Safia El Aaddam, « fille d’immigrés », dénonce le racisme en Espagne

6 juin 2022 - 17h40 - Espagne - Ecrit par : A.P

Née à Tarragone de parents marocains, Safia El Aaddam, 27 ans, a entamé les démarches pour obtenir la nationalité espagnole depuis qu’elle a appris que sans ce document, elle ne pourrait jamais exercer son droit de vote en Espagne. Pour dénoncer entre autres ces discriminations, elle vient de publier son premier ouvrage titré « Fille d’immigrés » (Hija de inmigrantes).

Les parents de Safia, d’origine marocaine, sont arrivés en Catalogne il y a 40 ans. Safia, elle, a vu le jour à Tarragone il y a 27 ans. La jeune femme se bat depuis l’âge de 18 ans pour obtenir la nationalité espagnole sans laquelle elle ne pourrait exercer son droit de vote. Jusque-là, elle n’a toujours pas la carte nationale d’identité (DNI) espagnole, mais assure que la procédure est presque à son terme, fait savoir Huffington Post.

Pendant toutes ces années où elle ne pouvait pas voter, Safia est devenue très active sur les réseaux sociaux. Sous le surnom de « Fille d’immigrés », elle dénonce sur Instagram les discriminations subies par de nombreux étrangers en Espagne. En 2019, elle lance les campagnes « Je te donne mon vote » et « Voter est un privilège », regroupant des résidents sans droit de vote et des Espagnols abstentionnistes.

À lire : Espagne : une Marocaine dénonce le racisme de son professeur

Très engagée, Safia El Aaddam vient de publier son premier roman, au titre assez évocateur : Fille d’immigrés. « Dès mon plus jeune âge, j’ai réalisé que j’avais cette étiquette de fille d’immigrés parce que j’avais hérité du statut d’immigré, du statut légal et du racisme social envers mes parents, même si je suis née dans ce pays », explique-t-elle. Et d’ajouter : « Vous assumez un rôle et des responsabilités qui ne sont pas de votre âge, le stress permanent dû à la peur des institutions entre autres. À l’âge adulte, vous vous voyez comme une fille sans défense… »

Safia dénonce par ailleurs le racisme institutionnel envers les étrangers. « Quand le fils du Maure parle amazigh et espagnol, il n’est pas assez intégré. Mais quand le fils d’un Français parle français et espagnol, c’est un vrai mérite », déplore-t-elle. « On essaie de renier ses racines et sa culture pour ne pas subir tant de rejet et de violence. […] C’est à l’école que les filles de migrants et de personnes de couleur subissent les premières violences et discriminations. Structurellement, le système est raciste, donc l’éducation est raciste aussi, et les enseignants sont racistes », insiste Safia.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Racisme - Femme marocaine

Aller plus loin

Viré d’une colocation car Marocain

À Almeria, des Espagnols ont refusé d’être des colocataires à Saad, un Marocain de 20 ans environ, à cause de sa nationalité. Un comportement raciste dénoncé par l’une des...

Espagne : sous pression pour licencier ses employés marocains

Le propriétaire d’un bar en Espagne aurait reçu une note manuscrite anonyme dans laquelle il lui est exigé de licencier son personnel étranger, notamment marocain, et de ne...

Espagne : une Marocaine dénonce le racisme de son professeur

Basma Belrhalia Laouar, étudiante marocaine en journalisme à l’Université de Murcie (UMU), a dénoncé sur Tik Tok le comportement raciste de son professeur de langue au lycée de...

France : excédé par le racisme, un Marocain envisage de fermer son commerce

Mouhssine Zouine, gérant d’une boulangerie ouverte en octobre 2020 sur l’avenue de Chatte à Saint-Marcellin envisage de fermer son commerce en raison du racisme dont il est...

Ces articles devraient vous intéresser :

Iliass Aouani, recordman italien du marathon, répond avec élégance aux injures racistes

Après avoir battu le record italien du marathon (2h07:16), Iliass Aouani a essuyé des insultes racistes. Sur la toile, il a été attaqué notamment sur ses origines marocaines. Plutôt que d’employer le même ton que ses détracteurs, l’athlète a préféré...

Un Marocain tabassé par des videurs dans le nord de l’Espagne

Un jeune homme de 23 ans, médiateur culturel d’origine marocaine résidant à la Corogne, dans le nord-ouest de l’Espagne, a porté plainte, affirmant avoir été victime d’une agression racistede la part de deux videurs.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Haine envers les Marocains : prison ferme prononcée par la justice

Le parquet de Valence spécialisé dans les délits de haine a requis trois ans de détention contre un homme accusé de diffusion d’informations mensongères sur les réseaux sociaux ciblant les musulmans, notamment Marocains.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Violences policières : la France sermonnée par l’ONU

Le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale, l’organe affilié aux Nations unies, exprimé sa « profonde préoccupation » concernant les pratiques des forces de police en France vis-à-vis des minorités. Cette inquiétude fait suite au décès...

Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

Avant l’établissement de tout document administratif pour leurs enfants, y compris la carte d’identité nationale, les femmes divorcées au Maroc doivent avoir l’autorisation du père. Elles appellent à la levée de cette exigence dans la réforme du Code...

Maroc : vers un congé menstruel pour les femmes ?

Le Maroc s’apprête-t-il à emboîter le pas à d’autres pays en octroyant aux femmes un congé menstruel ? Le sujet intéresse un groupe parlementaire qui a déjà déposé un projet de loi dans ce sens.

Christophe Galtier : garde à vue pour discrimination raciale

L’ex-entraîneur de l’OGC Nice, Christophe Galtier, ainsi que son fils, John Valovic-Galtier, ont été placés en garde à vue ce vendredi dans le cadre d’une enquête portant sur des allégations de discrimination au sein du club.

Accusé de racisme, Christophe Galtier a le soutien de Laurent Blanc

À l’instar de Genesio, Kombouaré et Roy, le coach de l’Olympique lyonnais (OL) Laurent Blanc a défendu son collègue et ami Christophe Galtier, entraîneur du PSG accusé de racisme dans une affaire qui remonte à son passage à l’OGC Nice la saison dernière.