Recherche

Royal Air Maroc : une proposition "qui ne se refuse pas"

© Copyright : DR

18 août 2020 - 08h40 - Economie

Suite à la décision de Royal Air Maroc de licencier 140 salariés, dont 65 membres du personnel navigant technique, 50 membres du personnel navigant commercial et 16 membres du personnel au sol, les pilotes ont notifié au gouverneur de Hay Hassani le non-respect des engagements pris par la compagnie vis-vis-à-vis de son personnel et de la nécessité de préserver l’emploi en proposant de solutions alternatives.

Dans une correspondance en date du 17 août, soit 4 jours après la réunion de la commission provinciale, les pilotes réunis au sein de l’Association marocaine des pilotes de Ligne (AMPL) ont rappelé qu’au sein de la compagnie,“le respect de la loi, du droit et des contrats signés (notamment le règlement intérieur et protocole d’accord en date du 01 mars 2019 relatif à la paix sociale) ainsi qu’un climat social et des relations de travail saines "font défaut.

À en croire les pilotes, ces transgressions des lois par la compagnie sont validées par l’administration et les représentants des différents départements ministériels impliqués. Tout en rappelant les irrégularités qui ont prévalu au cours de la rencontre du 13 août dernier, ils disent avoir constaté malheureusement une absence de négociation et de concertation de la part de la compagnie “préalablement à l’annonce de sa volonté de réduire drastiquement les effectifs, et ce alors même que les représentants du personnel sont disposés à faire les sacrifices nécessaires pour surmonter la crise actuelle qui est certes grave mais fort heureusement très temporaire”. L’AMPL n’a pas manqué de préciser qu’elle a maintes fois envoyé des correspondances qui sont restées “majoritairement sans réponses » et n’ont « produit aucun effet."

Au dire des représentants des pilotes, tous les documents pouvant permettre aux représentants du personnel d’analyser et de comprendre la situation économique et sociale de l’entreprise n’ont jamais été partagées. Par conséquent, ils estiment que ces mêmes documents n’ont pas été remis à la déléguée provinciale “rendant ainsi vaine toute velléité d’enquête sur la situation et la procédure justifiant le recours à des licenciements”.

Suite à l’appel au “patriotisme et aux responsabilités individuelles et collectives” du roi Mohammed VI lors du discours du Trône, l’AMPL a fait des propositions à la Gouverneure. Entre autres propositions, les pilotes de ligne sont “disposés à prendre à charge, par une réduction corrélative de leurs émoluments financiers, le coût de la réduction de la masse salariale dont aurait bénéficié RAM en procédant au licenciement économique de 140 salariés”.

À cette proposition s’ajoute également le “gel complet du versement des primes variables pour l’ensemble du personnel bénéficiaire de cette prime, y compris le personnel d’encadrement administratif, tant que la crise liée à la pandémie de Covid-19 perdurera”. Dans le détail, il s’agit de 154 millions de dirhams pour le personnel navigant technique (PNT) et 67 millions de dirhams pour le personnel au sol bénéficiaire de la prime variable annuelle.

Disposés, indiquent-ils, à privilégier la voie du dialogue, de la concertation et du dialogue social, ils invitent la direction de RAM à signer un “Accord de solidarité et d’avenir” afin de préserver l’emploi des pilotes et des autres membres du personnel.

Mots clés: Coronavirus au Maroc (Covid-19) , Royal Air Maroc (RAM)

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact