont plus de droits que les autres parce qu’ils sont nés dans un pays riche et qu’ils ont des revenus élevés, je le vis depuis que je suis petite », souligne-t-elle, dénonçant les discours de haine envers les immigrés. « Quand je passe à la télévision, je ne suis plus le Maure, je suis l’Arabe », dénonce-t-elle.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Cinéma - Racisme - Femme marocaine - Mina El Hammani

Aller plus loin

Espagne : les messages de haine envers les migrants mineurs se multiplient

Selon l’Observatoire espagnol du racisme et de la xénophobie (OBERAXE), environ 30 % des publications enregistrées sur les réseaux sociaux au cours des mois de juillet et d’août...

Les Marocains d’Espagne évitent de se prononcer sur les questions « marocaines »

Les Marocains résidant en Espagne ou les Espagnols d’origine marocaine, dont les plus en vue comme Morad, Mo Katir, En-Nesyri, Mina El Hammani, etc. préfèrent se murer dans le...

L’UE maintient la veille contre les messages haineux en ligne

Plus de 60 % des messages de haine provenant des internautes de l’union européenne ont été supprimés en l’espace d’un mois et demi sur les plateformes de réseaux sociaux, selon...

Mina El Hammani (Elite) évoque le racisme sur les réseaux sociaux

Invitée de l’émission “El Hormiguero” de Pablo Motos, l’actrice madrilène d’origine marocaine Mina El Hammani, qui a joué le rôle de Nadia dans la série « Elite », a déclaré...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : Les femmes toujours "piégées" malgré des avancées

Le Maroc fait partie des pays de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord qui travaillent à mettre fin aux restrictions à la mobilité des femmes, mais certaines pratiques discriminatoires à l’égard des femmes ont encore la peau dure. C’est ce...

Maroc : pas de congé menstruel pour les femmes fonctionnaires

La proposition de loi visant à instaurer un congé menstruel, d’une durée ne dépassant pas deux jours par mois, en faveur des femmes fonctionnaires n’a pas reçu l’assentiment du gouvernement.

Des milliers de Marocains privés d’IPTV

Des milliers de Marocains amateurs de films, de séries et de télévision par Internet (IPTV) ont été récemment touchés par une action des forces de l’ordre européennes. Europol et le Service néerlandais d’informations et d’enquêtes fiscales (FIOD) ont...

Du nouveau sur le film Gladiator 2 tourné en partie au Maroc

Après une suspension due à la grève des acteurs de cinéma d’Hollywood, le tournage du film américano-britannique Gladiator à Malte reprend bientôt. Une partie du film a été déjà tournée à Ouarzazate, au Maroc.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Ramadan et menstrues : le tabou du jeûne brisé

Chaque Ramadan, la question du jeûne pendant les menstrues revient hanter les femmes musulmanes. La réponse n’est jamais claire, noyée dans un tabou tenace.

Rapport inquiétant sur les violences faites aux femmes marocaines

Au Maroc, les femmes continuent de subir toutes sortes de violence dont les cas enregistrés ne cessent d’augmenter au point d’inquiéter.

Haine envers les Marocains : prison ferme prononcée par la justice

Le parquet de Valence spécialisé dans les délits de haine a requis trois ans de détention contre un homme accusé de diffusion d’informations mensongères sur les réseaux sociaux ciblant les musulmans, notamment Marocains.

Gladiator 2 en tournage au Maroc dévoile son casting

Le casting de Gladiator 2 qui sera bientôt en tournage à Ouarzazate, au Maroc et dont la sortie est prévue le 22 novembre 2024, vient d’être dévoilé.

Femmes ingénieures : le Maroc en avance sur la France

Au Maroc, la plupart des jeunes filles optent pour des études scientifiques. Contrairement à la France, elles sont nombreuses à intégrer les écoles d’ingénieurs.