Maroc/ Sebta-Melilia : vers la fin du commerce informel

18 novembre 2020 - 12h00 - Espagne - Ecrit par : J.K

Plus de doute, fini le trafic informel au niveau de Sebta et Melilla, désormais aux portes d’une nouvelle ère. Dans un rapport annuel, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a inscrit une stratégie bien conçue pouvant faciliter la création d’emplois et assurer le développement des régions autour des deux enclaves.

Le rapport représente une feuille de route traçant les étapes à suivre pour bannir définitivement ce " trafic fortement organisé et structuré, dont seule une partie est apparente " indique le document, relayé par Les Eco.

L’arrêt de cette activité informelle entre les deux enclaves, est une décision souveraine et nécessaire. Bien que le Covid-19 y ait joué un rôle important, le document du conseil estime que cette décision doit être suivie d’une stratégie de développement intégré.

Ainsi, les conclusions du rapport suggèrent une kyrielle de recommandations dont la création de la zone d’activité économique à Fnideq, la mise en place " d’un corridor industriel " devant traverser la bande méditerranéenne du royaume, sur l’axe logistique partant de Tanger Med à Nador West Med, ainsi que l’adoption d’un régime fiscal et foncier attractif à l’investissement, le développement de l’offre touristique des régions limitrophes à Sebta et Melilla et autres.

Principale préoccupation des autorités de Sebta et Melilla, ainsi que des experts, le rétablissement des équilibres d’avant la crise, sans le commerce informel.

D’où le rapport de Kissy Chandiramani Ramesh et Jaime Bustillo Galvez, respectivement conseillère en charge de l’économie, du trésor public, de l’administration publique et de l’emploi, au sein du gouvernement régional de Sebta et économiste et ex-conseiller régional à Sebta, relevant que les importations de Sebta ont baissé de 44,3%, au cours du premier trimestre 2020 comparativement à 2019. Mais " l’incertitude concernera 40,5% des importations, si le Maroc persiste quant à l’imperméabilité de la frontière".

De plus, toutes les recommandations impliquent la déduction des fonds de l’Etat espagnol. Ce qui rend les choses difficiles pour les deux régions, surtout en cette période de crise économique, conclut la même source.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Ceuta (Sebta) - Melilla - Emploi - Contrebande - Trafic

Aller plus loin

L’informel, l’autre fléau qui gangrène l’économie marocaine

L’évolution inquiétante de l’informel sur le marché marocain préoccupe le Haut commissariat au plan (HCP) qui a présenté le 2 mars une étude sur les causes et conséquences de ce...

Sebta : les entreprises marocaines ont trouvé une alternative à la contrebande

Fini l’introduction illégale des produits espagnols au Maroc. Les sociétés marocaines importent désormais ces produits de façon légale.

Maroc : les autorités bouclent toute la bande côtière de Fnideq

Les éléments de la police et des forces auxiliaires de Fnideq ont bouclé toute la bande côtière afin d’empêcher toute tentative des jeunes de gagner Sebta.

Frontière Ceuta-Maroc : les travaux de rénovation de la clôture avancent à grands pas

Le périmètre de la clôture servant de frontière entre le Maroc et Ceuta est en pleine rénovation. Les fils barbelés sont remplacés par des éléments moins tranchants.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : Trop de centres commerciaux ?

Au Maroc, la multiplication des malls soulève des inquiétudes. Les fermetures de plusieurs franchises enregistrées ces derniers temps amènent à s’interroger sur la viabilité de ce modèle commercial.

La police marocaine recrute

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a annoncé un grand concours de recrutement de plusieurs grades au sein du corps de la police. Le concours aura lieu le 16 juillet à Rabat et dans d’autres villes si nécessaire. Au total, 6 607...

Spirit Aerosystems renforce ses effectifs marocains

Après une pause en 2021, les recrutements ont repris au Maroc chez l’Américain Spirit Aerosystems, leader mondial de la fabrication des aérostructures pour l’aviation civile et militaire. Déjà de dizaines de personnes recrutées.

Maroc : l’informel met à genoux les magasins de sport

Dans le secteur du sport en plein essor au Maroc, l’informel gagne du terrain. Les professionnels, mécontents, tirent la sonnette d’alarme.

Combien de Marocains ont émigré à l’étranger cette année ?

À fin septembre dernier, plus de 26 000 Marocains ont émigré à l’étranger pour s’y installer et travailler, d’après le ministère chargé de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences.

Statut d’auto-entrepreneur au Maroc : après l’euphorie, le flop ?

Lancé en 2015, le statut auto-entrepreneurs semble ne plus être une solution à l’informel et au chômage. Le bilan en est la parfaite illustration.

La stratégie du Maroc pour s’imposer dans la sous-traitance aéronautique

Depuis 25 ans, le Maroc travaille à s’imposer dans la sous-traitance aéronautique mondiale. Quelle stratégie a-t-il défini pour atteindre son objectif ?

Investissements massifs au Maroc, 76,7 milliards de dirhams, 20 000 emplois

La Commission nationale des investissements a donné son aval à une série de 21 projets. L’investissement global de ces projets s’élève à 76,7 milliards de dirhams, l’équivalent de 6,98 milliards d’euros, selon un communiqué officiel du gouvernement.

Royal Air Maroc recrute

Royal Air Maroc (RAM) a lancé via sa filiale Atlas multi services (AMS), une opération de recrutement de personnel navigant commercial au Maroc. Le dernier délai de l’appel à candidatures est fixé au 1ᵉʳ décembre prochain.

Auto-entrepreneur au Maroc : voici le guide fiscal 2024 (pdf)

La Direction générale des impôts (DGI) vient de publier un guide sur le régime fiscal de l’autoentrepreneur. Un document qui reprécise les conditions d’obtention de ce statut ainsi que les avantages fiscaux y afférents.