Prénoms amazighs : le ministère de l’Intérieur dément toute discrimination

17 octobre 2017 - 17h20 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

Face à la multiplication des affaires des communes refusant d’inscrire les prénoms amazighs, le ministère de l’Intérieur vient de réagir, balayant toute supposée discrimination envers les Imazighens.

Pour le ministère, « il y a une exagération énorme et un manque d’objectivité des médias dès qu’il s’agit d’un prénom amazigh, alors qu’ils sont très rares », affirmant que tous les Marocains sont soumis aux mêmes procédures sans distinction aucune.

« Après investigation des services concernés du ministère de l’Intérieur, il s’est avéré que les refus ont été dus soit à un document important qui a manqué, soit au fait que l’agent de l’état civil a demandé un délai pour une concertation, conformément aux mesures légales et aux procédures suivies dans ce genre de cas », poursuit-il, soutenant qu’après avoir complété les formalités administratives, tous les nouveaux-nés ont été enregistrés normalement.

Prenant comme référence l’article 21 de la constitution qui garantie à tout citoyen le droit de choisir librement le prénom de ses enfants, sans toutefois porter atteindre aux moeurs et à l’ordre public, le département de Laftit fait savoir qu’entre 600.000 et 750.00 nouveaux nés de différentes composantes : « Marocains amazighs, arabes, hassanis ou hébraïques » sont enregistrés chaque année dans le pays.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Amazigh - Abdelouafi Laftit - Ministère de l’Intérieur (Maroc)

Aller plus loin

Maroc : encore des prénoms rejetés par le ministère de l’Intérieur

Les autorités marocaines continuent de refuser certains prénoms, notamment pour leur « consonance étrangère ».

Le prénom Silya interdit au Maroc

Nouvelle interdiction d’un prénom au Maroc. C’est son origine Amazigh qui en serait la cause, mais d’autres sources évoquent un autre motif.

Les prénoms amazighs toujours interdits au Maroc

Malgré le démenti formel des autorités sur l’absence d’une liste de prénoms autorisés et l’entrée en vigueur de la Constitution de 2011, les prénoms amazighs sont toujours...

Encore un prénom amazigh interdit au Maroc

Malgré les promesses faites par le gouvernement et la constitution de 2011 qui garantie une stricte égalité entre Marocains, les autorités viennent une nouvelle fois d’interdire...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le racket des gardiens de voitures au Maroc dénoncé

Le groupe parlementaire du Parti du progrès et du socialisme (PPS) exprime son inquiétude face à ce qu’il qualifie de “harcèlement” et “racket” dont sont victimes les automobilistes par les auto-proclamés gardiens de voitures.

Maroc : les démolitions sur les plages sont elles légales ?

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur a été interpellé par Abdellah Bouanou, président du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement (PJD), sur le respect de la loi dans le processus de démolition de plusieurs résidences...

Maroc : hammams fermés, SPA ouverts, le grand paradoxe

La décision du ministère de l’Intérieur de fermer les hammams trois jours par semaine aura des conséquences négatives sur les employés du secteur, a alerté Fatima Zahra Bata, la députée du Parti de la justice et du développement (PJD).

Maroc : vers la généralisation de la vidéosurveillance dans les villes

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a annoncé la généralisation de l’installation de systèmes de vidéosurveillance afin de renforcer la sécurité dans les villes et provinces du Maroc.

Le Groupe Barid Al-Maghrib promeut la langue amazighe

Le Groupe Barid Al-Maghrib entend intégrer la langue amazighe dans ses services. Dans ce sens, il a signé une convention de partenariat avec l’Institut Royal de la Culture Amazighe (IRCAM).

Maroc : ménage au ministère de l’Intérieur ?

Un nouveau redéploiement s’annonce imminent au ministère de l’Intérieur avec, à la clé, la mise à la retraite de bon nombre de walis et gouverneurs et des nominations.

Le Maroc prolonge encore l’état d’urgence sanitaire

Réuni jeudi lors de sa séance hebdomadaire, le conseil de gouvernement a adopté le projet de décret portant prorogation, à nouveau, de l’état d’urgence sanitaire.

Le Roi Mohammed VI instaure le Nouvel An Amazigh comme jour férié au Maroc

Le Nouvel An Amazigh sera désormais un jour férié officiel au Maroc, selon une décision qui vient d’être prise par le roi Mohammed VI.

Des erreurs sur les panneaux d’autoroutes marocaines

Le député Kamal Ait Mik, membre du groupe parlementaire du Rassemblement national des indépendants (RNI) à la Chambre des conseillers, a relevé des erreurs dans l’écriture des mots amazighs sur les panneaux de signalisation routière.

Maroc : l’Amazigh reconnue officiellement comme une langue de travail

Les autorités marocaines ont procédé mardi au lancement officiel des procédures qui vont permettre l’intégration de l’Amazigh dans les administrations publiques. La cérémonie a été présidée par le chef du gouvernement Aziz Akhannouch.