Espionnage avec Pegasus : le journaliste Ignacio Cembrero continue d’accuser le Maroc

15 janvier 2023 - 00h10 - Espagne - Ecrit par : A.P

Le journaliste espagnol Ignacio Cembrero a répondu vendredi à sa quatrième procédure judiciaire pour une plainte du Maroc qu’il a accusé d’espionnage à l’aide de Pegasus. Son avocat dénonce un « harcèlement » du royaume qui chercherait à « faire taire » son client.

Poursuivi en justice pour la quatrième fois par le Maroc, Cembrero a demandé que la plainte du royaume soit rejetée. « Nous osons dire qu’il s’agit simplement d’une action judiciaire par laquelle un Etat étranger cherche à faire taire un journaliste espagnol », a déclaré vendredi l’avocat de Cembrero dans sa plaidoirie. Le Maroc a porté plainte contre lui pour l’avoir accusé d’espionnage à l’aide du logiciel israélien Pegasus, après la publication en 2021 d’une enquête du réseau de journalistes Forbidden Stories qui accusait également le royaume d’espionnage de journalistes, de militants et personnalités politiques.

Lors de sa comparution au tribunal de première instance de Madrid, Cembrero a dénoncé un « harcèlement continu [du Maroc] qui va au-delà du judiciaire », soulignant avoir vu des photos et des messages privés de lui avec des personnalités espagnoles dans des médias marocains, rapporte Publico. Le journaliste espagnol a affirmé n’avoir « aucune preuve, mais des indices solides » contre le Maroc dans cette affaire d’espionnage à l’aide de Pegasus dont ont été également victimes le président Pedro Sanchez et plusieurs ministres espagnols.

À lire : Le Maroc porte plainte contre le journaliste espagnol Ignacio Cembrero

Les avocats du Maroc, Sergio Berenguer et Ernesto Díaz-Bastién, ont demandé que le journaliste se rétracte et que les frais de procédure lui soient imposés, faisant observer que la qualité de journaliste de l’accusé n’est pas prise en compte et que la liberté d’expression n’est pas en cause. Ce sont les déclarations d’une victime présumée d’espionnage, comme l’indique un rapport de police, qui sont considérés, ont-ils précisé. Pour sa part, l’avocat de Cembrero, Javier Sánchez, dénonce une tentative du Maroc de « faire taire » le journaliste.

« Je suis victime de harcèlement de la part des autorités marocaines depuis 2014 et d’insultes constantes et systématiques de la part des autorités et de la presse du pays voisin », a déclaré le journaliste, soulignant que ces procédures judiciaires lui ont nui sur plan professionnel, de nombreuses sources ayant cessé de lui donner des informations. Le Maroc avait déjà accusé à deux reprises le journaliste pour apologie du terrorisme. Les procédures sont en suspens. Il a été acquitté pour une troisième accusation d’un homme d’affaires lié aux services secrets marocains qui l’a accusé de porter atteinte à son honneur.

Sujets associés : Espagne - Droits et Justice - Espionnage

Aller plus loin

Pegasus : «  Amnesty et Forbidden stories ont dix jours pour fournir les preuves contre le Maroc  »

Accusé d’avoir mis sur écoute des personnalités et des journalistes étrangers, le Maroc engage l’avocat Olivier Baratelli, mandaté pour déposer une plainte contre Amnesty...

Parlement européen : le Maroc a fait pression sur l’Espagne

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, aurait réussi à convaincre l’Espagne de voter contre la résolution du parlement européen visant à sanctionner le...

Affaire Ignacio Cembrero : le Maroc fera appel de la décision du tribunal de Madrid

Le Maroc n’abandonne pas l’affaire contre le journaliste espagnol Ignacio Cembrero qui l’accuse de l’avoir espionné à l’aide de Pegasus. L’avocat du royaume, Ernesto...

Espionnage Pegasus : où en est l’enquête sur Ignacio Cembrero ?

Le député espagnol Jon Iñarritu a interpellé le gouvernement de Pedro Sánchez au sujet de l’espionnage présumé du journaliste Ignacio Cembrero par le Maroc à l’aide du logiciel...

Ces articles devraient vous intéresser :

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Des Marocains exploités dans des hôtels associés au Mondial Qatar 2022

Treize des 17 groupes hôteliers associés à la Coupe du monde Qatar 2022 emploient des migrants d’Afrique dont des Marocains et d’Asie, selon une étude.

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

Réaction de la mère d’Achraf Hakimi après les accusations de viol

La mère du latéral droit marocain du PSG, Achraf Hakimi, a réagi aux accusations de viol portées par une femme de 24 ans contre son fils. Cette semaine, le joueur a été mis en examen par la justice.

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.