Le Parlement européen impose des restrictions d’accès aux représentants marocains

17 avril 2023 - 23h00 - Monde - Ecrit par : S.A

Dans la foulée du scandale de corruption présumé, le Parlement européen a décidé d’imposer des restrictions d’accès aux représentants marocains et qataris.

Plus rien ne sera comme avant. Le Parlement européen s’est dotée de « lignes directrices » sur la manière dont ses membres doivent aborder les représentants de certains pays comme le Maroc, lesquelles ont été approuvées jeudi 13 avril lors d’une réunion à huis clos par la Conférence des présidents, qui réunit les chefs des groupes politiques. « Elles sont basées sur les résolutions et décisions adoptées et clarifient les pratiques en matière d’accès, de missions et de réunions avec certains pays », a précisé Delphine Colard, porte-parole de l’institution.

À lire :Scandale au parlement européen : voici la réaction du Maroc

Il est question pour le Parlement européen de diminuer l’influence des représentants du Qatar et du Maroc sur les députés européens. Désormais, les députés et les collaborateurs sont invités à demander l’autorisation du Parlement pour inviter les diplomates des pays dans les locaux, et les législateurs doivent également informer la présidente du Parlement lorsqu’ils les rencontrent, fait savoir Politico. Ces lignes directrices visent principalement à clarifier la situation des députés européens et à permettre à Roberta Metsola et aux hauts fonctionnaires de mieux contrôler qui rencontre qui, dans le cadre d’une enquête criminelle en cours en Belgique visant à déterminer si les députés européens ont accepté des pots-de-vin de la part du Qatar et du Maroc.

À lire : Les représentants marocains bannis du Parlement européen

Les lignes directrices ne sont toutefois pas contraignantes. En d’autres termes, aucune sanction ne sera infligée aux députés qui ne les respecteraient pas. De plus, elles sont distinctes de la réforme en cours sur la transparence et l’éthique provoquée par le Qatargate, que le Parlement souhaite mener à bien d’ici l’été. « Il est très probable que cela conduise à une situation où ces règles seront formalisées à l’avenir, a déclaré un fonctionnaire du Parlement sous couvert d’anonymat. Nous devons savoir qui ils rencontrent, pourquoi ils le font. Je pense que tout le monde comprend qu’on ne peut pas continuer à faire comme si de rien n’était. »

Sujets associés : Union européenne - Corruption - Qatar

Aller plus loin

Scandale au parlement européen : voici la réaction du Maroc

Le Maroc, à travers le ministre des Affaires étrangères, a réagi à l’enquête ouverte suite au scandale de corruption présumé au parlement européen, dans lequel il serait impliqué.

Parlement européen : le Maroc aurait offert des séjours à la Mamounia

La députée socialiste Marie Arena et l’ex-eurodéputé italien Antonio Panzeri, visés dans le scandale au parlement européen, auraient bénéficié en 2015 d’un séjour de luxe à...

Corruption au Parlement européen : des responsables marocains visés par des mandats d’arrêt

Des ennuis en perspective pour des responsables marocains cités dans le scandale de corruption qui secoue le Parlement européen. Ils sont visés par des mandats d’arrêt délivrés...

Corruption au Parlement européen : le Maroc soupçonné d’avoir versé des millions en pots-de-vin

Le scandale de corruption qui ébranle le Parlement européen n’a pas fini de livrer ses secrets. Des révélations ont été faites sur les sommes d’argent qui auraient été versées...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : 217 personnes interpellées grâce à la ligne téléphonique anti-corruption

Lancée il y a trois ans, la ligne téléphonique anti-corruption du Ministère public reçoit plus de 100 appels par jour, selon Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’Administration.

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Blanchiment d’argent : le Maroc sort de la liste grise de l’Europe

La Commission européenne vient d’annoncer le retrait du Maroc de la liste grise de l’Union européenne des pays sous surveillance en matière de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme. Cette décision fait suite à l’évaluation effectuée...

Parlement européen : le Maroc aurait offert des séjours à la Mamounia

La députée socialiste Marie Arena et l’ex-eurodéputé italien Antonio Panzeri, visés dans le scandale au parlement européen, auraient bénéficié en 2015 d’un séjour de luxe à l’hôtel La Mamounia de Marrakech, tous frais payés par les autorités marocaines.

Affaire Rachid M’Barki : les ramifications d’un réseau d’influence

L’affaire Rachid M’Barki du nom de l’ex-présentateur franco-marocain du journal de la nuit de BFMTV, mis en examen pour « corruption passive » et « abus de confiance » n’a pas fini de livrer tous ses secrets.

Soupçons de corruption par le Maroc au Parlement européen

Le scandale de corruption qui secoue le Parlement européen continue de livrer ses secrets. Le Maroc est, lui, aussi soupçonné d’avoir sollicité des eurodéputés pour qu’ils interviennent en sa faveur notamment sur la question du Sahara.

Norme « Euro 6 » : le patronat marocain demande un moratoire à l’Europe

Dans une demande formulée depuis juillet, la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) demande du temps avant la mise en application de la norme antipollution dénommée « Euro 6 » déjà en vigueur en Europe et qui sera appliquée à partir de...

Maroc : la liste des députés poursuivis pour corruption s’allonge

Trois députés marocains viennent d’être déférés devant la justice pour corruption. Déjà une vingtaine de parlementaires sont poursuivis en justice pour des faits de corruption et dilapidation des deniers publics.

Tomate marocaine : vers une hausse des exportations en Europe ?

La tomate marocaine pourrait profiter de la crise agricole qu’entrevoit l’Europe cette année. Un rapport de la commission prévoit une baisse de la production et de la consommation, les importations devant par conséquent augmenter.

Les engrais du Maroc, à teneur élevée en cadmium, interdits dans l’UE

Les engrais phosphatés du Maroc et d’autres pays contenant plus de 60 milligrammes de cadmium par kilo ne sont plus autorisés sur le marché de l’Union européenne, selon une décision communautaire récemment entrée en vigueur.