Élections : l’optimisme n’est pas unanimement partagé au sein du PJD

19 mars 2021 - 09h20 - Maroc - Ecrit par : J.K

Pour les échéances électorales prochaines, une partie de la direction du PJD est certaine que le parti sortira victorieux. Mais pour d’autres, point n’est besoin de se voiler la face, car pour eux, le parti ne pourra pas remporter un siège dans chaque circonscription.

Bien que certains membres du PJD visent haut pour les élections prochaines, d’autres préfèrent voir la réalité en face. Ainsi, pour le chef du gouvernement et Secrétaire général du parti, Saâd-Eddine El Othmani, le PJD est bien établi et peut sortir en tête des élections prochaines, rapporte Assabah. Il est soutenu par le chef du groupe parlementaire du parti à la première Chambre, Mustapha Ibrahim. Le médecin député de Kénitra, va même plus loin en pronostiquant que le parti obtiendra au total 104 sièges, soit un, pour chacune des 92 circonscriptions locales et un autre dans chaque région sur la liste des femmes.

Mais, pour d’autres, il faut plutôt admettre la réalité. Ainsi, pour Bilal Talidi, un autre dirigeant du parti, intellectuel populaire, il est vraiment impossible que le parti obtienne un siège par circonscription et le chef du groupe parlementaire, élu sur la liste du ministre Aziz Rebbah à Kénitra devrait le savoir, a souligné Le 360, ajoutant que même en 2016, malgré la puissance du parti, il n’est pas arrivé à avoir un siège par circonscription. Aujourd’hui, avec la perte de ses militants, les problèmes internes du parti, l’annonce de la démission du président du conseil national, les chances du parti sont minimes, a-t-il martelé.

Ainsi, la sortie d’El Othmani et d’Ibrahimi, est plus une réaction à l’atmosphère glaciale interne qu’une prévision électorale, a souligné le dirigeant islamiste. En ce qui concerne la déclaration du chef du groupe parlementaire, elle a pour but d’inciter les militants à plus d’efforts pour la victoire, a estimé le dirigeant, ajoutant que l’affirmation du chef du gouvernement quant à elle, s’inscrit dans le cadre d’une campagne de communication interne pour apaiser les esprits au sein de la formation politique.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Elections - Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Saâdeddine El Othmani

Aller plus loin

Maroc : l’heure de la division a-t-elle sonné au PJD ?

Le Conseil national du Parti de la justice et du développement (PJD) tiendra une session extraordinaire les samedi et dimanche 20 et 21 mars dans un contexte marqué par des...

Le PJD propose le report des élections en février 2022

Le Parti pour la justice et le développement (PJD) a fait une curieuse proposition lors des concertations sur la loi électorale. Le parti de la lampe souhaite le report des...

Le PJD maintient son opposition au nouveau quotient électoral

Le Parti justice et développement (PJD) a réaffirmé son opposition au nouveau quotient électoral. Cette nouvelle réaction fait suite à une décision de la Cour constitutionnelle.

Sale temps pour le syndicat du PJD

La débâcle de l’Union nationale du travail au Maroc (UNTM), bras syndicat du Parti de la justice et du développement (PJD) aux élections professionnelles se confirme. Elle perd...

Ces articles devraient vous intéresser :

Code de la famille : les féministes marocaines face à l’opposition de Benkirane

Le secrétaire général du Parti justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a vivement critiqué le mouvement féministe qui milite pour l’égalité des sexes dans le cadre de la réforme du Code de la famille, estimant que son combat vise à...

Maroc : Abdelali Hamieddine, ancien parlementaire, condamné pour meurtre

La Cour d’appel de Fès a rendu son verdict dans l’affaire de l’ex-parlementaire Abdelali Hamieddine, qui vient d’être condamné à une peine de 3 ans de prison ferme.

Maroc : les réformes des lois sur les libertés individuelles passent mal

Les réformes des lois sur les libertés individuelles initiées par le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi sont loin de faire l’unanimité. Après le parti de la justice et du développement (PJD), parti de l’opposition, c’est au tour du parti de la...

Abdelkader Amara claque la porte du PJD, voici pourquoi

Abdelkader Amara n’est plus membre du parti de la justice et du développement (PJD). Lundi, l’ancien ministre de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau a annoncé sa démission du parti islamiste après une réflexion sur ce que...

Jamaa Mouatassim démissionne du PJD, crise au sein de la formation islamiste

Le secrétaire général du Parti de la Justice et du développement (PJD), Jamaa Mouatassim, a démissionné vendredi du bureau du parti, après les rumeurs affirmant qu’il serait le conseiller politique d’Aziz Akhannouch, le chef du gouvernement.

Le PJD exprime son regret après la mise en garde du Cabinet royal

Le Parti Justice et Développement (PJD) est sorti de son silence après avoir été recadré par le Cabinet royal au sujet des relations du Maroc avec Israël. Dans un communiqué signé par son secrétaire général, Abdelilah Benkirane, le parti a exprimé son...

Maroc : la fumée de la chicha empoisonne l’école

Touria Afif, membre du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement (PJD), a interpellé le ministre de l’Intérieur et celui de l’Éducation nationale sur la prolifération des cafés à chicha à proximité des écoles au Maroc et plus...

La mise en garde d’Abdelilah Benkirane à Aziz Akhannouch

Abdelilah Benkirane, secrétaire général du parti de la justice et du développement (PJD) a poussé un coup de gueule contre le gouvernement d’Aziz Akhannouch. Il l’a par ailleurs mis en garde contre l’éventualité d’un déclenchement des manifestations...

Le PJD doit payer plus de 5 millions de dirhams

La Cour des comptes a récemment publié son rapport annuel sur l’audit des comptes des partis politiques pour l’année 2021. Selon ce rapport, le Parti de la justice et du développement (PJD) est en tête de liste des partis qui doivent rembourser des...

Le PJD en colère contre le nouveau Code de la famille

Le parti de la justice et du développement (PJD) dirigé par Abdelilah Benkirane, affiche son opposition à la réforme du Code de la famille. Du moins, pour certaines propositions.