Sale temps pour le syndicat du PJD

5 juillet 2021 - 08h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

La débâcle de l’Union nationale du travail au Maroc (UNTM), bras syndicat du Parti de la justice et du développement (PJD) aux élections professionnelles se confirme. Elle perd définitivement son statut de syndicat représentatif et a peu de chance de faire représenter à la deuxième chambre.

Sale temps pour l’UNTM. À l’issue des dernières élections professionnelles, le syndicat islamiste a obtenu 5,63 % des élus. Un taux inférieur au seuil des 6 % requis. En conséquence, il perd définitivement son statut de syndicat représentatif et ne pourra plus participer aux rounds du dialogue social dans les six années à venir, analyse La Vie éco. Le bras syndicat du PJD a enregistré un sérieux revers dans les principaux secteurs de la fonction publique et dans les collectivités territoriales : Enseignement supérieur, Justice, Santé, Télécoms, etc.

À lire : Vote sanction pour le syndicat du PJD aux élections professionnelles

Vendredi, Mohamed Amekraz, ministre du Travail et de l’insertion professionnelle a annoncé les résultats des élections des délégués des salariés du secteur privé. Il ressort que le syndicat du PJD a perdu la moitié de ses élus, reculant de la cinquième place à la sixième depuis les élections de 2015. En tout, 1326 des délégués des travailleurs sont élus (5,63 %) contre 2572 délégués en 2015 (7,36 %).

Avec cette débâcle, le syndicat du parti islamiste a peu de chance de se faire représenter à la deuxième Chambre.

Sujets associés : Elections - Parti de la Justice et du Développement (PJD)

Aller plus loin

Vote sanction pour le syndicat du PJD aux élections professionnelles

L’Union nationale du travail au Maroc (UNTM), bras syndicat du Parti de la justice et du développement (PJD) subit un lourd revers aux élections professionnelles.

Élections : l’optimisme n’est pas unanimement partagé au sein du PJD

Pour les échéances électorales prochaines, une partie de la direction du PJD est certaine que le parti sortira victorieux. Mais pour d’autres, point n’est besoin de se voiler la...

Absence de certains cadres PJD aux élections : retraite politique ou peur d’échouer ?

Plusieurs membres influents du Parti de la Justice et du Développement (PJD) ne seront pas en lice pour les prochaines législatives prévues pour septembre. Retraite politique ou...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le PJD en colère contre le nouveau Code de la famille

Le parti de la justice et du développement (PJD) dirigé par Abdelilah Benkirane, affiche son opposition à la réforme du Code de la famille. Du moins, pour certaines propositions.

Élections partielles : le RNI arrive largement en tête, le PJD essuie un nouvel échec

Comme aux élections du 8 septembre dernier, le Rassemblement national des indépendants (RNI), parti au pouvoir est largement en tête des élections partielles qui se sont déroulées jeudi dernier. Quant au Parti de la justice et du développement (PJD),...

Le ministère de l’Intérieur recadre le PJD

Le ministère de l’Intérieur a réagi aux rumeurs concernant les élections partielles organisées le 21 juillet dernier, dénonçant « les allégations malveillantes et inacceptables » selon lesquelles le vote aurait été orienté par certains agents d’autorité.

Maroc : Abdelali Hamieddine, ancien parlementaire, condamné pour meurtre

La Cour d’appel de Fès a rendu son verdict dans l’affaire de l’ex-parlementaire Abdelali Hamieddine, qui vient d’être condamné à une peine de 3 ans de prison ferme.

Abdelkader Amara claque la porte du PJD, voici pourquoi

Abdelkader Amara n’est plus membre du parti de la justice et du développement (PJD). Lundi, l’ancien ministre de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau a annoncé sa démission du parti islamiste après une réflexion sur ce que...

Abdelilah Benkirane met en garde contre le capitalisme occidental

Le secrétaire général du Parti Justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a dénoncé le capitalisme occidental qui, à terme, nuira au peuple et à l’économie marocaine.

Maroc : la réforme du Code de la famille fait toujours jaser

La réforme du Code de la famille a du mal à passer au Maroc. Face aux conservateurs et chefs religieux, le gouvernement n’arrive pas encore à trouver la bonne formule pour mettre fin aux discriminations envers les femmes en matière de succession, à la...

Le PJD exprime son regret après la mise en garde du Cabinet royal

Le Parti Justice et Développement (PJD) est sorti de son silence après avoir été recadré par le Cabinet royal au sujet des relations du Maroc avec Israël. Dans un communiqué signé par son secrétaire général, Abdelilah Benkirane, le parti a exprimé son...

Réforme du Code de la famille au Maroc : Abdelilah Benkirane menace

Le secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane, relance le débat sur la réforme de la Moudawana et du Code pénal, en promettant des actions fortes si le ministre de la Justice y introduit des amendements qui portent atteinte à la cellule familiale.

Akhannouch attaque, Benkirane contre-attaque

Abdelilah Benkirane, secrétaire général du PJD et ancien chef du gouvernement a réagi aux propos du président du RNI, Aziz Akhannouch, actuel chef du gouvernement qui a accusé son parti d’avoir fait de « l’obstruction au développement » pendant dix...