Le PSU manifeste contre le pass vaccinal au parlement (vidéo)

8 avril 2022 - 16h20 - Maroc - Ecrit par : A.T

Le bureau politique du Parti socialiste unifié (PSU) a appelé ses membres à protester devant le parlement, pour réclamer le retrait de l’obligation du pass vaccinal, demandé aux députés avant d’assister à l’ouverture de la session printanière.

La formation politique a estimé que le maintien de cette mesure au sein de l’hémicycle vise à empêcher la secrétaire générale du parti, Nabila Mounib, d’exercer ses fonctions constitutionnelles et de représentante de la Nation, notant qu’il s’agit d’une « violation flagrante de la constitution ». L’élue s’est vue, à maintes reprises, interdite d’accès à l’institution législative, malgré un test PCR négatif.

A lire : Nabila Mounib empêchée d’entrer au Parlement (vidéo)

Le PSU a ainsi appelé à soutenir la liberté d’opinion en manifestant contre l’atteinte aux dispositions de la constitution, et en dénonçant l’abus de pouvoir et en solidarité avec la parlementaire Nabila Mounib contre l’interdiction et les restrictions.

Pour la députée, il s’agit d’une mesure ciblée, car elle serait la seule à être contrôlée pour accéder au parlement. Et d’ajouter que le Parlement est la seule institution qui maintient encore cette mesure alors que le pass vaccinal n’est exigé nulle part ailleurs au Maroc.

Sujets associés : Parti Socialiste Unifié (PSU) - Vidéos - Parlement marocain - Pass vaccinal

Aller plus loin

Le parlement marocain alimenté à l’énergie solaire

Le siège de la Chambre des représentants à Rabat est désormais alimenté au tiers de sa consommation électrique par l’énergie solaire. Une initiative qu’il faut saluer.

Nabila Mounib empêchée d’entrer au Parlement (vidéo)

Les députées Nabila Mounib et Fatima Zohra Tamni du PSU et de l’AFG n’ont pu accéder au parlement lundi soir, pour participer à la séance plénière consacrée aux questions...

Nabila Mounib affiche son opposition à la normalisation Maroc/Israël

Un an après, il y a toujours des oppositions à la normalisation des relations diplomatiques entre le Maroc et Israël. La députée Nabila Mounib, secrétaire générale du Parti...

Le Parlement marocain normalise-t-il avec la corruption politique ?

Alors que des parlementaires marocains sont toujours en prison, les deux chambres du Parlement continuent de leur verser des indemnités. De quoi friser la corruption politique.

Ces articles devraient vous intéresser :

Fermeture des hammams au Maroc : la question arrive au parlement

Plutôt que de fermer les bains publics pour rationaliser l’eau, la députée du parti socialiste, Majida Chahid, propose de fixer la capacité d’accueil de ces établissements ou de déterminer la quantité d’eau à utiliser par client.

Maroc : une taxe de 30% sur les « Iphone »

Les députés de la majorité parlementaire désapprouvent l’augmentation de 2,5 % à 30 % des droits de douane sur les smartphones importés, prévue dans le Projet de loi de finances (PLF) 2024. Certains plaident pour une taxe sur les téléphones de luxe,...

Maroc : pas de congé menstruel pour les femmes fonctionnaires

La proposition de loi visant à instaurer un congé menstruel, d’une durée ne dépassant pas deux jours par mois, en faveur des femmes fonctionnaires n’a pas reçu l’assentiment du gouvernement.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Pourquoi le PJD s’oppose-t-il à l’encradrement des dons ?

Le Parti de la justice et du développement (PJD) n’adhère pas au projet de loi relatif aux appels à la générosité publique et a choisi de s’abstenir lors de son adoption en commission à la première Chambre.

Maroc : la liste des députés poursuivis pour corruption s’allonge

Trois députés marocains viennent d’être déférés devant la justice pour corruption. Déjà une vingtaine de parlementaires sont poursuivis en justice pour des faits de corruption et dilapidation des deniers publics.

Port d’armes : le Maroc durcit son arsenal juridique

Le gouvernement fait du contrôle des armes à feu une priorité. Dans ce sens, il a adopté un projet de loi pour répondre aux défis actuels et aux mutations sociales et technologiques. Ce projet est déjà sur la table du Parlement.

Maroc : le parlement discute de la fiscalité des auto-entrepreneurs

Au Parlement marocain, des groupes de l’opposition ont proposé des amendements concernant le projet de loi de finances (PLF) pour l’année 2024 dont l’un vise à encourager l’engagement dans l’économie organisée et à améliorer l’attractivité du système...

27 000 Marocains ont quitté le Maroc en 2022 pour travailler à l’étranger

Quelque 27 000 Marocains ont quitté le pays en 2022, selon le ministre de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences, Younes Sekkouri. Ce sont des départs réguliers via des canaux officiels.

Augmentation de la pension rentraite des Marocains

Les travailleurs du secteur privé pourraient se retrouver avec 100 DH de plus sur leurs pensions de retraite. Le gouvernement étudie sérieusement sa faisabilité actuellement.