Querelle entre Mohammed Moussaoui et Chems-eddine Hafiz

28 mars 2021 - 23h40 - France - Ecrit par : S.A

Mohammed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman (CFCM) a réagi aux propos de Chems-eddine Hafiz, recteur de la Mosquée de Paris qui l’a accusé de se « cacher derrière les statuts » de son organisation pour continuer à avoir des contacts avec le CIMG Milligorüs et le Comité de coordination des musulmans turcs de France (CCMTF). Ces deux fédérations ne sont pas signataires de la charte des principes pour l’islam de France.

Une mise au point pour dénoncer le double langage du recteur de la Grande Mosquée de Paris. Dans un communiqué, le président du CFCM a fait savoir que Chems-eddine Hafiz a déclaré sur la chaîne LCI qu’il ne pouvait pas se mettre autour de la même table que les fédérations (CIMG ’Milligorüs » et CCMTF « Comité de Coordination des musulmans turcs de France ») qui ont refusé de signer la charte des principes pour l’islam de France. Aussi, a-t-il précisé qu’à travers ces deux fédérations l’État turc s’ingère dans les affaires de la France.

« Dans cette même émission, le recteur m’accuse de me “cacher derrière les statuts du CFCM” pour continuer à avoir des contacts avec ces fédérations », a poursuivi Mohammed Moussaoui, avant de rappeler que « le même recteur a invité l’ambassadeur et représentant de l’État turc en France à un déjeuner convivial, le 16 mars 2021, à la mosquée de Paris ». Aussi, a-t-il rappelé que Chems-eddine Hafiz a rencontré le président du CCMTF, longuement à la mosquée de Paris le 12 mars 2021.

Mohammed Moussaoui reconnaît avoir organisé effectivement une réunion du bureau du CFCM, le 17 mars 2021, afin de désigner l’aumônier national des prisons, conformément à l’engagement pris, en octobre 2020, par le CFCM devant le ministre de la Justice. « Les responsables de ces deux fédérations, en leur qualité de membres élus du bureau du CFCM, ont participé à cette réunion », a-t-il précisé, avant de battre en brèche les accusations portées contre sa personne.

« Ce que le recteur qualifie abusivement de “se cacher derrière les statuts du CFCM” est en réalité le respect des règles qui régissent le CFCM conformément à loi de la République sur les associations, explique Mohammed Moussaoui. En vrai républicain, je ne peux transgresser les lois de la République et en même temps critiquer ceux qui n’ont pas signé la charte des principes pour l’islam de France. D’autant plus que cette charte met le respect des lois de la République au cœur de ses engagements ».

« Quant au recteur de la mosquée de Paris, rien ne l’obligeait à organiser ces rencontres avec ceux qu’il fustige et dénonce et à forte raison dans les formats qu’il a choisis », souligne le responsable, affirmant que « cette réalité des faits montre clairement l’incohérence de l’action du recteur de la mosquée de Paris et son double langage malgré ce qu’il prétend être ».

Sujets associés : France - Paris - Religion - Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) - Mohammed Moussaoui - Islam

Aller plus loin

Conseil national des imams : la mosquée de Paris revient sur sa décision

Quelques jours après s’être retiré du projet de création du Conseil national des imams (CNI), Chems-Eddine Hafiz, recteur de la grande Mosquée de Paris (GMP) est revenu sur sa...

Retrait de la mosquée de Paris du projet du Conseil national des imams

Chems-Eddine Hafiz, recteur de la grande Mosquée de Paris (GMP) a décidé de se retirer du projet de création du Conseil national des imams (CNI) voulu par le président français...

Mohammed Moussaoui : « Le slogan du “tous pourris” a frappé l’instance représentative du culte musulman »

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) traverse une crise profonde ces derniers mois. Son président Mohammed Moussaoui se désole de constater que « le slogan du “tous...

La Grande Mosquée de Paris n’est plus membre du CFCM

La Grande Mosquée de Paris et trois fédérations fondatrices du Conseil français du culte musulman (CFCM) se retirent définitivement de l’instance. Elles évoquent la gestion à...

Ces articles devraient vous intéresser :

Cimetières au Maroc : entre abandon et insécurité

La gestion des cimetières pose problème au Maroc. Selon un rapport du ministère de l’Intérieur, les sites existants sont saturés ou en état de dégradation et les collectivités territoriales peinent à les réhabiliter et à identifier des terrains viables...

Maroc : voici la date de l’Aid Al Mawlid Annabaoui

Le mois de Rabie-I 1445 de l’hégire débutera le dimanche 17 septembre 2023 et Aïd Al Mawlid Annabaoui célébré le jeudi 28 septembre, a annoncé le ministère des Habous et des affaires islamiques.

Une prière musulmane à l’aéroport de Roissy fait polémique

Augustin de Romanet, PDG d’ADP a réagi à une prière collective réunissant une trentaine de musulmans dimanche 5 novembre dans une salle d’embarquement de l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle, et qui a soulevé de vives polémiques.

Maroc : Ahmed Assid dénonce la répression des voix d’opposition par l’astuce des mœurs

Dans un podcast, l’universitaire et activiste amazigh Ahmed Assid s’est prononcé sur plusieurs sujets dont la répression des voix contestataires au Maroc, la liberté d’expression ou encore la laïcité.

Ramadan 2023 : le Maroc envoie des imams en Europe

Afin d’assurer l’accompagnement et l’encadrement religieux des Marocains résidant à l’étranger (MRE), la Fondation Hassan II a annoncé l’envoi en Europe de 144 universitaires, prédicateurs et récitateurs du Coran durant tout le mois de Ramadan 2023.

Hijab et football féminin : Le Conseil d’État maintient l’interdiction

L’interdiction du port du hijab lors des compétitions de football féminin, qui est en vigueur depuis 2016, a été confirmée par le Conseil d’État jeudi.

Voici la date de l’Aïd al-Adha 2023 au Maroc

Les calculs astronomiques indiquent que la fête de l’Aïd al-Adha 2023 sera célébrée au Maroc cet été. Quelle date retenir ?

Christophe Galtier : garde à vue pour discrimination raciale

L’ex-entraîneur de l’OGC Nice, Christophe Galtier, ainsi que son fils, John Valovic-Galtier, ont été placés en garde à vue ce vendredi dans le cadre d’une enquête portant sur des allégations de discrimination au sein du club.

Voici la date de début du mois de ramadan au Maroc

L’expert marocain en astronomie, Hicham El Aissaoui vient de prédire la date de début du mois de ramadan 2023 au Maroc.

Guingamp : tags racistes découverts sur la mosquée, enquête en cours

La mosquée de Guingamp, dans les Côtes-d’Armor, a été ciblée dans la nuit du jeudi 7 au vendredi 8 décembre 2023 par des tags islamophobes. Une première en 40 ans.