Pourquoi le Maroc exproprie des biens de l’État algérien

18 mars 2024 - 22h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

L’expropriation des biens immobiliers de l’État algérien situés au centre de Rabat s’impose au gouvernement d’Aziz Akhannouch.

Un terrain de 619 m2, dit « Kabalia », enregistré sous le titre foncier R/9320, un autre bien dénommé « Zanzi », une superficie de 630 m2, enregistré sous le titre foncier R/6375 et constitué d’une résidence sur deux étages avec des bureaux au rez-de-chaussée, ainsi qu’une villa dénommée « Villa du Soleil levant » d’une superficie de 491 m2 enregistrée à la conservation foncière sous le numéro R/300. Ce sont les propriétés immobilières de l’État l’Algérien susceptibles d’être expropriés par le Maroc pour cause d’utilité publique, et ce, conformément à la loi n° 81-7 du 16 avril 1982, fait savoir le quotidien Assabah. Ces biens laisseront place à de nouvelles dépendances. D’après le projet de décret publié dans l’édition consacrée aux annonces légales, judiciaires et administratives du Bulletin officiel datée du 13 mars, cette expropriation se justifie par les besoins d’extension des locaux de services relevant du ministère des Affaires étrangères, à Rabat. Outre ces propriétés, des biens appartenant à des citoyens marocains – une villa de 1 149 m2, une autre villa de 547 m2 et une troisième villa de 542 m2 – sont aussi visés par une procédure d’expropriation pour cause d’utilité publique.

À lire :Le Maroc exproprie des biens de l’État algérien

« La décision d’expropriation est une décision souveraine de l’État marocain, même si les biens fonciers et immobiliers objets de cette décision appartiennent à l’État algérien. La décision sera exécutée dans la transparence et selon ce que prévoit la loi », explique le politologue Abderrahim Manar Slimi, président du Centre atlantique des études stratégiques, rappelant que l’État algérien avait dépossédé en 1975 des dizaines de milliers de familles marocaines qu’il avait expulsées vers le Maroc de leurs biens. L’universitaire précisera par ailleurs que le siège de l’ambassade algérienne n’est pas visée par la procédure. C’est plutôt des propriétés situées autour du siège du ministère des Affaires étrangères qui « se trouve un peu à l’étroit vu l’importance du Royaume en tant que puissance régionale ».

À lire :Une Algérienne dépossédée de sa terre agricole au Maroc

Le ministère de l’Économie et des finances et le directeur des domaines de l’État sont chargés de l’exécution des termes du décret.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immobilier - Algérie - Rabat - Aziz Akhannouch - Gouvernement marocain

Aller plus loin

Le Maroc exproprie des biens de l’État algérien

Aziz Akhannouch, chef du gouvernement marocain, est signataire d’une décision autorisant l’expropriation par le Maroc de biens appartenant à l’État algérien.

Biens expropriés : Alger condamne, Rabat clarifie

Alors qu’Alger condamne via son agence de presse ce qu’elle appelle « projet de confiscation des prémices de l’ambassade de l’État algérien au Maroc » et décrit comme « une...

Une Algérienne dépossédée de sa terre agricole au Maroc

Une Algérienne a été dépossédée d’une terre agricole qu’il exploitait dans la zone de compétence du service de la conservation foncière à Berkane.

Une ville espagnole va exproprier un immeuble appartenant à la ville de Tanger

Le parti Elkarrekin va demander l’expropriation du palais Álava-Esquivel, propriété de la municipalité de Tanger, après avoir détecté de nouveaux risques d’effondrement du...

Ces articles devraient vous intéresser :

Eau et électricité : une bonne nouvelle pour les ménages marocains

Le gouvernement d’Aziz Akhannouch renonce à son projet visant à augmenter la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) pour l’eau et l’électricité. Ce projet avait soulevé de vives polémiques et inquiété les Marocains.

Promoteurs immobiliers au Maroc : le fisc lance une opération coup de poing

La Direction générale des impôts (DGI) va lancer prochainement une vaste opération de contrôle et d’inspection visant les grandes entreprises et notamment les promoteurs immobiliers ayant eu recours à des pratiques frauduleuses pour bénéficier...

Maroc : l’aide au logement crée des mécontents

Alors que les primo-acquéreurs ont favorablement accueilli le nouveau programme d’aide au logement, les promoteurs immobiliers, eux, préfèrent jouer la carte de la prudence. Ils invitent le gouvernement à revoir les conditions pour rendre l’offre plus...

BTP : Le Maroc en mode « chantier permanent »

Le secteur du bâtiment et des travaux publics (BTP) marocain est en plein essor. En 2024, l’investissement public dans ce domaine a connu une augmentation fulgurante de 56 % par rapport à l’année précédente, atteignant un montant de 64 milliards de...

Maroc : l’afflux des MRE va booster le secteur immobilier cet été

L’arrivée au Maroc cet été des Marocains du monde dans le cadre de l’Opération Marhaba, va contribuer à booster le secteur de l’immobilier.

Marocains, déclarez vos avoirs à l’étranger : les règles changent en 2024 !

Le gouvernement marocain a instauré dans le budget 2024 une contribution libératoire relative à la régularisation spontanée sur les avoirs et liquidités détenus à l’étranger de manière définitive. Que retenir ?

Aïd al-Fitr au Maroc : jour de congé supplémentaire

Le gouvernement marocain a pris une mesure exceptionnelle en décidant d’accorder un jour de congé supplémentaire aux fonctionnaires de l’État à l’occasion de la fête de l’Aïd al-Fitr, qui devrait avoir lieu au Maroc le samedi 22 avril prochain.

Maroc : remaniement ministériel imminent

Le Chef du gouvernement marocain, Aziz Akhannouch, prévoit de réaménager son équipe. Certains ministres devraient perdre leurs postes.

Maroc : une seconde vie pour les hôtels fermés

Dans la perspective de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN 2025) et de la Coupe du monde 2030, le gouvernement d’Aziz Akhannouch travaille à redynamiser le secteur de l’hôtellerie.

Nouvel an amazigh au Maroc : ce sera le 14 janvier

La date du nouvel an Amazigh au Maroc est désormais connue. Elle vient d’être définie par le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, et ce sera le 14 janvier. Ce jour sera donc chômé et payé.