Paris : dépaysantes et moins sucrées, les pâtisseries marocaines sont très appréciées

17 mai 2021 - 11h00 - Monde - Ecrit par : G.A

Les saveurs et les parfums venus d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient se sont frayés un chemin jusqu’à la table des consommateurs en France. Qu’elles viennent du Maroc, de Syrie ou d’Algérie, les pâtisseries orientales ont du succès, surtout auprès des Parisiens.

Cet engouement pour les saveurs orientales fait le bonheur de la pâtisserie franco-marocaine Maison Gazelle, qui, pendant la période du mois sacré du ramadan, a vu son chiffre d’affaires doubler, voire tripler. « Je me suis dit aujourd’hui il y a un vrai travail qui a été fait de mise en lumière des terroirs français, ou italiens, ou même dans le vin en Californie, etc. Mais je trouvais que le terroir marocain n’avait rien à envier à ces autres pays et que ce n’était pas assez mis en valeur. C’est un peu mon challenge aujourd’hui », explique Sara Boukhaled, fondatrice de la Maison Gazelle. « J’ai commencé avec la corne de gazelle, parce que c’est la pâtisserie qui est la plus connue en France aujourd’hui, en tout cas des pâtisseries orientales au sens très large du terme », rapporte africanews.

Mais le succès qu’enregistrent les pâtisseries orientales ne se limite pas qu’aux mois du ramadan. Après avoir mis en ligne les photos de ses petits fours sur les réseaux sociaux, Myriam Sabet, chef pâtissière et propriétaire de la Maison Aleph s’est attirée une notoriété planétaire. « La première fois que j’ai posté une photo des petits nids sur les réseaux sociaux, je n’avais même pas de page, rien du tout. Dans la nuit, la photo avait vraiment fait le tour du monde à cause des fuseaux horaires. Je l’ai postée le soir, et le matin je me réveille, il y avait des milliers de likes ».

La cuisine orientale sait miser sur les couleurs. Et c’est ce qui attire les internautes et les clients qui finissent définitivement conquis par les saveurs. C’est ce qu’explique Alfred Barny complètement emballé par ces sucreries venues d’Afrique du Nord. « Ici j’adore les toutes petites pâtisseries orientales avec le caramel beurre salé avec une petite crème chantilly au-dessus, c’est vraiment trop bon. J’étais venu aussi une fois parce qu’ils étaient dans le top 10 des galettes des rois, ils avaient une spécialité, c’était galette des rois chocolat-pistache je crois, c’était vraiment très bon aussi, mais c’est surtout les petites pâtisseries que j’adore, avec la crème fleur de lait qu’ils font à emporter en petit pot, ça, c’est top ».

Les clients sont de tous les âges. Jean-Marc Gaudet est un retraité de 69 ans. Il est impressionné par les saveurs et les couleurs et surtout le soin dans la présentation des desserts. « C’est la première fois que je trouve des gâteaux originaux : la forme, la petite taille… En plus des saveurs qu’on n’a pas forcément, on a des mélanges de saveurs. Et surtout, très peu de sucre et on ressent vraiment les ingrédients ».

Sujets associés : Paris - Alimentation - Vidéos - Cuisine marocaine

Aller plus loin

Un Marocain décroche le prix du meilleur couscous de France

Le Marocain Hamid Miss, chef de La Pente Douce à Toulouse, s’est vu décerner le prix du meilleur couscous de France.

Le couscous marocain séduit le jury de l’émission "MasterChef"

L’art culinaire marocain est à l’honneur en Espagne. Il a été célébré lors de l’émission "MasterChef Espagne", diffusée lundi soir sur "TVE1", la chaîne publique espagnole.

Ramadan : de bonnes affaires pour les boulangeries-pâtisseries

Durant le mois sacré du ramadan, les délices des boulangeries et pâtisseries se disputent la table du ftour des Casablancais malgré la forte promotion des plats traditionnels...

L’émission «  Le Meilleur pâtissier  » débarque sur 2M

La chaîne de télévision 2M lance à partir de ce mardi 26 janvier, la version marocaine de la célèbre émission de télé-réalité « Le Meilleur Pâtissier ». Au total, 10 pâtissiers...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc, gardien de la sécurité alimentaire mondiale

Le Maroc possède 70 % des réserves mondiales de phosphate, un minerai utilisé pour produire les engrais alimentaires. De quoi faire du royaume un garant de la sécurité alimentaire mondiale.

Fruits et légumes : pourquoi les prix s’envolent au Maroc ?

Les prix des légumes et des fruits ont connu une augmentation dans quasiment tous les marchés au Maroc, à l’instar d’autres denrées alimentaires. Comment expliquer une telle hausse ?

Les Marocains paieront plus cher certains produits

En raison d’une décompensation annoncée, les prix de certains produits de grande consommation comme le gaz, la farine et le sucre reviendront plus cher aux consommateurs marocains.

L’eau Aïn Ifrane ne trouve pas encore de repreneur

Le groupe Castel est activement à la recherche d’un repreneur pour la marque d’eau Aïn Ifrane, sans succès pour l’instant. Les discussions avec des opérateurs locaux et internationaux via une banque d’affaires n’ont visiblement pas encore abouti.

Maroc : des marchés de gros pour combattre la spéculation

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a annoncé la création de douze nouveaux marchés régionaux de gros, équipés d’installations modernes pour combattre la spéculation alimentaire exacerbant l’inflation. Cette démarche, a-t-il dit, s’inscrit...

Maroc : une croissance paradoxale entre exportations et importations d’avocats

Alors que le Maroc produit de plus en plus d’avocat, devenant l’un des principaux fournisseurs en Europe, la part des importations continuent de croître.

« Ain Ifrane » vendue

La société Mutandis vient de conclure un contrat de cession avec la Société des Boissons du Maroc (SBM), en vue de l’acquisition de « Ain Ifrane ». Montant de la transaction : 380 millions de dirhams.

Interdiction d’abattage des vaches laitières : le gouvernement s’explique

Face à une polémique qui enfle, le gouvernement a apporté des clarifications concernant la décision d’interdiction d’abattre les vaches laitières.

Maroc : explosion des exportations de produits alimentaires et maritimes

Les exportations des produits alimentaires agricoles et maritimes ont connu un boom en 2022 pour dépasser les 80 milliards de dirhams (MMDH). Un record.

Maroc : forte augmentation du prix de l’huile d’olive

Le Maroc figure parmi les pays dont la production d’huile d’olive est durement touchée par la sécheresse. Une situation qui fait grimper les prix mondiaux.