France : la vente illégale d’armes fait tomber un ex-militaire

26 septembre 2019 - 19h40 - Monde - Ecrit par : S.A

Un ancien membre des commandos de marine a comparu, le mardi 24 septembre, devant le Tribunal correctionnel de Caen, pour commerce illégal d’armes de guerre dans plusieurs pays d’Afrique, dont le Maroc. Le verdict sera prononcé en octobre.

En 2012, l’ex-commando de marine se met à son propre compte après avoir passé trois ans en Afrique du sud. Il crée une société pour importer en France des capsules de capsaïcine, un composant actif du piment, utilisé dans certains pays pour le maintien de l’ordre.

En tant que vendeur d’armes, il décroche des contrats juteux en Afrique, indique ouest-france.fr. Il vend trois navires à la Mauritanie pour 1,7 million d’euros. Il effectue une autre transaction avec le Bénin, pour 2 millions d’euros puis un troisième marché où il cède au Maroc des casques pare-balles.

Seulement, les ennuis ne tarderont pas à venir. La Direction générale de l’Armement avait refusé de délivrer au quinquagénaire une autorisation de commerce de matériel de guerre au motif que son associé avait été mis en examen dans une affaire de corruption.

Ce refus n’émousse pas pour autant l’ardent de l’ex-militaire. Il contracte un marché (de guerre) avec le Congo, qui entraînera sa chute. Carole Étienne, la Procureure de la République de Caen, a requis trois ans de prison dont un an avec sursis, 30 000 € d’amende et l’interdiction de gérer une société pendant quinze ans, détaille la même source. Le Tribunal correctionnel de Caen va rendre son verdict le 22 octobre.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Bénin - Corruption - Procès - Mauritanie - Caen

Aller plus loin

France : un ancien militaire condamné pour trafic d’armes avec le Maroc

Un ancien membre des commandos de la marine, poursuivi pour trafic d’armes présumé avec l’Afrique, a été condamné, le 22 octobre, à trois ans de prison avec sursis et à 50.000...

France : un ancien militaire condamné pour trafic d’armes avec le Maroc

Condamné à 3 ans de prison avec sursis pour vente d’armement illégale au Maroc et à d’autres pays africains, un ancien membre des commandos de la marine a bénéficié d’une...

Ces articles devraient vous intéresser :

Corruption au Maroc : les chiffres qui révèlent l’étendue des dégâts

Une étude de l’Instance Nationale de la Probité, de la Prévention et de la Lutte contre la Corruption (INPPLC) dresse un état des lieux préoccupant de la corruption au Maroc.

Parlement européen : le Maroc aurait offert des séjours à la Mamounia

La députée socialiste Marie Arena et l’ex-eurodéputé italien Antonio Panzeri, visés dans le scandale au parlement européen, auraient bénéficié en 2015 d’un séjour de luxe à l’hôtel La Mamounia de Marrakech, tous frais payés par les autorités marocaines.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Soupçons de corruption par le Maroc au Parlement européen

Le scandale de corruption qui secoue le Parlement européen continue de livrer ses secrets. Le Maroc est, lui, aussi soupçonné d’avoir sollicité des eurodéputés pour qu’ils interviennent en sa faveur notamment sur la question du Sahara.

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.

Maroc : des élus communaux corrompus révoqués

Le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit part en croisade contre la corruption au sein des collectivités territoriales. Il a instruit les walis et gouverneurs à l’effet de révoquer les présidents de communes qui sont en situation de conflits...

Affaire Rachid M’Barki : les ramifications d’un réseau d’influence

L’affaire Rachid M’Barki du nom de l’ex-présentateur franco-marocain du journal de la nuit de BFMTV, mis en examen pour « corruption passive » et « abus de confiance » n’a pas fini de livrer tous ses secrets.

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Corruption au Maroc : arrestation d’un ex-ministre, un avertissement pour les responsables ?

Après l’arrestation jeudi de Mohamed Moubdii, député du Mouvement populaire (MP) et ancien ministre, pour des crimes financiers présumés, des voix s’élèvent pour appeler le gouvernement marocain à renforcer sa lutte contre la corruption et...