La réduction de l’informel devient une urgence pour le Maroc

5 mars 2021 - 21h30 - Economie - Ecrit par : J.K

Inscrit dans la liste grise du GAFI, le Maroc doit réorganiser son dispositif. L’informel, couronné par la sous-déclaration, l’absence de factures, la contrebande, doit être réduit dans les meilleurs délais.

Réduire l’informel dans l’économie marocaine, c’est l’une des mesures que doit prendre le royaume pour se conformer aux normes GAFI. Puisque « certains opérateurs font du blanchiment d’argent en investissant massivement dans l’immobilier pour échapper au fisc », rapporte L’Économiste.

L’écart de régularisation demeure considérable, vu que « de nombreuses transactions commerciales restent marquées par la prévalence de la sous-déclaration, de l’absence de factures probantes, de la contrebande, de la contrefaçon… ». Bien que des mesures aient été prises pour l’insertion des unités exerçant dans l’informel, le résultat était moins bon, concernant principalement l’acquittement fiscal des entreprises inscrites pour la première fois au niveau des services des impôts.

Le rappel de l’Unité de traitement du renseignement financier (UTRF) concernant la stratégie nationale d’inclusion financière qui devrait faciliter l’accès aux services bancaires, surtout pour les travailleurs du secteur informel, dont les jeunes, les auto-employeurs, les PME exportatrices en Afrique, a été abordé par le quotidien, sans oublier le statut d’auto-employeur permettant d’insérer les petits commerçants dans l’économie formelle, en mettant en place leur entreprise, via le canal bancaire. De plus, « les entreprises de transfert de fonds ont été transformées en établissements de paiement habitués à ouvrir des comptes de paiement », a souligné la même source.

Sujets associés : Impôts - Alerte

Aller plus loin

Maroc : la TVA, bête noire du secteur informel

La Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) représente « la principale composante » fiscale que redoutent le plus, les acteurs du secteur informel. C’est ce qui ressort d’une étude...

Voici pourquoi le Maroc figure dans la liste du GAFI

Suite à l’actualisation des statuts des pays membres du Groupe d’action financière international (GAFI) spécialisé dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le...

L’informel, l’autre fléau qui gangrène l’économie marocaine

L’évolution inquiétante de l’informel sur le marché marocain préoccupe le Haut commissariat au plan (HCP) qui a présenté le 2 mars une étude sur les causes et conséquences de ce...

Maroc/ Sebta-Melilia : vers la fin du commerce informel

Plus de doute, fini le trafic informel au niveau de Sebta et Melilla, désormais aux portes d’une nouvelle ère. Dans un rapport annuel, le Conseil économique, social et...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : nouvelles mesures fiscales en 2024

Au Maroc, de nouvelles mesures fiscales entrent en vigueur dès le début cette année 2024, a annoncé la Direction générale des impôts du royaume.

Maroc : statut auto-entrepreneur ou fraude fiscale ?

Les auto-entrepreneurs, statut lancé en 2015, sont peu nombreux à déclarer leurs chiffres d’affaires à la Direction des impôts. Une situation qui préoccupe les patrons marocains et à laquelle pourrait remédier le Projet de loi de finance (PLF) 2023.

Les influenceurs marocains vont payer l’impôt sur le revenu

Le ministre délégué chargé du Budget, Fouzi Lekjaâ, a donné des éclaircissements sur la taxation des revenus perçus par les influenceurs.

Salaires : bonne nouvelle pour les Marocains

Le gouvernement marocain, via son porte-parole Mustapha Baitas, a annoncé une révision de l’Impôt sur le revenu (IR) avec pour objectif d’augmenter les revenus des employés et fonctionnaires.

Maroc : les duty free font leur révolution

Du changement en vue pour les magasins de vente sous douane, communément appelés « Duty free shops ». L’Administration des douanes et impôts indirects (ADII) et l’Office des changes ont fixé de nouvelles règles relatives à leur gestion et fonctionnement.

Maroc : vers une hausse des taxes sur la chicha et les cigarettes électroniques

Le Maroc entend augmenter les taxes sur la chicha et les cigarettes électroniques. Une décision motivée, dit-on, par le souci de préserver la santé des consommateurs, notamment les jeunes Marocains.

Maroc : les écoles privées veulent augmenter les frais de scolarité

Les écoles privées au Maroc menacent d’augmenter les frais de scolarité d’environ 5 %, ce qui leur permettra de récupérer le montant de l’Impôt sur le revenu (IR) pour les enseignants vacataires, qui est passé de 17 à 30 % depuis le 1ᵉʳ janvier de...

Évasion fiscale au Maroc : Seuls 2% des contribuables paient 80% de la TVA

La plupart des contribuables marocains ne paient pas leurs impôts, générant un manque à gagner important, de l’ordre d’un milliard de dirhams, à l’État marocain.

Maroc : les influenceurs vont payer les impôts

La direction générale des impôts (DGI) a adressé des notifications aux influenceurs et créateurs de contenu digital qui ne sont pas à jour vis-à-vis du fisc pour les enjoindre de régulariser leur situation.

Le dilemme des MRE : vendre leurs biens ou se soumettre à l’échange fiscal

Des Marocains résidant à l’étranger (MRE) appellent à la suspension de l’accord multilatéral sur les échanges de renseignement automatiques des comptes financiers.