Corruption : l’appel de Transparency Maroc au gouvernement

11 décembre 2021 - 11h20 - Maroc - Ecrit par : S.A

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

Transparency Maroc fustige le retrait du projet d’amendement du Code pénal qui introduisait l’incrimination de l’enrichissement illicite. Elle appelle le gouvernement « à faire état de ses intentions et de ses plans d’action dans la lutte contre la corruption ».

Dans un communiqué, Transparency Maroc a réaffirmé sa position quant à l’incrimination de l’enrichissement illicite, consacrée par la Convention des Nations Unies contre la corruption, et considère que cette incrimination est une nécessité au vu du niveau alarmant de la corruption dans le royaume. Selon l’ONG, les déclarations du ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, sur la radio nationale, confirment la perspective « d’un gouvernement souhaitant écarter cette infraction de futurs aménagements du code, même si le gouvernement cherche à entretenir le flou sur les véritables intentions ».

À lire : La corruption fait perdre au Maroc, annuellement, 5% de son PIB

« L’association note avec regret l’initiative du gouvernement qui vient couronner le gel qu’a connu le projet de loi depuis son introduction au Parlement en 2015. Par cet acte, il envoie un message, au pire d’encouragement, au mieux d’indifférence par rapport à la problématique de la corruption et de la dilapidation des deniers publics », indique la même source. Fort de ce constat, Transparency Maroc appelle le gouvernement à sortir de ses ambiguïtés sur cette question et à faire état de ses intentions et de ses plans d’action dans la lutte contre la corruption.

Sujets associés : Transparency Maroc - Corruption - Conseil de gouvernement

Suivez Bladi.net sur Google News

Aller plus loin

La corruption fait perdre au Maroc, annuellement, 5% de son PIB

Les nombreux efforts engagés par le Maroc depuis des décennies pour lutter contre la corruption ne semblent pas porter leurs fruits. Lancée en 2015 et mise en œuvre l’année...

Maroc : le secteur financier se dote d’un guide anticorruption

Le Maroc veut davantage assainir son espace économique. À cet effet, un nouveau guide pratique anti–corruption adressé aux acteurs du secteur financier a été lancé...

Indice de perception de la corruption : le Maroc perd une place

Le Maroc a reculé dans le classement de la lutte contre la corruption, selon le nouvel Indice de perception de la corruption 2021 de Transparency International. Le Royaume...

Maroc : les hôpitaux gangrenés par la corruption

Le secteur de la Santé serait l’un des domaines les plus affectés par la corruption au Maroc. Dans le public comme dans le privé, le phénomène a atteint un niveau inquiétant,...

Nous vous recommandons

Transparency Maroc

Corruption : l’appel de Transparency Maroc au gouvernement

Transparency Maroc fustige le retrait du projet d’amendement du Code pénal qui introduisait l’incrimination de l’enrichissement illicite. Elle appelle le gouvernement « à faire état de ses intentions et de ses plans d’action dans la lutte contre la...

Harcèlement et chantages sexuels : Transparency Maroc condamne

Après le CNDH, c’est au tour de Transparency Maroc de réagir face à la montée des dénonciations de harcèlement et chantage sexuels, venant de plusieurs étudiantes inscrites dans des écoles et universités marocaines. Dans un communiqué, l’institution a déclaré...

Interdite d’activité, Transparency Maroc dénonce un abus de pouvoir

Transparency Maroc dénonce l’interdiction, en l’espace d’une semaine, de deux de ses rencontres. Elle y voit un « abus de pouvoir qui confisque le droit de l’association de se réunir et d’organiser des rencontres...

Covid-19 : Transparency Maroc dénonce la gestion des marchés de la santé

Transparency Maroc critique la gestion des marchés du secteur de la santé publique durant la pandémie de Covid-19. L’ONG renouvelle ses craintes sur une gestion qu’elle juge entourée d’irrégularités et de zones...

Indice de perception de la corruption : le Maroc perd une place

Le Maroc a reculé dans le classement de la lutte contre la corruption, selon le nouvel Indice de perception de la corruption 2021 de Transparency International. Le Royaume occupe en effet la 87ᵉ place sur 180...

Corruption

Maroc : le projet de loi anticorruption bientôt voté

La commission de la législation de la première Chambre du Parlement vient de boucler l’examen détaillé du projet de loi relatif à l’Instance nationale de la probité, de la prévention et de la lutte contre la corruption. Gelé depuis début octobre, il devrait...

Maroc : des agents des forces auxiliaires ayant aidé des trafiquants de drogue, condamnés

Quatre agents des forces auxiliaires ont été condamnés à 3 ans de prison ferme assortie d’une amende de 15 000 dirhams chacun à Nador. Ils étaient jugés pour corruption et de facilitation de l’exportation illégale du...

Corruption au Maroc : l’instance de lutte fait son bilan

À fin 2020, la ligne téléphonique directe dédiée à la dénonciation d’actes de corruption, lancée il y a trois ans, a reçu un total de 15 881 appels, soit une moyenne de 100 appels par jour, selon l’instance nationale de la probité, de la prévention et de la...

Corruption au Maroc : le secteur financier mise sur le renforcement des capacités en 2021

Dans le cadre d’une lutte efficace contre la corruption, Bank Al-Maghrib et deux autres institutions clés du secteur financier, en partenariat avec l’Instance Nationale de la Probité, de la Prévention et de la Lutte contre la Corruption (INPPLC) se sont...

Le Maroc renforce le dispositif anticorruption

La lutte contre la corruption fait partie des combats entamés par le Maroc, qui vient de se doter d’outils de persuasion et de sensibilisation. Le dernier en date est l’adoption, mercredi, par la chambre des représentants de la loi portant création de...

Conseil de gouvernement

La détresse des Marocains restés bloqués à l’étranger

Bon nombre de Marocains sont restés bloqués à l’étranger, notamment aux États-Unis et au Canada, après la suspension par les autorités marocaines des liaisons aériennes. Certains d’entre eux vivent mal cette situation et déplorent « la passivité et le mutisme...

Médecins étrangers : les praticiens marocains réclament l’intervention de El Othmani

Le médecin étranger pourra désormais pratiquer sa profession au Maroc selon les mêmes conditions appliquées à ses confrères marocains. Mais cette réforme du système sanitaire validée par le parlement, n’est pas du goût des praticiens marocains qui ont saisi El...

Aziz Akhannouch s’active pour le nouveau gouvernement

Les piles de CV grossissent sur la table du nouveau chef de l’exécutif désigné, Aziz Akhannouch après la formation d’une coalition gouvernementale composée du Rassemblement national des indépendants (RNI), du parti Authenticité et modernité (PAM) et du parti...

Le gouvernement recadre le rappeur El Grande Toto

Le gouvernement réagit à la polémique née suite aux propos du rappeur El Grande Toto sur la légalisation du cannabis. Le sujet a même été évoqué lors du point de presse du conseil de gouvernement.

Le roi Mohammed VI va présider un conseil des ministres

Un conseil de gouvernement se tient, ce lundi 28 juin au palais royal de Fès, sous la présidence du roi Mohammed VI. Au menu : la validation par le souverain de plusieurs projets de loi-cadre.