Le succès du secteur automobile au Maroc vanté par Financial Times

14 octobre 2021 - 08h40 - Economie - Ecrit par : S.A

Au fil des ans, le Maroc s’est transformé en un hub automobile et aspire, à terme, à détrôner la Chine. Quel est le secret de ce succès ?

Situation géographique avantageuse, allégements fiscaux, incitations à l’investissement, présence d’entreprises telles que Renault, Valeo de France, Varroc Lighting Systems des États-Unis et Yazaki et Sumitomo du Japon, signature d’une série d’accords de libre-échange marocains avec l’Europe, les États-Unis, la Turquie, les Émirats arabes unis et ailleurs, bonne infrastructure — plus récemment une nouvelle liaison ferroviaire à grande vitesse entre Casablanca et Tanger… Le Maroc est devenu un hub automobile, explique Financial Times.

À lire : Maroc : record des exportations automobiles à fin août

« Tout comme vous avez vu l’industrie automobile s’installer en Europe de l’Est, la prochaine étape logique est l’Afrique du Nord », déclare David Cowan, économiste en chef pour l’Afrique chez Citibank. En 2019, les exportations marocaines s’élevaient à environ 10 milliards de dollars. Comme tout secteur d’activité, la crise sanitaire liée a produit un impact sur le secteur automobile en 2020. Cette année, le secteur se relève progressivement.

À lire : Le Maroc, leader de l’industrie automobile en Afrique

L’autre force du Maroc, c’est la stratégie d’approvisionnement et la main-d’œuvre. Selon Marc Nassif, directeur général de Renault Maroc, le plus grand constructeur du royaume, la société française s’approvisionne en pièces, des sièges aux essieux — presque tout, les groupes motopropulseurs — auprès de fournisseurs locaux. « Environ un tiers des entreprises sont marocaines tandis que le reste sont des fournisseurs étrangers basés dans le pays », dit-il. « Pour les voitures d’entrée de gamme comme la marque Dacia de Renault, où la main-d’œuvre représente une proportion plus élevée du coût du véhicule, c’est une incitation clé pour s’implanter au Maroc, explique Marc Nassif.

À lire : Automobile : le Maroc veut détrôner l’Inde et la Chine

Aux yeux de Joe Studwell, expert en politique industrielle en Asie et en Afrique, la croissance de l’industrie automobile marocaine, notamment en liaison avec le développement de Tanger-Med, un complexe portuaire industriel, est un exemple de ce que les gouvernements peuvent faire lorsqu’ils le décident.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Automobile - Chine

Aller plus loin

Maroc : record des exportations automobiles à fin août

L’industrie automobile marocaine atteint un record jamais réalisé à l’export. À fin août, les chiffres ont atteint 52,25 milliards de DH, soit une hausse du plus du quart (+25,5...

Le Maroc exporte plus de 240 000 voitures en 9 mois

L’automobile marocaine poursuit sa tendance à la hausse observée depuis le premier semestre de cette année. À fin septembre dernier, les exportations ont atteint 58,35 milliards...

L’automobile booste les exportations marocaines

L’industrie automobile, premier secteur exportateur du Maroc, continue sur sa bonne lancée. À fin octobre, les chiffres ont atteint près de 66,23 milliards de dirhams, en...

Maroc : le secteur automobile recrute de nombreux ingénieurs

Le ministre de l’Industrie et du commerce, Ryad Mezzour a annoncé que 2 000 nouveaux ingénieurs seront bientôt recrutés dans le cadre du renforcement du secteur de l’industrie...

Ces articles devraient vous intéresser :

Au Maroc, la pénurie fait chuter les ventes de voitures

Au Maroc, les ventes de voitures ont chuté à fin août en raison notamment du manque de disponibilité des modèles.

Au Maroc, Porsche ne connaît pas la crise

Selon les récentes statistiques de l’Association des importateurs de véhicules au Maroc (AIVAM), les ventes de voitures neuves au Maroc ont connu un recul de 2,83 %, s’établissant à 130 214 unités durant les dix premiers mois de 2023. Toutefois, les...

Saint-Gobain : l’Espagne délaissée au profit du Maroc

Saint-Gobain a annoncé le lancement de négociations en vue de la cessation d’activité de son usine de pare-brise à Avilés (Espagne), ce qui pourrait entraîner la suppression de 280 emplois et un départ vers le Maroc.

La nouvelle Porsche 911 Dakar testée au Maroc

Le tout nouveau bijou de Porsche, la 911 Dakar, a été testé au Maroc. Le véhicule, aux allures d’un tout-terrain, sera dévoilé au Salon de l’auto de Los Angeles le 16 novembre.

La Ferrari 250 GT Coupé du roi Mohammed V est à vendre

Dans quelques semaines, une Ferrari 250 GT Coupé Spéciale de 1956, ancienne possession du Roi Mohammed V, trouvera un nouveau propriétaire lors d’une vente aux enchères organisée par RM Sotheby’s.

Le Maroc accélère la transition vers la mobilité électrique

L’Association professionnelle intersectorielle de la mobilité électrique (APIME), regroupant les principaux acteurs du secteur, ambitionne d’installer 2 500 bornes de recharge fonctionnelles pour les véhicules électriques sur l’ensemble du territoire...

Le Maroc veut produire un million de voitures par an

Un million de voitures produites par an au Maroc. C’est l’objectif du ministre de l’Industrie et du Commerce, Ryad Mezzour, d’ici 2030.

Les Marocains plébiscitent encore Dacia

Le Maroc a vendu 12 084 voitures neuves à fin janvier 2024, ce qui représente une hausse de 6,63 % par rapport à la même période de l’année précédente, selon les données actualisées de l’Association des importateurs de véhicules au Maroc (AIVAM).

Le Maroc dans le top 10 des marchés mondiaux de Renault

Le Maroc est désormais le dixième marché mondial de Renault et le premier de toute la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) en termes de ventes, avec 44 497 véhicules vendus au cours des neuf premiers mois de l’année 2023.

Boom de l’automobile, chute du phosphate : les deux visages de l’économie marocaine

Le secteur automobile marocain a connu une forte croissance de ses exportations, atteignant près de 116,38 milliards de dirhams (MMDH) à fin octobre 2023, selon les dernières données de l’Office des changes.