Un journaliste suédois devant la justice marocaine

22 février 2007 - 00h49 - Maroc - Ecrit par : L.A

Le parquet du tribunal de 1ère instance à Laâyoune a ordonné l’établissement d’une procédure judiciaire à l’encontre d’un journaliste suédois à la suite de ses aveux reconnaissant être l’instigateur d’un attroupement illégal sur la voie publique en connivence avec certains individus.

Les autorités publiques ont été alertées, lundi vers 20h, de la tenue d’un rassemblement de jeunes mineurs à hauteur d’une école, encadré par une personne d’aspect étranger muni d’un appareil photo.

Invité à décliner son identité, l’intéressé a fait savoir qu’il est journaliste free-lance, travaillant pour le compte de l’agence de presse suédoise Tidningamas Telegrambyra et qu’il est venu à Laâyoune en provenance de Dahkla pour réaliser un reportage sur tout événement susceptible de
l’intéresser. Le journalisete n’avait pas non plus l’autorisation du ministère de la Communication.

Le journaliste suédois, lui, prétend avoir photographié lundi soir une manifestation indépendantiste à Laayoune et été expulsé vers Agadir alors que les autorités marocaines l’accusaient de provocation.

"Je me rendais chez des amis lundi soir à Laayoune quand j’ai entendu des cris dans une rue adjacente. J’ai vu une quinzaine d’adolescents avec des petits drapeaux du Front Polisario. J’ai fait quelques photos et je suis parti", raconte t-il.

Selon lui, il a été ensuite interpellé par un policier en civil qui l’a laissé partir. "Comme la manifestation se poursuivait et que l’atmosphère devenait tendue, j’ai pris peur et je suis parti en courant. Des policiers en voiture m’ont contraint à les suivre vers un commissariat", a-t-il dit.

L’homme de 40 ans, arrivé le 6 février venant de Mauritanie et dont c’est la troisième visite au Sahara, assure qu’il a été interrogé par la police durant plusieurs heures et qu’il est revenu le lendemain au commissariat où il a passé toute la journée. Il a refusé de signer un procès verbal de la police affirmant qu’il avait incité des jeunes à manifester.

Dans la soirée, la police lui a rendu son passeport mais pas son appareil photo, et l’a contraint à prendre un bus pour Agadir, dans le sud marocain, où il se trouvait mercredi matin. Le Maroc autorise les journalistes à travailler à condition qu’ils se fassent accréditer, ce que le Suédois n’a pas jugé utile de faire.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Presse - Suède - Laayoune

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : Une vague de racisme contre les mariages mixtes ?

Des activistes marocains se sont insurgés ces derniers jours sur les réseaux sociaux contre le fait que de plus en plus de femmes marocaines se marient avec des personnes originaires des pays d’Afrique subsaharienne. Les défenseurs des droits humains...

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Tollé après la caricature du roi Mohammed VI par Charlie Hebdo

Le Conseil National de la Presse (CNP) a fermement condamné ce qu’il qualifie d’«  acte criminel odieux » du journal français Charlie Hebdo, l’accusant de s’attaquer directement au Roi Mohammed VI.

Un agriculteur espagnol attaque la famille royale marocaine

Le Tribunal de l’Union européenne a entendu mardi les arguments de l’entreprise Eurosemillas, spécialisée dans la production de semences sélectionnées, qui demande l’annulation de la protection communautaire des obtentions végétales pour la variété...

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Poupette Kenza : compte Instagram désactivé après des propos « antisémites »

L’influenceuse aux plus d’un million d’abonnés sur Instagram, Poupette Kenza, se retrouve au cœur d’une vive controverse après avoir tenu des propos jugés antisémites. Dans une story publiée le 15 mai 2024, elle affirmait sans équivoque son soutien à...

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...