Samir Abdelmoula démissionne du poste de maire de Tanger

21 octobre 2010 - 17h45 - Maroc - Ecrit par : J.L

Le maire de Tanger, Samir Abdelmoula et quatre de ses adjoints, tous du parti Authenticité et Modernité (PAM), ont présenté leur démission du conseil de la ville de Tanger.

Samir Abdelmoula aurait déclaré au quotidien Akhbar Al Yaoum à propos de sa démission que "le courage en politique, c’est de prendre des décisions non populaires. Alors comme je n’aime pas la démagogie, j’ai préféré me retirer".

Les absences répétées de Samir Abdelmoula, la non tenue des sessions ordinaires de juillet et octobre et des comptes administratifs en suspens, avaient provoqués une réunion entre le Wali de Tanger et le directeur des collectivités locales en l’absence du maire pour liquider les affaires urgentes de la ville.

Le conseil avait d’ailleurs fait l’objet d’une conférence de presse le 15 octobre dernier, au cours de laquelle Bachir Abdellaoui du parti justice et développement (PJD) siégeant au même conseil, dénonçait le manque de compétence de Samir Abdelmoula pour la gestion des affaires de la ville.

Député à la chambre des conseillers, où il représente l’arrondissement Médina de Tanger et candidat unique au poste de maire de la ville, Samir Abdelmoula, le plus jeune maire du Maroc, avait été élu à l’unanimité lors des dernières élections communales en juin 2009.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Tanger - Parti Authenticité et Modernité (PAM) - Elections 2009 - Samir Abdelmoula

Aller plus loin

Le parlementaire Samir Abdelmoula arrêté pour chèque sans provision

Le député à la Chambre des représentants, Samir Abdelmoula, a été interpellé par les services de sécurité de Tanger. Il est poursuivi sur la base d’un mandat d’arrêt national...

Le député Samir Abdelmoula convoqué devant le procureur

Le député pidjiste Samir Abdelmoula, interpellé jeudi dernier à Tanger, sera présenté la semaine prochaine devant le procureur. Poursuivi sur la base d’un mandat d’arrêt...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : le débat sur l’interdiction de TikTok s’invite au parlement

Plusieurs députés marocains appellent à l’interdiction de TikTok au Maroc. Ils s’inquiètent de la qualité des contenus publiés sur ce réseau social chinois qui, selon eux, constitue un danger pour la jeunesse.

Opération Marhaba 2023 : des billets moins chers pour les MRE ?

Considérant le coût élevé des billets de bateau, le groupe parlementaire du Parti Authenticité et Modernité (PAM) a demandé au gouvernement de prendre des mesures pour faciliter l’arrivée des Marocains résidant à l’étranger (MRE) dans le cadre de...

TikTok menacé de suspension au Maroc ?

Hanan Atrakin, députée du Parti de l’Authenticité et de la Modernité (PAM), appelle à l’interdiction de TikTok et d’autres applications de réseaux sociaux au Maroc, afin de protéger leurs utilisateurs, notamment les mineurs.

Maroc : remaniement ministériel imminent

Le Chef du gouvernement marocain, Aziz Akhannouch, prévoit de réaménager son équipe. Certains ministres devraient perdre leurs postes.

Maroc : ces régions oubliées de l’internet

Lors d’un débat organisé par le Parti Authenticité et Modernité (PAM), Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’administration, a révélé la part du territoire marocain sans couverture internet.

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les pratiques homosexuelles restent punies par la loi.

Maroc : hammams fermés, SPA ouverts, le grand paradoxe

La décision du ministère de l’Intérieur de fermer les hammams trois jours par semaine aura des conséquences négatives sur les employés du secteur, a alerté Fatima Zahra Bata, la députée du Parti de la justice et du développement (PJD).

Réforme du Code pénal au Maroc : un ancien prédicateur salafiste à la rescousse

L’ancien prédicateur salafiste, Abdelwahab Rafiki, plus connu sous le nom d’Abou Hafs, est dorénavant conseiller du ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, selon une source proche du ministère.