Corruption : l’appel de Transparency Maroc au gouvernement

11 décembre 2021 - 11h20 - Maroc - Ecrit par : S.A

Transparency Maroc fustige le retrait du projet d’amendement du Code pénal qui introduisait l’incrimination de l’enrichissement illicite. Elle appelle le gouvernement « à faire état de ses intentions et de ses plans d’action dans la lutte contre la corruption ».

Dans un communiqué, Transparency Maroc a réaffirmé sa position quant à l’incrimination de l’enrichissement illicite, consacrée par la Convention des Nations Unies contre la corruption, et considère que cette incrimination est une nécessité au vu du niveau alarmant de la corruption dans le royaume. Selon l’ONG, les déclarations du ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, sur la radio nationale, confirment la perspective « d’un gouvernement souhaitant écarter cette infraction de futurs aménagements du code, même si le gouvernement cherche à entretenir le flou sur les véritables intentions ».

À lire : La corruption fait perdre au Maroc, annuellement, 5% de son PIB

« L’association note avec regret l’initiative du gouvernement qui vient couronner le gel qu’a connu le projet de loi depuis son introduction au Parlement en 2015. Par cet acte, il envoie un message, au pire d’encouragement, au mieux d’indifférence par rapport à la problématique de la corruption et de la dilapidation des deniers publics », indique la même source. Fort de ce constat, Transparency Maroc appelle le gouvernement à sortir de ses ambiguïtés sur cette question et à faire état de ses intentions et de ses plans d’action dans la lutte contre la corruption.

Sujets associés : Corruption - Transparency Maroc - Conseil de gouvernement

Aller plus loin

Maroc : le secteur financier se dote d’un guide anticorruption

Le Maroc veut davantage assainir son espace économique. À cet effet, un nouveau guide pratique anti–corruption adressé aux acteurs du secteur financier a été lancé .

Maroc : les agents d’autorité, les plus corrompus

Au Maroc, les statistiques de la corruption obtenues via la ligne téléphonique directe de dénonciation en 2020 indiquent que les agents d’autorité sont les plus corrompus....

Indice de perception de la corruption : le Maroc perd une place

Le Maroc a reculé dans le classement de la lutte contre la corruption, selon le nouvel Indice de perception de la corruption 2021 de Transparency International. Le Royaume...

Maroc : les hôpitaux gangrenés par la corruption

Le secteur de la Santé serait l’un des domaines les plus affectés par la corruption au Maroc. Dans le public comme dans le privé, le phénomène a atteint un niveau inquiétant,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Voici la liste des hauts fonctionnaires nommés par le roi Mohammed VI

Le roi Mohammed VI a procédé mercredi à la nomination de plusieurs hauts fonctionnaires lors du Conseil de gouvernement présidé au palais royal de Rabat.

Maroc : remaniement ou pas remaniement ?

L’éventualité d’un remaniement ministériel agite l’opinion publique marocaine. Aziz Akhannouch prépare-t-il un réajustement de son équipe ?

Le Maroc prolonge encore l’état d’urgence sanitaire

Réuni jeudi lors de sa séance hebdomadaire, le conseil de gouvernement a adopté le projet de décret portant prorogation, à nouveau, de l’état d’urgence sanitaire.

Le PLF 2023 adopté par le conseil de gouvernement

Au lendemain du conseil des ministres présidé par le roi Mohammed VI, le conseil de gouvernement s’est réuni à Rabat et a procédé à l’adoption du projet de loi de finances (PLF) au titre de l’année 2023 et les textes l’accompagnant.

Bank Al-Maghrib va aider les banques en difficulté

Suite à l’adoption par le conseil de gouvernement d’un décret, Bank Al-Maghrib (BAM) est autorisée à accorder des liquidités d’urgence aux banques ayant des problèmes de liquidités et de solvabilité. Une mesure saluée par des analystes financiers...

Le Congrès mondial amazigh en colère contre Aziz Akhannouch

Le Congrès mondial amazigh reproche à Aziz Akhannouch d’exploiter l’identité amazighe comme une façade folklorique pour marquer des points politiques pour son parti et à son gouvernement de cautionner la violation des lois marocaines.

Nabyl Lakhdar n’est plus directeur de l’administration de la douane

Le gouvernement a annoncé la nomination de Nabyl Lakhdar, ancien directeur général de l’administration de la Douane, au poste de Secrétariat général du ministère de l’Économie et des Finances.

L’Europe cherche à punir le Maroc

L’éclatement du scandale de corruption au Parlement européen doublé d’une résolution relevant la détérioration des droits de l’Homme est à l’origine des nouvelles tensions entre le Maroc et l’Europe. Cette dernière cherche-t-elle à punir le royaume ?

Maroc : une aide directe aux veuves

Le Conseil de gouvernement, présidé par le Chef du gouvernement Aziz Akhannouch, se réunira jeudi 6 avril pour examiner plusieurs projets de décrets, selon un communiqué du département du Chef du gouvernement publié lundi.

Nouvelle prolongation de l’état d’urgence sanitaire au Maroc

Le Maroc a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 31 août, afin de faire face à la propagation du Covid-19 dans le pays.