À Toulouse, une école musulmane risque la fermeture

31 août 2021 - 13h20 - Monde - Ecrit par : S.A

À quelques jours de la rentrée scolaire, une école musulmane de Toulouse, accueillant 130 élèves entre le primaire et le collège avant les vacances d’été, a été signalée à la justice pour divers « manquements manifestes ».

Insuffisance de locaux et de matériel de laboratoire pour assurer les enseignements scientifiques expérimentaux, mauvaise tenue du registre des enseignants et des élèves, présence irrégulière du directeur dont les fonctions sont déléguées à des personnes non habilitées… Ce sont entre autres, selon le recteur de l’académie de Toulouse, Mostafa Fourar, les manquements pédagogiques et administratifs notés lors deux contrôles dans l’établissement Avicenne Al-Badr, situé dans le quartier de Bellefontaine, rapporte l’AFP.

À lire : Baléares : l’islam sera enseigné dans des écoles en septembre

En conséquence, l’école musulmane hors contrat de Toulouse a été signalée au procureur de la République pour divers « manquements manifestes ». De même, les parents d’élèves de l’école ont été mis en demeure d’inscrire leurs enfants dans un autre établissement « mais il ne s’agit pas à ce stade d’une fermeture administrative » qui ne peut être appliquée qu’après une décision de justice, a détaillé le recteur lors d’une conférence de presse.

En 2016, le tribunal correctionnel de Toulouse avait condamné cette école, qui accueillait avant les vacances d’été quelque 130 élèves de primaire et collège, à fermer ses portes pour « enseignement non conforme ». Son directeur, l’imam Abdelfattah Rahhaoui, réputé pour son conservatisme, avait lui écopé de quatre mois de prison avec sursis et d’une interdiction de diriger un établissement d’éducation.

À lire : Espagne : les parents d’élèves marocains se plaignent du Halal servi à l’école

Décembre 2018, la cour d’appel de Toulouse donne raison à l’école et son responsable, à la suite d’une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) déposée par l’avocat de la défense. La fermeture de l’école a été infirmée et son directeur a été relaxé ainsi que l’association Al-Badr qui gérait l’établissement. L’école ouvre à nouveau ses portes avec la constitution d’une nouvelle association culturelle. « Ils montent une nouvelle structure, mais finalement dès qu’on fait un contrôle, on fait le même constat de manquements. Ce sont les mêmes personnes derrière ces structures », a déploré le recteur de l’académie de Toulouse.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Religion - Toulouse - Education - Islam

Aller plus loin

France : la mosquée d’Allones définitivement fermée

Sur décision du ministère de l’Intérieur, la préfecture de Sarthe va procéder à la fermeture définitive de la mosquée d’Allonnes qui accueille quelque 300 fidèles. Les...

L’Institut musulman Al Cham à Montpellier fermé par la Préfecture

L’Institut Al Cham, établissement religieux musulman situé à Montpellier, a été fermé suite à un contrôle administratif inopiné mené par la préfecture. Les autorités ont...

Une école musulmane fermée à Villeurbanne

La préfecture de Villeurbanne a procédé à la fermeture d’une école musulmane, accueillant d’ordinaire une centaine d’enfants en primaire. Les parents se voient contraints...

Isère : un projet d’école musulmane contrarié par la justice

L’école primaire Fourqan située à Bourgoin-Jallieu, en région lyonnaise, n’ouvrira pas ses portes. Et pour cause, le tribunal administratif de Grenoble a rejeté la requête en...

Ces articles devraient vous intéresser :

Guingamp : tags racistes découverts sur la mosquée, enquête en cours

La mosquée de Guingamp, dans les Côtes-d’Armor, a été ciblée dans la nuit du jeudi 7 au vendredi 8 décembre 2023 par des tags islamophobes. Une première en 40 ans.

Hajj : une clause "anti-protestation" fait polémique au Maroc

L’introduction par le ministère des Habous et des Affaires islamiques dirigé par Ahmed Taoufiq d’une clause qui oblige le pèlerin marocain pour le hajj 2024, un des cinq piliers de l’islam, « à ne pas protester même en cas de retard de l’avion », fait...

Hijab et football féminin : Le Conseil d’État maintient l’interdiction

L’interdiction du port du hijab lors des compétitions de football féminin, qui est en vigueur depuis 2016, a été confirmée par le Conseil d’État jeudi.

Ramadan : Un mois de spiritualité… et de bagarres ?

Le Ramadan, mois sacré pour les musulmans, est synonyme de spiritualité et de partage. Mais au Maroc, il prend également une tournure plus sombre avec l’apparition d’un phénomène bien connu : la “Tramdena”. Ce terme désigne l’irritabilité et...

Maroc : les gifles toujours présentes à l’école

Une récente enquête du Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS) lève le voile sur la persistance de pratiques de punitions violentes dans les établissements scolaires marocains.

Le Maroc veut construire 200 nouvelles mosquées par an

Le Maroc a besoin de construire 200 nouvelles mosquées par an. », selon le ministère des Habous et des Affaires islamiques.

Maroc : voici la date de l’Aid Al Mawlid Annabaoui

Le mois de Rabie-I 1445 de l’hégire débutera le dimanche 17 septembre 2023 et Aïd Al Mawlid Annabaoui célébré le jeudi 28 septembre, a annoncé le ministère des Habous et des affaires islamiques.

« Salut islamiste » : le joueur du Real Madrid Antonio Rüdiger porte plainte

Le défenseur du Real Madrid, Antonio Rüdiger, a décidé de porter plainte pour diffamation contre Julian Reichelt, ancien rédacteur en chef du journal Bild. Ce dernier avait accusé Rüdiger de faire un « salut islamiste » après un match de football, une...

La date de l’Aïd al Fitr au Maroc connue

L’observation de la nouvelle lune du mois de Chaoual 2023/1444 commencera ce jeudi 20 avril 2023, mais il semble que la plupart des pays arabes ne pourront pas observer le croissant à l’œil nu. C’est du moins ce que prévoit Hassan Talibi, astronome et...

Maroc : l’enseignement de l’anglais au collège généralisé

L’enseignement de l’anglais sera généralisé dans les collèges au Maroc dès la rentrée scolaire 2023-2024, a annoncé dans une note Chakib Benmoussa, le ministre de l’Éducation nationale, du préscolaire et des sports.