Immigration : récolter les fraises pour faire vivre la famille au Maroc

14 mars 2009 - 18h24 - Espagne - Ecrit par : L.A

Aïcha et Nawal ont posé comme des milliers de Marocaines leurs valises sur le sol andalou pour récolter pendant des mois des fraises chez des agriculteurs du sud de l’Espagne, et gagner de quoi faire vivre leur famille toute l’année

Aïcha Farhi, 34 ans, en est à sa deuxième saison chez Agromartin, un exploitant agricole qui produit des fraises et des nectarines à Lepe, dans la province de Huelva. Foulard et chapeau sur la tête, elle soulage les branches de leurs surplus de fruits.

Originaire de la région de Casablanca (ouest du Maroc), elle est arrivée fin février pour sa deuxième saison consécutive qui doit durer jusque fin mai. "Grâce à la dernière récolte, j’ai pu faire vivre toute ma famille, mon mari malade et mes trois fils, jusqu’à la campagne actuelle", explique-t-elle par l’intermédiaire d’Allal Nejjari, un contremaître marocain installé en Espagne.

Avant de venir récolter les fraises en Espagne, elle faisait des ménages au Maroc. "Je touchais 5,5 ou 6 euros par jour. Ici, ce sont 36,5 euros par jour, six jours par semaine", explique-t-elle.

Son hébergement avec ses camarades marocaines, dans des baraques de chantier au fond de l’exploitation, est pris en charge par Agromania. Elle doit en revanche payer sa nourriture. La semaine dernière elle a dépensé environ 20 euros, ce qui lui a permis d’en mettre de côté environ 200.

Nawal Echaldy, 25 ans, vient elle de Sidi Kacem, au nord-ouest du Maroc. Son séjour espagnol devrait durer neuf mois car elle est arrivée dès septembre pour planter les fraisiers. Pour elle aussi, la récolte "permet de faire vivre presque toute la famille", sa mère et ses 10 frères.

Elle en est à sa quatrième saison. Neuf mois loin des siens ne sont pas trop difficiles à vivre ? "Vu la situation, la pauvreté, peu importe si nous sommes loin", répond-elle, avant de reprendre sa place sur la chaîne dans l’atelier de conditionnement des fraises.

La région de Huelva produit à elle seule environ 300.000 tonnes de fraises par an qui envahissent tous les marchés d’Europe, soit la deuxième production mondiale, selon l’association professionnelle Freshuelva.

L’organisme de placement marocain Anapec a traité pour cette campagne environ 15.000 dossiers de Marocains volontaires pour la récolte des fraises espagnoles.

José Antonio Martin, patron d’Agromartin, fait comme tous les exploitants de la région : il embauche des saisonniers dans leurs pays d’origine pour pallier le manque d’une main d’oeuvre locale qui a délaissé les durs travaux des champs pour le mirage de la construction jusqu’à la crise de ces derniers mois.

Cette option représente un coût supplémentaire, car il doit les loger et leur payer le voyage aller. Mais cela lui garantit sa main d’oeuvre pendant toute la récolte.

Dans les allées pavées du campement des saisonniers, on croise essentiellement des Marocaines, des Roumaines et des Bulgares. Dans chaque baraque, tiennent jusqu’à huit lits superposés.

L’exploitation met aussi à leur disposition une salle de télé, un accès gratuit à l’Internet avec des ordinateurs équipés de Webcams, une salle de prière pour les musulmans, et une tente du désert pour salle des fêtes, avec boule à facettes, sono et micros.

Interrogé sur les conditions de vie de ces travailleurs, le syndicat CCOO assure que la majeure partie des entrepreneurs offraient des conditions de vie similaires, mais que certains ne respectaient pas les conditions minimales.

Le chef d’une autre exploitation de la région a refusé l’accès de ses installations à un photographe de l’AFP.

Source : AFP

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Agriculture - Emploi - Immigration - Femme marocaine - Anapec

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : Une baisse record des exportations d’oranges

Les exportations marocaines d’oranges ont considérablement chuté au cours des huit premiers mois de 2023, s’établissant à 30 000 tonnes contre 109 000 tonnes en 2022.

27 000 Marocains ont quitté le Maroc en 2022 pour travailler à l’étranger

Quelque 27 000 Marocains ont quitté le pays en 2022, selon le ministre de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences, Younes Sekkouri. Ce sont des départs réguliers via des canaux officiels.

Le Maroc dans le Top 10 mondial des fournisseurs de fruits surgelés

Le Maroc a quadruplé ses exportations de framboise surgelée vers l’Union européenne (UE) en deux ans, passant de 3 600 tonnes en 2020 à 16 700 tonnes en 2022.

Maroc : crise du célibat féminin

Au Maroc, le nombre de femmes célibataires ne cesse d’accroître, avec pour conséquence la chute du taux de natalité. Quelles en sont les causes ?

Royal Air Maroc recrute

Royal Air Maroc (RAM) a lancé via sa filiale Atlas multi services (AMS), une opération de recrutement de personnel navigant commercial au Maroc. Le dernier délai de l’appel à candidatures est fixé au 1ᵉʳ décembre prochain.

Le Maroc va faire un important don d’engrais à Saint-Vincent-et-les Grenadines

Le Maroc envisage de faire un important don d’engrais à Saint-Vincent-et-les-Grenadines l’année prochaine. Une feuille de route pour la coopération entre les deux pays dans les trois ou cinq années à venir est en cours d’élaboration.

Le Maroc va importer 2,5 millions de tonnes de blé

Le Maroc veut importer 2,5 millions de tonnes de blé entre le 1ᵉʳ juillet et le 30 septembre 2023, a annoncé l’Office national interprofessionnel des céréales et des légumineuses (ONICL).

Maroc : des stations de dessalement pour sauver l’agriculture

Le ministère marocain de l’Agriculture a adopté le dessalement de l’eau de mer à des fins d’irrigation. Dans cette dynamique, le département de Mohamed Saddiki a prévu la construction de nouvelles stations de dessalement dans certaines zones agricoles.

L’actrice Malika El Omari en maison de retraite ?

Malika El Omari n’a pas été placée dans une maison de retraite, a affirmé une source proche de l’actrice marocaine, démentant les rumeurs qui ont circulé récemment sur les réseaux sociaux à son sujet.

Un agriculteur espagnol attaque la famille royale marocaine

Le Tribunal de l’Union européenne a entendu mardi les arguments de l’entreprise Eurosemillas, spécialisée dans la production de semences sélectionnées, qui demande l’annulation de la protection communautaire des obtentions végétales pour la variété...