Les musulmans de Séville ont du mal à s’entendre sur une grande mosquée

19 octobre 2021 - 09h40 - Maroc - Ecrit par : A.P

La communauté musulmane de Séville n’arrive pas à parler d’une même voix pour défendre et concrétiser son projet de construction d’une grande mosquée. Depuis plusieurs années, le projet ne prend pas corps, principalement en raison des tensions entre organisations islamiques de la ville.

Les musulmans de Séville ont à nouveau saisi, ces dernières semaines, le conseil municipal afin qu’il les autorise à transformer l’ancien pavillon marocain en une grande mosquée. Cette énième demande auprès des autorités locales semble subir le même sort que les précédentes, en raison des dissensions entre les différents groupes islamiques de la ville. L’absence de cohésion a divisé la communauté musulmane et entraîné la naissance de plusieurs groupes et la prolifération de mosquées estimées déjà à une trentaine.

Autant de mosquées que de communautés, les unes aussi différentes que les autres, fait savoir ABC. Parmi ces petites communautés, dix sont actuellement enregistrées en tant que mosquées dans les registres officiels du Conseil de l’Andalousie ; deux autres, la tariqa de la communauté sénégalaise et celle de la communauté de la Grande mosquée de Séville, ne figurent pas dans ces registres.

À lire  : L’extrême droite ne veut pas de la grande mosquée de Séville

Les responsables de la communauté de la Grande mosquée ont été les premiers à initier en 2004 le projet de construction d’une mosquée à Séville. Elle devrait être située à Los Bermejales selon un accord avec le conseil municipal, mais suite à une plainte d’un citoyen, la justice andalouse a demandé l’annulation du projet pour «  vice de procédure  ». En 2003, cette communauté avait sollicité auprès du Conseil de l’Andalousie une autorisation pour transformer l’église de Santa Lucía en une mosquée. Sans succès.

Par ailleurs, les responsables de la mosquée Ishbilia, située à côté du parc Amate à Séville, ont aussi passé plusieurs années à se battre pour la construction d’une mosquée sur un terrain à l’est de Séville, mais n’ont pu obtenir le soutien des autorités locales. Ils n’ont pas abandonné pour autant le projet, puisqu’ils viennent de déposer à nouveau au conseil municipal, une demande de cession de l’ancien pavillon marocain. Cette mosquée, qui gagne en force en raison de ses activités et de ses initiatives auprès des entités publiques et d’ONG, associée à la tariqa de la communauté sénégalaise, qui rassemble de nombreux fidèles migrants, forment un mouvement d’union plus solide, à même de porter et de faire aboutir le projet de construction d’une grande mosquée à Séville.

Sujets associés : Religion - Séville - Islam

Aller plus loin

Luxembourg : le nombre de musulmans a presque triplé en dix ans

La communauté musulmane de Luxembourg ne cesse de grandir. Elle est composée aujourd’hui de près de 40 000 personnes, selon les estimations. Un chiffre qui a plus que doublé en...

Les musulmans de France en manque cruel de mosquées

La France compte des millions de musulmans, mais cette communauté religieuse est en manque cruel de mosquées. En plus de cette pénible situation, le projet de loi contre l’islam...

Le Maroc offre une mosquée à la ville de Chinguetti en Mauritanie

Le Maroc, à travers le ministère des Habous et des Affaires islamiques, va financer entièrement la construction d’une mosquée et ses dépendances à l’université de Chinguetti en...

Gérald Darmanin ne veut pas de subventions pour la mosquée de Strasbourg

Le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a indiqué mardi dans un tweet, que « la mairie verte de Strasbourg finance une mosquée soutenue par une fédération qui a...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Conseil d’État annule un arrêté anti-burkini

La ville de Mandelieu-la-Napoule, dans le sud-est de la France, a vu son arrêté interdisant le port du burkini sur ses plages suspendu par le Conseil d’État. Cet arrêté, réitéré chaque année depuis 2012, avait été contesté en justice par la Ligue des...

Ramadan 2024 en France : Le Maroc perd la main sur l’encadrement religieux des MRE

À l’approche du mois de Ramadan, des voix s’élèvent pour réclamer une formation religieuse adaptée aux Marocains résidant à l’étranger, notamment en France.

La date de l’Aïd al Fitr au Maroc connue

L’observation de la nouvelle lune du mois de Chaoual 2023/1444 commencera ce jeudi 20 avril 2023, mais il semble que la plupart des pays arabes ne pourront pas observer le croissant à l’œil nu. C’est du moins ce que prévoit Hassan Talibi, astronome et...

Officiel : l’Aid Al Fitr en France ce vendredi

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) vient de confirmer la date de l’Aid al Fitr pour ce vendredi 21 avril 2023.

Début de Ramadan au Maroc : décision ce mercredi

Alors que la majorité des pays musulmans débutent officiellement le ramadan ce jeudi 23 mars 2023, les Marocains, eux, devront attendre ce soir la décision du ministère des Habous et des Affaires islamiques.

Michel Houellebecq s’excuse auprès des musulmans

L’écrivain Michel Houellebecq revient sur les propos dangereux qu’il avait tenus envers les musulmans lors d’une discussion entre l’essayiste Michel Onfray et lui, et présente ses « excuses à tous ceux » qui se sont sentis offensés.

Maroc : les salaires des imams vont augmenter

Les imams au Maroc verront leur allocation augmenter de façon progressive pendant les quatre prochaines années. Le roi Mohammed VI en a donné l’instruction, selon le ministère des Habous et des Affaires islamiques

La Youtubeuse marocaine "Mi Naima" au cœur d’un nouveau scandale

“Mi Naïma” fait à nouveau parler d’elle. La Youtubeuse marocaine, connue pour ses controverses, a récemment publié une vidéo dans laquelle on la voit lire certains versets du Coran de manière désinvolte. La vidéo a suscité la colère des internautes.

Christophe Galtier : garde à vue pour discrimination raciale

L’ex-entraîneur de l’OGC Nice, Christophe Galtier, ainsi que son fils, John Valovic-Galtier, ont été placés en garde à vue ce vendredi dans le cadre d’une enquête portant sur des allégations de discrimination au sein du club.

Ramadan 2023 : le Maroc va envoyer 400 prédicateurs à l’étranger, surtout en Europe

Interpelé sur « l’encadrement religieux des MRE », le ministre des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Toufiq, a déclaré que le gouvernement a pris ses dispositions pour que durant le mois de ramadan, cette opération ait finalement lieu après...