Université d’Artois : la grande souffrance des étudiants marocains

9 janvier 2021 - 11h40 - France - Ecrit par : J.K

Les étudiants marocains de l’Université d’Artois crient leur exaspération. Ils ne supportent plus de broyer du noir par ces temps de pandémie, qui astreint tout le monde au confinement, avec tout son cortège de doutes, de lassitude et de grande souffrance.

Arrivé du Maroc cet été, Abdellah Diouri, 20 ans a tenu une semaine avant de partir chez un membre de sa famille, fin décembre pour se détendre. « Je saturais ! Je vis dans 15 m², en colocation, j’étais tout seul pendant les vacances. Je n’ai pas pu faire mon stage, je n’ai pas rencontré grand monde… J’étais très perturbé ! », raconte l’étudiant en économie gestion à l’Université d’Artois. S’est ajoutée à cette solitude, la douleur d’avoir perdu en quelques semaines, ses deux grands-mères, sans possibilité pour lui de rentrer pour les enterrements. « Ça a été un grand choc », rapporte La Voix du Nord, citant Abdellah qui en est à regretter son choix (cher payé), de venir en France puisqu’il avait « obtenu une grande école au Maroc ».

Comme Abdellah, ils sont nombreux à se désoler de cet inconfort avec tout son cortège de stress. C’est le cas par exemple de Marine Mignot, 20 ans, étudiante en lettres, histoire et droit, fatiguée des cours en visio, sans examens adaptés, sans possibilité de stage, sans vie de campus faite de rencontres, d’expériences, d’émulation intellectuelle qui renforce les projets d’avenir, avec au final, un futur incertain.

Ainsi, c’est évident « qu’il y a une génération de sacrifiée », regrette Pasquale Mammone, président de l’Université d’Artois qui voit ainsi s’envoler l’espoir que nourrissait l’Université, d’un retour des étudiants en première année le 20 janvier, par demi-groupes, pour les TD tomber à l’eau. « Le ministère a signifié que cela était remis à plus tard », poursuit-il, évoquant la date du 4 février. Ainsi, le taux des étudiants qui abandonnent en cours d’année, pourrait augmenter de 10 points, se préoccupe M. Mammone.

Sujets associés : France - Etudiants - Education - Rencontres - Jeunesse - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Une Marocaine bloquée en France : "J’ai passé l’après-midi en pleurs, à chercher des vols"

À l’annonce de la fermeture de l’ensemble des écoles et universités françaises pour cause de coronavirus, Maha El Haiba, 18 ans, étudiante de Sciences Po Menton, a décidé de...

La Rochelle : le calvaire des étudiants marocains

Trouver un logement à La Rochelle relève d’un véritable parcours du combattant pour les étudiants en général et Marocains en particulier. Pour cette rentrée universitaire...

Situation très embarrassante pour l’Université Al Akhawayn

L’Université Al Akhawayn a confirmé mercredi 09 juin, le gel du financement du département américain en raison des accusations persistantes d’agression sexuelle à l’encontre des...

Témoignage émouvant d’Anas, l’étudiant qui s’est immolé à Lyon

Anas K, l’étudiant victime d’une violente immolation l’année dernière devant le restaurant universitaire de l’Université de Lyon 2 affirme avoir subi entre 35 et 50 opérations.

Ces articles devraient vous intéresser :

Les touristes reviennent en force au Maroc

Après deux ans de restrictions sanitaires liées au Covid-19, les hôtels enregistrent une très forte demande pour les vacances de fin d’année. Les réservations explosent et les professionnels espèrent atteindre les chiffres d’avant-Covid.

Le Maroc met fin au PCR et pass vaccinal pour les voyageurs

Bonne nouvelle pour les touristes et les MRE souhaitant se rendre au Maroc. Les autorités sanitaires viennent de mettre fin à la présentation du PCR ou du pass vaccinal à l’entrée du territoire.

L’Institut musulman Al Cham à Montpellier fermé par la Préfecture

L’Institut Al Cham, établissement religieux musulman situé à Montpellier, a été fermé suite à un contrôle administratif inopiné mené par la préfecture. Les autorités ont constaté que l’établissement accueillait illégalement des enfants mineurs de moins...

Une école musulmane fermée à Villeurbanne

La préfecture de Villeurbanne a procédé à la fermeture d’une école musulmane, accueillant d’ordinaire une centaine d’enfants en primaire. Les parents se voient contraints d’inscrire leurs enfants dans d’autres établissements.

Les banques marocaines ont résisté à la crise sanitaire

Les banques marocaines ont été résilientes pendant la crise sanitaire liée au Covid-19, selon un rapport de la Banque centrale du royaume.

Maroc : augmentation des salaires des enseignants-chercheurs avant fin 2022

Le chef du gouvernement a fait part de son intention d’augmenter les salaires des enseignants-chercheurs avant la fin de 2022, et de signer un accord avec le syndicat avant la fin de l’année. Cette décision a été prise lors d’une réunion entre Aziz...

Vacances scolaires : alerte d’Autoroute du Maroc

La Société Nationale des Autoroutes du Maroc (ADM) a recommandé aux usagers de se renseigner sur l’état du trafic à l’occasion des vacances scolaires qui débutent ce week-end.

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé jusqu’au 31 décembre

Le gouvernement vient d’annoncer, une nouvelle fois, la prorogation de l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national.

Maroc : les ravages du mariage sur reconnaissance de dette

Une forme de mariage peu médiatisée est en train de prendre de l’ampleur dans certaines régions du Maroc, selon une émission diffusée sur la chaîne Al Aoula. Il s’agit du mariage sur reconnaissance des dettes.

Maroc : en difficulté, les hôtels subventionnés par l’Etat

L’État va octroyer une nouvelle subvention aux établissements d’hébergement hôtelier qui présentent des « cas exceptionnels », afin de mettre à niveau leurs infrastructures. Les détails de cette opération ont été publiés. Le dépôt des demandes jusqu’au...