Six ans après la mort d’Othmane dans un ascenceur, sa mère demande justice

17 janvier 2022 - 07h20 - France - Ecrit par : S.A

Depuis 2015, la mère d’Othmane Esshaymi, 7 ans, mort asphyxié dans l’ascenseur de son immeuble du quartier du Val-Fourré à Mantes-la-Jolie, continue de réclamer justice pour son fils.

Les faits remontent au 10 octobre 2015 au quartier du Val-Fourré. En fin de journée, alors qu’Othmane est monté dans l’ascenseur pour descendre les sept étages et rejoindre son frère aîné dehors dans le quartier du Val-Fourré, il s’est retrouvé coincé entre le 1ᵉʳ étage et le rez-de-chaussée. « La roue de sa trottinette bloquée dans l’entrebâillement anormal des portes, l’engin se redresse, le garçonnet se retrouve alors plaqué contre la paroi, le guidon sous le cou »… Othmane meurt asphyxié, rappelle Bondyblog.fr. Après plus d’une heure de recherche, son oncle et des habitants du quartier découvrent son corps. À l’origine du décès de l’enfant, un dysfonctionnement au niveau des portes de l’ascenseur.

À lire : La famille du Marocain tué à Majorque réclame justice

C’est le début d’une longue bataille judiciaire pour la famille d’Othmane. Les deux mis en cause sont le bailleur Epic Mantes Yvelines Habitat et l’ascensoriste Otis. Ce dernier a été reconnu coupable d’homicide involontaire et a écopé d’une amende de 60 000 euros en première instance fin 2018. Le tribunal correctionnel de Versailles a confirmé cette condamnation en appel en mai 2020. Quant au bailleur, il a bénéficié d’une relaxe sans possibilité pour la famille de faire appel ou d’engager de nouvelles poursuites à cause de la mise en liquidation et la dissolution de la société. C’est « une manœuvre pour échapper à leur responsabilité », estime Soumia Esshaymi, la maman d’Othmane. « L’ascenseur était très souvent en panne, une fois alors que j’étais enceinte il est resté bloqué pendant deux mois. Il y avait toujours des problèmes », se rappelle la quarantenaire.

À lire : FC Barcelone : Xavi impressionné par Abdessamad Ezzalzouli

Dans la foulée, l’ascensoriste réussit à casser la décision sur un vice de procédure. La peine prononcée par la cour de Cassation a été donc annulée en décembre 2021. Un nouveau coup dur pour la famille. « Je ne sais pas pourquoi ils m’infligent un nouveau procès, c’est trop dur », la maman d’Othmane. « Aujourd’hui j’attends des condamnations exemplaires. Je le dois à mon fils. Et aussi parce que ce genre d’accidents ne doit plus jamais se reproduire », confie-t-elle, après avoir lancé une pétition en ligne, qui a déjà récolté plus de 18 000 signatures.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Droits et Justice - Mantes-la-Jolie

Aller plus loin

Polémique après la mort de Bilal dans une cage d’ascenseur

Un garçon de 4 ans est mort, dimanche 19 mai, après avoir basculé dans la cage d’ascenseur d’un immeuble HLM du quartier de la Meinau, à Strasbourg. Transporté dans l’après-midi...

Plainte contre X après la mort du petit Bilal tué dans la cage d’un ascenseur

La famille du petit marocain Bilal Wahibi, tué le 19 mai à l’âge de 4 ans, dans l’ascenceur défectueux d’un immeuble HLM de la cité de la meinau à Strasbourg, a déposé plainte,...

Bilal Wahibi - Chute mortelle dans un ascenseur : l’ascensoriste mis en examen

Le procureur Jacques Louvel a tenu à apporter des précisions suite à notre article paru hier, deux ans après la mort du petit Bilal Wahibi intitulé « Bilal : deuil et justice ».

La chute libre d’un ascenseur coûte la vie à un sexagénaire à Casablanca

Triste fin le 1ᵉʳ avril dernier d’un homme âgé de 60 ans, décédé après la chute libre d’un vieil ascenseur de l’un des immeubles de l’avenue Mohammed V, dans le centre-ville...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Les cafés et restaurants menacés de poursuites judiciaires

Face au refus de nombreux propriétaires de cafés et restaurants de payer les droits d’auteur pour l’exploitation d’œuvres littéraires et artistiques, l’association professionnelle entend saisir la justice.

Réaction de la mère d’Achraf Hakimi après les accusations de viol

La mère du latéral droit marocain du PSG, Achraf Hakimi, a réagi aux accusations de viol portées par une femme de 24 ans contre son fils. Cette semaine, le joueur a été mis en examen par la justice.

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Corruption : Rachid M’barki reconnaît les faits

Après avoir juré, sous serment, en mars dernier devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences étrangères, n’avoir jamais perçu de rémunération occulte en contrepartie de la diffusion d’informations erronées ou très orientées pour...