Espionnage avec Pegasus : le Maroc persiste et fait appel contre Ignacio Cembrero

15 avril 2023 - 15h50 - Espagne - Ecrit par : P. A

Le Maroc a fait appel de la décision du tribunal de Madrid qui a rejeté sa plainte contre Ignacio Cembrero qu’il accuse de diffamation. Le journaliste espagnol avait déclaré avoir été espionné par le Maroc à l’aide de Pegasus.

Lors du procès du 3 janvier, Cembrero a confirmé que le Maroc l’espionnait avec ce logiciel et qu’il est victime d’un « harcèlement » judiciaire de la part du royaume qui lui porte préjudice. Pour ces raisons, il a demandé que la plainte du Maroc soit rejetée. Dans sa sentence en date du 10 mars, le tribunal de première instance de Madrid a débouté le Maroc et l’a condamné à payer les frais du procès, rappelle EFE.

À lire : Espionnage avec Pegasus : le journaliste Ignacio Cembrero continue d’accuser le Maroc

Les juges de Madrid ont estimé que les déclarations d’Ignacio Cembrero accusant le Maroc d’avoir espionné son téléphone portable à l’aide de Pegasus, n’autorisent pas le royaume à exiger qu’il se rétracte, rappelant que les faits allégués sont le résultat d’une enquête menée par un consortium de journalistes européens et suscitent des questionnements au Parlement espagnol et européen.

À lire : Plainte contre Ignacio Cembrero : la justice espagnole déboute le Maroc

Mais les avocats du royaume ont décidé de faire appel de cette décision, car « bien que le tribunal n’ait pu établir l’espionnage par le Maroc contre Cembrero, il a rejeté de manière incompréhensible la demande ». Ils soulignent aussi que la plainte « n’a rien à voir avec le droit à la liberté d’expression, ni le droit à l’information ».

À lire : Affaire Ignacio Cembrero : le Maroc fera appel de la décision du tribunal de Madrid

« La loi et la justice seront rétablies, car le Maroc n’a pas à supporter un homme qui prétend publiquement avoir été victime d’une intrusion illégale dans son téléphone, sans qu’il n’y ait aucune preuve objective qui soutienne ses allégations, au-delà de sa propre croyance… », ajoutent les avocats du royaume, dénonçant une violation des articles 9.3 et 24 de la Constitution espagnole. L’appel a été déposé le 13 avril, un jour après la décision de la cour d’appel de Paris déboutant le Maroc dans la même affaire « Pegasus ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Droits et Justice - Espionnage

Aller plus loin

Le Maroc suspecté d’espionnage selon le rapport du Parlement européen

Un an après le scandale du piratage des téléphones mobiles de Pedro Sanchez et des ministres Fernando Grande-Marlaska et Margarita Robles, la commission d’enquête du Parlement...

Le Maroc porte plainte contre le journaliste espagnol Ignacio Cembrero

Le Maroc vient de poursuivre en justice le journaliste espagnol, Ignacio Cembrero, spécialiste du Maghreb, qui avait accusé le royaume d’avoir piraté son téléphone à l’aide du...

Le Maroc a-t-il espionné Florence Parly avec Pegasus ?

Le numéro de Florence Parly, ex-ministre des Armées, s’ajoute à la liste des numéros espionnés à l’aide du logiciel israélien Pegasus. Le Maroc qui avait entre-temps été accusé...

Espionnage avec Pegasus : le journaliste Ignacio Cembrero continue d’accuser le Maroc

Le journaliste espagnol Ignacio Cembrero a répondu vendredi à sa quatrième procédure judiciaire pour une plainte du Maroc qu’il a accusé d’espionnage à l’aide de Pegasus. Son...

Ces articles devraient vous intéresser :

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Hassan Iquioussen vs Gérald Darmanin : la justice se prononce aujourd’hui

Le tribunal administratif de Paris examine l’arrêté d’expulsion de Hassan Iquioussen, pris par le ministère de l’Intérieur, Gérald Darmanin, en juillet 2022. Cette audience déterminante permettra de statuer sur la possibilité de l’imam de revenir en...

Les cafés et restaurants menacés de poursuites judiciaires

Face au refus de nombreux propriétaires de cafés et restaurants de payer les droits d’auteur pour l’exploitation d’œuvres littéraires et artistiques, l’association professionnelle entend saisir la justice.

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Tarik Tissoudali condamné

Décidément, la semaine est décidément noire pour Tarik Tissoudali. Après s’être attiré les foudres de son club, La Gantoise, pour des critiques acerbes suite à la défaite contre le Standard, l’attaquant de 30 ans a été condamné vendredi par le tribunal...

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Mohamed Ihattaren rattrapé par la justice

Selon un média néerlandais, Mohamed Ihattaren aurait des démêlés avec la justice. Le joueur d’origine marocaine serait poursuivi pour agression et tentative d’incitation à la menace.

Plaintes de MRE : 96 % de satisfaction selon le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

En 2022, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a traité près de 96 % des doléances présentées par les Marocains résidant à l’étranger (MRE), selon un rapport de l’institution. Sur un total de 527 plaintes déposées, 505 ont été traitées par...

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.