Le procès de Mounir Kiouh, présumé tueur de Théa, à nouveau reporté

4 mars 2022 - 16h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

La chambre criminelle de Tétouan a décidé jeudi de reporter à nouveau le procès en appel de Mounir Kiouh, un Marocain résidant à l’étranger (MRE) poursuivi pour l’assassinat de Théa Gramtine, un bébé de 2 ans, décédé le 10 novembre 2005 en milieu hospitalier suite aux coups fatals qu’il lui avait portés dans l’appartement familial à Namur.

La chambre criminelle de Tétouan a reporté à nouveau le quatrième procès de Mounir Kiouh, 40 ans, sans toutefois communiquer sur la date de la nouvelle comparution, rapporte L’Avenir. La famille de la petite victime a décidé de se rendre au Maroc lorsque le procès sera fixé. En février, ce procès avait été reporté au 3 mars 2022, afin de permettre à toutes les parties convoquées d’y participer.

À lire : Maroc : le procès du MRE poursuivi pour l’assassinat d’un bébé reporté

Mounir Kiouh était le nouveau compagnon de Jennifer Devos, la maman de la petite Théa. Celle-ci était absente au moment des faits. En Belgique, le présumé meurtrier avait été placé sous mandat d’arrêt, puis libéré après 18 mois de détention préventive. Il avait comparu libre devant le tribunal correctionnel de Namur en juin 2011, et avait écopé de 15 ans de prison ferme pour coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner.

À lire : Un MRE rejugé au Maroc pour l’assassinat d’un bébé

Insatisfait, il avait fait appel. Il sera condamné par défaut à la même peine en seconde instance, le 22 décembre 2011. Cinq jours plus tard, il s’enfuit vers le Maroc, pensant s’être tiré d’affaire, car le royaume n’extrade pas ses ressortissants. Mais, selon l’article 707 du Code judiciaire marocain, tout Marocain ayant commis un crime à l’étranger et se trouvant sur le territoire du royaume peut y être poursuivi, à condition que le jugement ne soit pas définitif. Ayant connaissance de cette ouverture, Jennifer Devos et l’ex-belle-famille se rendent à Tétouan, au Maroc, en 2019, pour déposer une plainte. Le MRE sera interpellé, inculpé d’assassinat d’un enfant mineur d’âge, puis incarcéré.

À lire : Un MRE condamné à 20 ans de prison à Tétouan

La chambre criminelle de Tétouan avait condamné Mounir Kiouh fin novembre à 20 ans de réclusion criminelle pour coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Lors du procès, il « a, à nouveau, nié les faits, arguant que la petite était tombée de la mezzanine. Ce qui n’est pas logique au vu des constatations des enquêteurs et du médecin légiste », avait expliqué l’avocat tangérois, Fouad Harouach qui a défendu les intérêts de la famille de la petite victime, avec le bâtonnier Brahim Semlali.

Sujets associés : Droits et Justice - Tétouan - Procès - Homicide

Aller plus loin

Un MRE condamné à 15 ans de prison au Maroc pour un meurtre en Belgique

Presque 20 ans après le meurtre tragique de Théa, une petite fille de deux ans à Namur, le Belgo-marocain Mounir Kiouh a été condamné à 15 ans de prison au Maroc. Fuyant la...

Un MRE condamné à 20 ans de prison à Tétouan

Le beau-père de Théa, la petite fille de deux ans décédée en 2005 en Belgique, accusé du meurtre de celle-ci, a été condamné à 20 ans de prison au Maroc. Mounir Kiouh, d’origine...

Maroc : le procès du MRE poursuivi pour l’assassinat d’un bébé reporté

La chambre criminelle de Tétouan a décidé de reporter au 3 mars prochain le procès en appel de Mounir Kiouh, un Marocain résidant à l’étranger (MRE) poursuivi pour l’assassinat...

Le sombre parcours de Van Coppernolle, le tueur du petit Abdeljabbar Dkhissi

L’affaire Willy Van Coppernolle du nom du ressortissant belge accusé de l’enlèvement et du meurtre, en mars 1993, près de Remoulins (Gard), d’Abdeljabbar Dkhissi, 11 ans, ainsi...

Ces articles devraient vous intéresser :

Des Marocains exploités dans des hôtels associés au Mondial Qatar 2022

Treize des 17 groupes hôteliers associés à la Coupe du monde Qatar 2022 emploient des migrants d’Afrique dont des Marocains et d’Asie, selon une étude.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Meurtre de Malak : des traces d’agressions sexuelles révélées par le médecin légiste

Lors d’une conférence de presse donnée jeudi par le parquet de Liège, des révélations choquantes ont été faites sur le meurtre de Malak, la jeune adolescente de 13 ans tuée par Olivier Theunissen, un Sérésien de 37 ans. Le médecin légiste a en effet...

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Corruption : Rachid M’barki reconnaît les faits

Après avoir juré, sous serment, en mars dernier devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences étrangères, n’avoir jamais perçu de rémunération occulte en contrepartie de la diffusion d’informations erronées ou très orientées pour...

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.