Un pédophile espagnol condamné à 30 ans de prison à Kenitra

10 septembre 2011 - 14h00 - Espagne - Ecrit par : J.L

La cour d’appel de Kenitra a condamné mardi le ressortissant espagnol Daniel .K.V., à 30 ans de prison, pour pornographie et abus sexuels sur une dizaine d’enfants âgés de 2 à 14 ans, confirmant ainsi le jugement déjà rendu devant le tribunal de première instance de la ville.

Le mis en cause qui avait été arrêté en novembre dernier, habitait à Kenitra depuis 2004 et jouissait d’une bonne réputation dans son quartier, où "il achetait des bonbons aux enfants et organisait des fêtes" selon l’un de ses voisins.

Professeur universitaire à la retraite né en 1950, le ressortissant espagnol a même violé plusieurs jeunes filles vierges et agressé sexuellement de jeunes garçons. Le pédophile espagnol encourageait aussi ses victimes à la débauche et à la prostitution.

L’association marocaine de lutte contre la pédophilie, "Touche pas à mon enfant", qui s’est constituée partie civile, avait affirmé que la dernière victime du retraité espagnol était une fillette âgée d’à peine 2 ans !

Après avoir tenté désespérément de convaincre les juges qu’il souffrait d’une maladie psychique, le pédophile espagnol avait fini par avouer qu’il abusait sexuellement de ses victimes et les filmait dans des positions obscènes.
L’expertise médicale menée sur les victimes, avait d’ailleurs confirmé les accusations.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Droits et Justice - Kenitra - Pédophilie

Ces articles devraient vous intéresser :

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Plaintes de MRE : 96 % de satisfaction selon le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

En 2022, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a traité près de 96 % des doléances présentées par les Marocains résidant à l’étranger (MRE), selon un rapport de l’institution. Sur un total de 527 plaintes déposées, 505 ont été traitées par...

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Les cafés et restaurants menacés de poursuites judiciaires

Face au refus de nombreux propriétaires de cafés et restaurants de payer les droits d’auteur pour l’exploitation d’œuvres littéraires et artistiques, l’association professionnelle entend saisir la justice.

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.

Les avocats marocains passent à la caisse

Les avocats marocains doivent désormais s’acquitter d’une avance sur l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés au titre de l’exercice en cours auprès du secrétaire–greffier à la caisse du tribunal pour le compte receveur de l’administration fiscale....