Salim Berrada, le violeur de « Tinder », devant la justice française

18 mars 2024 - 16h00 - France - Ecrit par : S.A

Le procès de Salim Berrada, le violeur de « Tinder », accusé d’avoir violé 13 femmes et agressé sexuellement quatre autres s’est ouvert lundi 18 mars devant la cour criminelle départementale de Paris et se poursuivra jusqu’à la fin du mois.

Salim Berrada, 38 ans, est jugée pour viols de 13 femmes et les agressions sexuelles de quatre autres commis entre 2014 et 2016 à la cour criminelle départementale de Paris. Selon l’ordonnance de mise en accusation consultée par franceinfo, l’accusé est soupçonné d’avoir mis en place un système « pervers » pour attirer ses victimes. Il est accusé de s’être fait passer pour un photographe de mode pour rencontrer des femmes en ligne, et d’avoir appliqué un modus operandi quasi identique, dans une « forme d’industrialisation ». Ashley*, une étudiante américaine a déposé plainte contre Salim en avril 2015, Élise* en février 2016, et deux autres victimes l’ont fait en mai et octobre 2016. Toutes l’accusent de viol.

À lire : Maroc : 15 ans de prison pour avoir protégé sa fiancée contre un viol

En octobre 2017, Salim a été interpellé puis placé en garde à vue. L’ouverture d’une information judiciaire suivra. Lors de son audition devant la juge d’instruction, il ne reconnaît pas la véracité des propos des femmes qui ont porté plainte. Il assure avoir eu des rapports sexuels consentis avec les plaignantes et nie avoir introduit une quelconque substance médicamenteuse dans leurs verres. « En deux ou trois ans, il a rencontré entre 200 et 300 filles, peut-être même plus, et il n’y avait que quatre filles qui réagissaient de cette façon », précise l’ordonnance. J’ai « besoin de sexe tous les deux jours, et de changer de partenaires tout le temps », affirme l’accusé.

À lire :Seine-Saint-Denis : Un Français condamné pour viol conjugal envers sa femme marocaine

La dénonciation publique des agissements de Salim dans des publications sur Facebook et Instagram par de deux quatre victimes en 2016 encourage d’autres femmes – jeunes femmes, parfois mineures – à porter plainte contre le trentenaire. D’après les analyses toxicologiques, il y a des traces de produits chimiques correspondant à la période des faits chez plus de la moitié des plaignantes. « Il s’agissait soit de MDMA, soit de molécules antihistaminiques présentes dans des traitements contre le rhume en vente libre, ou d’un sédatif et un anxiolytique pour l’une d’entre elles », précisent les juges dans leur ordonnance. Les expertises psychiatriques menées sur Salim Berrada confondent l’accusé. Si la première conclut à une personnalité de type « narcissique » avec une « tendance manipulatoire pouvant évoquer un fonctionnement de type pervers », la deuxième expertise établit un profil égocentrique, « sans aucun égard pour les femmes séduites et aussitôt abandonnées ».

À lire : Mohamed Mustapha Tabet : l’effroyable parcours d’un commissaire violeur au Maroc

Placé en détention provisoire en octobre 2016, il sort de prison sous contrôle judiciaire en 2019, dans l’attente de son procès. Mais il reprend son « activité » sur les applications de rencontre. En juin 2023, Rania* porte plainte contre Salim pour viol aggravé. Son témoignage et celui de plusieurs autres victimes motivent le parquet de Paris à diligenter de nouvelles investigations pour des faits susceptibles d’avoir été commis entre 2021 et 2023, ainsi qu’en 2013. 13 juillet 2023 : ouverture d’une nouvelle information judiciaire. Le trentenaire sera arrêté, placé en garde à vue, puis mis en examen pour « viols avec administration d’une substance à la victime, à son insu, pour altérer son discernement ou le contrôle de ses actes ». Il est de nouveau placé en détention provisoire.

*Prénoms modifiés

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Paris - Procès - Criminalité - Sexualité - Violences et agressions

Aller plus loin

Maroc : 15 ans de prison pour avoir protégé sa fiancée contre un viol

Le tribunal de première instance de Tanger a condamné mardi à 15 ans de prison un jeune homme de 19 ans, accusé d’un homme qu’il accuse d’avoir agressé sa fiancée.

Mohamed Mustapha Tabet : l’effroyable parcours d’un commissaire violeur au Maroc

Il y a des légendes dans chaque domaine, et le crime n’y échappe pas. Le Maroc s’est un jour éveillé à l’ombre glaciale d’une telle figure. Son nom : Mohamed Mustapha Tabet,...

Violences sur sa compagne marocaine : un ingénieur du Havre condamné

Le tribunal judiciaire du Havre a condamné à 24 mois de prison un homme de 37 ans, accusé de violences conjugales sur sa compagne d’origine marocaine.

Le Maroc confronté à la réalité des violences sexuelles

Les femmes marocaines continuent de subir en silence des violences sexuelles. Le sujet est presque tabou au Maroc, mais la parole se libère de plus en plus.

Ces articles devraient vous intéresser :

Un Marocain de 14 ans poignardé dans le nord de l’Espagne

Un Marocain âgé de 14 ans se trouve actuellement dans un état grave à l’hôpital après avoir été poignardé à la jambe lors d’une altercation survenue à Saint-Jacques-de-Compostelle (Nord-ouest de l’Espagne).

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Un Marocain tabassé par des videurs dans le nord de l’Espagne

Un jeune homme de 23 ans, médiateur culturel d’origine marocaine résidant à la Corogne, dans le nord-ouest de l’Espagne, a porté plainte, affirmant avoir été victime d’une agression racistede la part de deux videurs.

Criminalité au Maroc : les chiffres

Les chiffres officiels de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) montrent les baisses importantes dans toutes les catégories de crimes en 2023.

Maroc : les sites pour adultes cartonnent pendant le ramadan

Les Marocains sont friands des sites pour adultes pendant ce mois de ramadan. À quel moment visitent-ils ces sites ?

Un ancien joueur marocain condamné pour viol sur sa fille

L’ancien joueur néerlandais d’origine marocaine, Tarik Oulida, a été condamné par le tribunal de Marbella (Malaga) à deux ans et demi de prison pour abus sexuels sur sa fille.

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Maroc : appel à l’arrêt immédiat des opérations d’abattage de chiens

Un collectif des associations marocaines de protection animale dénonce « des opérations brutales et inhumaines, de capture et d’abattage des animaux à travers tout le pays, incluant ceux déjà stérilisés, vaccinés et identifiés ».

Catalogne : un Algérien suspecté d’agression violente d’un Marocain arrêté

L’homme d’origine algérienne qui a violemment agressé un ressortissant marocain cette semaine dans le nord de l’Espagne a finalement été arrêté par la police. Un avis de recherche avait été émis le qualifiant d’individu « très dangereux ».

Maroc : de "paradis gay" à destination à risque pour les LGBTQ+ ?

Le Maroc est passé de « pays gay-friendly » à destination touristique moins sûre pour les lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres. Il y existe toutefois une sorte de tolérance.