Du nouveau pour la NamX, la voiture à hydrogène créé par un Marocain

11 décembre 2023 - 15h00 - Economie - Ecrit par : S.A

Le constructeur franco-marocain NamX dirigé par le Marocain Faouzi Annajah, en collaboration avec le carrossier italien Pininfarina, a dévoilé la technologie qu’il utilisera pour son NamX Huv, un nouveau véhicule à hydrogène révolutionnaire.

Moteur à combustion interne (ICE). C’est le moteur choisi par NamX pour équiper son Huv, son premier projet de SUV à hydrogène. « Cette décision souligne l’approche pragmatique de NAmX qui place une technologie maitrisée au service de son engagement environnemental », fait savoir le constructeur franco-marocain dans un communiqué, expliquant qu’il est question « de tirer parti des avantages d’une motorisation fiable et fonctionnelle aux coûts de fabrication maitrisées afin de rendre la mobilité à hydrogène premium réellement accessible ».

À lire : La première voiture 100 % marocaine présentée au public

Selon les explications de NamX,
le choix de la technologie ICE pour la mobilité hydrogène s’inscrit dans la lignée des approches adoptées par les acteurs historiques de l’automobile. « Comme d’autres constructeurs établis, NAMX mise sur une technologie éprouvée qui bénéficie de décennies d’investissements et d’améliorations continues », indique la même source, soulignant par ailleurs que « les véhicules thermiques à hydrogène (HICE) ne présentent pas les principaux inconvénients des véhicules hydrogène à pile (FCEV) qui nécessitent métaux et terres rares pour leur fabrication. »

À lire : Des médias algériens mettent en doute la marocanité de la NamX Huv ... et pourtant

L’avantage des moteurs à combustion interne, c’est qu’ils « offrent une plus grande stabilité et prévisibilité quant à leurs coûts de production, protégeant ainsi l’entreprise et ses clients des fluctuations de prix liées à l’approvisionnement en métaux rares », précise l’entreprise. S’agissant des moteurs thermiques hydrogène, ils « présentent également une plus grande solidité et une meilleure tenue à l’usage que les piles à combustible », fait savoir NamX.

À lire : La NamX HUV récompensée

Et d’ajouter : « Là où celles-ci requièrent un hydrogène très pur, entraînant le remplacement régulier des filtres à air et à hydrogène, la combustion interne tolère un hydrogène moins pur et meilleur marché. Ces caractéristiques spécifiques positionnent les véhicules thermiques à hydrogène comme un choix durable, économe et fiable sur l’ensemble du cycle de vie ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Automobile - NamX

Aller plus loin

Maroc : Une année record pour l’industrie automobile

L’année 2023 a été exceptionnelle pour l’industrie automobile au Maroc, affichant une hausse des ventes de 30,5 % et atteignant 116,38 milliards de dirhams à fin octobre.

La première voiture 100 % marocaine présentée au public

Le roi Mohammed VI a présidé lundi au Palais royal de Rabat la cérémonie de présentation du premier véhicule d’un constructeur automobile marocain, ainsi que le prototype d’un...

La NamX, la nouvelle voiture à hydrogène révolutionnaire créée par un Marocain

Le constructeur franco-marocain NamX dirigé par le Marocain Faouzi Annajah, en collaboration avec le carrossier italien Pininfarina, a présenté en mai dernier en Italie le NamX...

Des médias algériens mettent en doute la marocanité de la NamX Huv ... et pourtant

Aux yeux de certains médias algériens, NamX Huv, modèle de voiture du premier constructeur marocain et du prototype d’un véhicule à hydrogène, présenté au roi Mohammed VI le 15...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les exportations automobiles dépassent les 100 MMDH à fin novembre

Les exportations marocaines dans le secteur automobile ont généré au terme des onze premiers mois de l’année un chiffre d’affaires de 100,37 milliards de dirhams, en augmentation de 35% par rapport à la même période de 2021.

Maroc : hausse des exportations automobiles à fin février 2023

Les exportations automobiles du Maroc ont atteint 21,6 milliards de dirhams (1,9 milliard d’euros) à fin février, soit une hausse de près de 50 % (40,5 %) par rapport à la même période de 2022.

Maroc : la chute des ventes de voitures neuves continue

Les ventes de voitures neuves au Maroc sont toujours dans le rouge. À fin septembre, 120 905 unités ont été vendues, soit une baisse de 8,15 %, comparativement à la même période de l’année dernière.

L’automobile, pilier des exportations marocaines

Le secteur automobile continue de booster les exportations marocaines, avec des ventes atteignant déjà 57 milliards de dirhams lors des cinq premiers mois de cette année.

Le Maroc, futur grand de l’industrie de batteries pour véhicules électriques

Le Maroc dispose des atouts nécessaires pour créer une industrie de batteries pour véhicules électriques. D’ores et déjà, le royaume a engagé des négociations avec certains fabricants dans ce sens.

La production de voitures électriques «  assèche  » le Maroc

La production des métaux nécessaires à la fabrication des batteries ou moteurs des voitures électriques exige beaucoup d’eau. Une ressource qui se raréfie de jour en jour dans des pays comme le Maroc, déjà frappé par une sécheresse sévère.

Le Maroc, nouvel eldorado des batteries de voiture électrique ?

Le Maroc se donne les moyens pour devenir le prochain hub pour la batterie électrique. Il mise également sur l’expertise de Rachid Yazami, le scientifique marocain qui a inventé l’anode graphite pour les batteries lithium-ion.

Du changement pour les voitures des MRE à leur arrivée à la douane

Les Marocains résidant à l’étranger devront se soumettre à un nouveau document émis par l’administration des douanes et qui concerne la circulation des véhicules immatriculés à l’étranger.

Fiat dévoile sa Topolino, fabriquée au Maroc

Fiat a présenté mardi à Turin sa Topolino, un quadricycle 100 % électrique, fabriqué au Maroc comme la Citroën Ami.

C’est la fin des auto-écoles sauvages au Maroc

Le ministre du Transport et de la logistique, Mohamed Abdeljalil, a annoncé une série de réformes concernant les auto-écoles, tant au niveau des conditions d’octroi, de suspension et de retrait des licences que de la formation des instructeurs.