Prénoms amazighs : le ministère de l’Intérieur dément toute discrimination

17 octobre 2017 - 17h20 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

Face à la multiplication des affaires des communes refusant d’inscrire les prénoms amazighs, le ministère de l’Intérieur vient de réagir, balayant toute supposée discrimination envers les Imazighens.

Pour le ministère, « il y a une exagération énorme et un manque d’objectivité des médias dès qu’il s’agit d’un prénom amazigh, alors qu’ils sont très rares », affirmant que tous les Marocains sont soumis aux mêmes procédures sans distinction aucune.

« Après investigation des services concernés du ministère de l’Intérieur, il s’est avéré que les refus ont été dus soit à un document important qui a manqué, soit au fait que l’agent de l’état civil a demandé un délai pour une concertation, conformément aux mesures légales et aux procédures suivies dans ce genre de cas », poursuit-il, soutenant qu’après avoir complété les formalités administratives, tous les nouveaux-nés ont été enregistrés normalement.

Prenant comme référence l’article 21 de la constitution qui garantie à tout citoyen le droit de choisir librement le prénom de ses enfants, sans toutefois porter atteindre aux moeurs et à l’ordre public, le département de Laftit fait savoir qu’entre 600.000 et 750.00 nouveaux nés de différentes composantes : « Marocains amazighs, arabes, hassanis ou hébraïques » sont enregistrés chaque année dans le pays.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Amazigh - Abdelouafi Laftit - Ministère de l’Intérieur (Maroc)

Aller plus loin

Les prénoms amazighs toujours interdits au Maroc

Malgré le démenti formel des autorités sur l’absence d’une liste de prénoms autorisés et l’entrée en vigueur de la Constitution de 2011, les prénoms amazighs sont toujours...

Encore un prénom amazigh interdit au Maroc

Malgré les promesses faites par le gouvernement et la constitution de 2011 qui garantie une stricte égalité entre Marocains, les autorités viennent une nouvelle fois d’interdire...

Maroc : encore des prénoms rejetés par le ministère de l’Intérieur

Les autorités marocaines continuent de refuser certains prénoms, notamment pour leur « consonance étrangère ».

Le prénom Silya interdit au Maroc

Nouvelle interdiction d’un prénom au Maroc. C’est son origine Amazigh qui en serait la cause, mais d’autres sources évoquent un autre motif.

Ces articles devraient vous intéresser :

Nouvel an amazigh au Maroc : ce sera le 14 janvier

La date du nouvel an Amazigh au Maroc est désormais connue. Elle vient d’être définie par le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, et ce sera le 14 janvier. Ce jour sera donc chômé et payé.

La chanteuse Fatima Tabaamrant menacée par un salafiste

Alors qu’elle fait l’objet d’attaques verbales de la part d’un prédicateur salafiste, l’icône de l’art amazigh, Fatima Tabaamrant, ancienne députée RNI, vient de recevoir le soutien du parti d’Aziz Akhannouch.

Le Groupe Barid Al-Maghrib promeut la langue amazighe

Le Groupe Barid Al-Maghrib entend intégrer la langue amazighe dans ses services. Dans ce sens, il a signé une convention de partenariat avec l’Institut Royal de la Culture Amazighe (IRCAM).

Alerte sur l’impact de la fermeture des hammams et lavages auto

Au Maroc, la mesure de fermeture des hammams et stations de lavages auto trois jours par semaine, prise par le ministère de l’Intérieur, afin de rationaliser la consommation d’eau pourrait engendrer un problème majeur. C’est du moins ce que redoute un...

Maroc : de grands pas vers l’officialisation de l’amazigh

Le gouvernement d’Aziz Akhannouch franchit de grands pas vers l’officialisation de l’amazigh, mais des efforts considérables restent à fournir pour que la langue retrouve sa place qui lui est échue.

Maroc : des marchés de gros pour combattre la spéculation

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a annoncé la création de douze nouveaux marchés régionaux de gros, équipés d’installations modernes pour combattre la spéculation alimentaire exacerbant l’inflation. Cette démarche, a-t-il dit, s’inscrit...

Maroc : l’informel secoue les restaurants

Au Maroc, les restaurateurs ambulants disputent les parts de marché avec les restaurateurs formellement établis. Pour mettre fin à cette concurrence déloyale, les professionnels appellent à une réglementation claire pour soutenir le secteur de la...

Le Maroc prolonge encore l’état d’urgence sanitaire

Réuni jeudi lors de sa séance hebdomadaire, le conseil de gouvernement a adopté le projet de décret portant prorogation, à nouveau, de l’état d’urgence sanitaire.

L’enseignement de la langue amazighe généralisé dans les écoles marocaines

Le ministère de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports vient d’annoncer son plan de généralisation de l’enseignement de la langue amazighe dans tous les établissements du primaire d’ici à l’année 2029-2030.

La criminalité au Maroc est sous contrôle selon le ministre de l’Intérieur

Pas d’inquiétude à avoir en ce qui concerne la criminalité au Maroc. La situation sécuritaire dans le pays est « normale et sous contrôle », grâce aux efforts déployés par les autorités, affirme le ministre de l’Intérieur.