Sahara : un ancien diplomate tunisien appelle son pays à clarifier sa position

4 septembre 2022 - 19h40 - Maroc - Ecrit par : S.A

La crise diplomatique entre la Tunisie et le Maroc continue de susciter des réactions. Ahmed Ounaies, ancien ministre des Affaires étrangères tunisien, appelle les autorités tunisiennes à clarifier la position du pays sur le Sahara. La Tunisie a souvent réitéré sa neutralité, mais l’invitation du chef du Polisario Brahim Ghali à la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD) tenue à Tunis tend à prouver qu’elle a pris parti.

« Je ne dirais pas qu’il y a une crise diplomatique entre le Maroc et la Tunisie, mais plutôt un incident. Ce qui s’est passé était un ‘lapsus’, a déclaré Ahmed Ounaïes, ancien diplomate de carrière et ex-ministre des Affaires étrangères, dans l’émission Midi Show. Selon lui, « Éthiquement parlant, le Maroc devait réagir ».

À lire : Brahim Ghali à la TICAD : une diplomate tunisienne soutient le Maroc contre Kaïs Saïed

Il a rappelé que le roi Mohammed VI avait, dans un récent discours, appelé tous les pays, notamment ceux du grand Maghreb, à clarifier leur position sur la question du Sahara occidental. « La Tunisie aussi doit exprimer sa position, bien que le communiqué, publié par le ministère des Affaires étrangères le 21 août, affirme que la Tunisie tient à sa neutralité », a affirmé l’ancien chef de la diplomatie tunisienne.

À lire : La Tunisie invite Brahim Ghali, le Maroc rappelle son ambassadeur

Pour sortir de cette crise diplomatique née de l’invitation du leader du Polisario Brahim Ghali à la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD) tenue les 27 et 28 août à Tunis, Ahmed Ounaïes recommande aux autorités tunisiennes de charger un diplomate de se rendre au Maroc ou d’organiser un point de presse, pour faire part de la position officielle de la Tunisie par rapport à ce qui s’est passé.

À lire :La Tunisie exclut le Maroc du Maghreb arabe

Selon le diplomate tunisien, le président de la République, Kais Saïed, n’a pas pris parti aux dépens d’une autre. « Certes, Saïed a seulement visité l’Algérie et la Libye, mais cela ne révèle pas un problème avec le Maroc », a-t-il estimé, ajoutant qu’« il faut qu’il y ait des preuves pour dire que Saïed a pris parti ».

Sujets associés : Diplomatie - Tunisie - Polisario

Aller plus loin

Comment l’Algérie a vassalisé la Tunisie

Depuis l’accueil remarqué du chef du Polisario Brahim Ghali à la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD), les relations entre Rabat et Tunis...

Le début d’un possible dégel des relations entre le Maroc et la Tunisie ?

Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger et son homologue tunisien Othman Jerandi se sont rencontrés...

« Le roi Mohammed VI a toujours demandé d’aider la Tunisie »

Abdelilah Benkirane, ancien chef du gouvernement et secrétaire général du Parti justice et développement (PJD) confie que le roi Mohammed VI lui a toujours demandé d’aider la...

La Tunisie exclut le Maroc du Maghreb arabe

Rached Ghannouchi, président de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), également leader du parti islamiste Ennahdha a appelé à une Union du Maghreb à trois qui devrait...

Ces articles devraient vous intéresser :

Sahara : l’ONU accuse, le Polisario récuse et critique le Maroc

Le Polisario critique le rapport du secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, sur la situation au Sahara qui l’accable et accuse le Maroc de violation continue de la présence et du travail de la MINURSO.

L’armée marocaine envoie l’artillerie lourde au Sahara

Après avoir prolongé en 2021 le mur de défense de 50 km à l’est pour sécuriser Touizgui dans la province d’Assa-Zag et compléter le dispositif sécuritaire à l’est, les Forces armées royales (FAR) ont déployé l’artillerie lourde dans la même zone.

Les MRE confrontés à un durcissement des conditions d’envoi de fonds depuis l’Europe

Face au durcissement des autorités européennes sur les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE), le wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri appelle à une action diplomatique d’envergure.

Le roi Mohammed VI réitère sa main tendue à l’Algérie

Le roi Mohammed VI a tendu encore une fois la main à l’Algérie qui a rompu ses relations diplomatiques avec le Maroc en août 2021 en raison notamment la question du Sahara.

Mohammed VI et le pari gagnant de l’ouverture en Afrique

Le Maroc a connu une croissance économique assez soutenue depuis 2000, après l’accession au trône du roi Mohammed VI. Le royaume prend des mesures pour attirer les investissements étrangers et devenir une grande puissance régionale.

Sahara : l’Union européenne réitère sa position après les déclarations de Josep Borrell

L’Union européenne se désolidarise avec les déclarations faites par le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell sur le dossier du Sahara. L’institution a réaffirmé jeudi, n’avoir pas changé d’avis sur la nécessité de régler la question du Sahara,...

Comment les drones marocains ont changé les règles du jeu face au Polisario

Depuis la rupture du cessez-le-feu le 13 novembre 2020, le Maroc utilise des drones pour contrer les attaques du Polisario.

Maroc : pressions pour rompre les relations avec Israël

Alors que Israël intensifie sa riposte contre le mouvement palestinien du Hamas, de nombreux Marocains multiplient les appels à rompre les relations diplomatiques entre le Maroc et l’État hébreu. Au Maroc, de nouvelles manifestations ont été organisées...

Sahara : Brahim Ghali menace (encore) le Maroc

Le président de la « République arabe sahraouie démocratique (RASD) » et secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, a réitéré la volonté des Sahraouis de coopérer avec tous les pays voisins pour préserver « la paix et la sécurité » dans la...

Attaque marocaine de drone : Le Polisario décrète trois jours de deuil

Le chef du Polisario, Brahim Ghali, vient de décréter trois jours de deuil, après le décès vendredi d’un haut responsable militaire et trois miliciens dans une attaque marocaine.