Lycées français au Maroc : le coronavirus plombe le paiement des frais de scolarité

22 mai 2020 - 16h00 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

Les familles ayant leurs enfants dans les écoles françaises au Maroc éprouvent des difficultés à payer les frais à cause de la crise liée au coronavirus. Une enquête réalisée du 1ᵉʳ au 5 mai par le Groupement des associations des parents d’élèves des établissements de l’enseignement français au Maroc, révèle que 3 familles sur 10 ne peuvent pas payer la scolarité de leurs enfants.

Trois familles sur 10 ne peuvent pas payer la scolarité de leurs enfants, tandis que 54 % ne peuvent régler qu’une partie et 17 % la totalité de la facture. Tel est le résultat de l’enquête menée par le Groupement des associations des parents d’élèves des établissements de l’enseignement français au Maroc. Une enquête dont l’objectif est d’évaluer l’impact de la pandémie du covid-19 sur la situation financière des familles françaises au Maroc. L’enquête révèle que 68 % des parents sont en arrêt d’activité, et ont subi une réduction de salaire ou ont perdu leurs emplois. Neuf sur dix souhaitent un allègement des frais de scolarité du troisième trimestre, rapporte L’Économiste. L’enquête a porté sur 3 429 familles, soit 5 413 élèves. Le réseau d’établissements en gestion directe de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE) au Maroc compte 19 959 inscrits.

À cause des frais supplémentaires pour l’apprentissage à distance de leurs enfants, 54,4 % des familles sont favorables à une réduction d’au moins 50 %, tandis que 37,4 % espèrent une diminution entre 20 et 30 %. Il ressort de l’enquête que chaque foyer a déboursé 4 600 DH pour garantir la continuité de l’enseignement à distance, pour 8 millions de DH comme dépense globale.

Les parents des enfants du primaire sont les plus nombreux à exprimer leur insatisfaction, par rapport à l’enseignement à distance. 56 % des parents trouvent cet enseignement très peu efficace. Les parents sont souvent obligés de jouer aux enseignants, de travailler pendant plusieurs heures par jour avec les plus jeunes qui sont dépendants. Face à cette situation révélée par l’enquête, le Groupement demande une facture négociée à cause du surcoût supporté par les familles. La même source renseigne que pour les parents, il est important de penser à une remise à niveau de l’enseignement à distance proposé. Pour leur permettre de faire face à la crise sanitaire, le groupement revendique le gel des augmentations de frais pour les trois années à venir et un moratoire sur les travaux non engagés.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Education - Enquête - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Enseignement français au Maroc : les parents d’élèves obtiennent le payement par échelonnement

L’Association des parents d’élèves de l’enseignement français au Maroc (APEEF) a pu obtenir le payement par échelonnement des frais de scolarité restés en suspens, à cause de la...

Maroc : des établissements français fermés à cause du Covid-19

Plusieurs enseignants ont été testés positifs au Covid-19 au lycée Descartes de Rabat. En conséquence, l’administration a décidé dimanche, de fermer provisoirement le lycée afin...

Ces articles devraient vous intéresser :

L’Institut musulman Al Cham à Montpellier fermé par la Préfecture

L’Institut Al Cham, établissement religieux musulman situé à Montpellier, a été fermé suite à un contrôle administratif inopiné mené par la préfecture. Les autorités ont constaté que l’établissement accueillait illégalement des enfants mineurs de moins...

Atteint par le Covid-19, Noussair Mazraoui donne de ses nouvelles

L’international marocain Noussair Mazraoui a reçu le soutien de ses fans qui ont appris qu’il a attrapé le Covid-19 lors de sa participation à la coupe du monde Qatar 2022. À son tour, il leur a exprimé sa gratitude.

Maroc : constat inquiétant pour les élèves

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a publié les résultats du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) pour 2022, révélant des difficultés majeures dans l’apprentissage au sein de l’école...

Maroc : des centres pour former les futurs mariés

Aawatif Hayar, la ministre de la Solidarité, de l’intégration sociale et de la famille, a annoncé vendredi le lancement, sur l’ensemble du territoire du royaume, de 120 centres « Jisr » dédiés à la formation des futurs mariés sur la gestion de la...

Vacances scolaires : alerte d’Autoroute du Maroc

La Société Nationale des Autoroutes du Maroc (ADM) a recommandé aux usagers de se renseigner sur l’état du trafic à l’occasion des vacances scolaires qui débutent ce week-end.

Très difficile d’envoyer de l’argent aux étudiants marocains en Russie

Le gouvernement a apporté des clarifications concernant la loi de change en vigueur, notamment le mode opératoire des transferts d’argent pour les étudiants marocains à l’étranger. Les mères de familles marocaines peuvent toujours soutenir leurs...

Écoles françaises au Maroc : polémique sur l’homosexualité

Chakib Benmoussa, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement primaire et des Sports, s’est exprimé sur l’adoption par des institutions éducatives étrangères au Maroc de programmes promouvant l’homosexualité.

Maroc : les gifles toujours présentes à l’école

Une récente enquête du Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS) lève le voile sur la persistance de pratiques de punitions violentes dans les établissements scolaires marocains.

Maîtrise de l’anglais : le Maroc à la traîne

Alors que les Marocains délaissent de plus en plus le français pour l’anglais, le Maroc est encore à la traîne quant à la maitrise de langue de Shakespeare.

L’enseignement de la langue amazighe généralisé dans les écoles marocaines

Le ministère de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports vient d’annoncer son plan de généralisation de l’enseignement de la langue amazighe dans tous les établissements du primaire d’ici à l’année 2029-2030.