Des voitures "Made in Morocco" saisies en Italie

19 mai 2024 - 14h00 - Economie - Ecrit par : S.A

Le gouvernement italien reste ferme face au groupe automobile Stellantis qui produit Fiat Topolino, un véhicule ultra-citadine 100 % électrique, dans l’usine de Kénitra, au Maroc et les exporte vers l’Italie.

Le gouvernement italien qui attache du prix au made in Italy ne veut pas d’un drapeau italien sur la Topolino de Stellantis. Cette semaine, la police italienne a saisi plus de 134 voitures Fiat importées du Maroc au motif qu’un autocollant aux couleurs du drapeau italien apposé sur leurs portières pouvait donner une fausse indication de leur origine, a déclaré samedi un porte-parole de Stellantis Italia. L’opération a eu lieu dans le port de Livourne. Il est reproché au groupe d’avoir produit Fiat Topolino dans l’usine de Kénitra au Maroc et d’avoir collé un drapeau italien aux véhicules qui pourrait donner une indication fallacieuse sur le lieu de production au client italien.

À lire :Des véhicules volés au Canada retrouvés au Maroc

« Le seul but de l’autocollant était d’indiquer l’origine entrepreneuriale du produit », a déclaré le porte-parole, ajoutant que le groupe pensait avoir agi en totale conformité avec les règles. Aussi, a-t-il tenu à préciser que le design du nouveau Topolino – un modèle historique de Fiat depuis 1936 – avait été conçu et développé en Italie par une équipe du Centro Stile FIAT, qui fait partie de Stellantis Europe, une société italienne et à assurer que la décision de produire le nouveau Topolino au Maroc était claire depuis l’annonce du nouveau modèle. « En tout état de cause, pour résoudre les problèmes éventuels, il a été décidé d’intervenir sur les véhicules en retirant les petits autocollants, sous réserve du feu vert des autorités », a ajouté le porte-parole.

À lire :Des véhicules volés à destination du Maroc saisis au port de Tarifa

Depuis des mois, le gouvernement italien et Stellantis sont en désaccord sur les choix de production du groupe, fait savoir Reuters. Selon Rome, les voitures commercialisées comme des produits italiens devraient être produites dans le pays. C’est ainsi qu’en avril dernier, le premier SUV citadin électrique d’Alfa Romeo fabriqué en Pologne avait abandonné le nom de Milano choisi en référence à la ville de Milan où est née la marque Alfa Romeo en 1910, au profit de l’appellation Junior.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Italie - Automobile - Kenitra - Exportations

Aller plus loin

Des véhicules volés à destination du Maroc saisis au port de Tarifa

La Garde civile a mis la main au port de Tarifa sur 24 véhicules volés dans différents pays européens alors qu’ils étaient sur le point d’être expédiés au Maroc. En tout, 13...

Stellantis : L’usine de Kénitra passe à 450 000 véhicules par an

Le constructeur automobile Stellantis investit 300 millions d’euros dans l’extension de sa première usine marocaine inaugurée à Kénitra en 2019. Cet agrandissement permettra de...

Maroc : importante saisie de véhicules volés au Canada

La police régionale de Halton a réussi à récupérer au Maroc 24 véhicules dont une Rolls Royce d’une valeur de 500 000 dollars volés au Canada et destinés à Dubaï suite au...

La polémique continue autour des voitures Topolino produites au Maroc

Le groupe automobile Stellantis qui produit Fiat Topolino, un véhicule ultra-citadine 100 % électrique, dans l’usine de Kénitra, au Maroc et l’exporte vers l’Italie, a adressé...

Ces articles devraient vous intéresser :

Au Maroc, Porsche ne connaît pas la crise

Selon les récentes statistiques de l’Association des importateurs de véhicules au Maroc (AIVAM), les ventes de voitures neuves au Maroc ont connu un recul de 2,83 %, s’établissant à 130 214 unités durant les dix premiers mois de 2023. Toutefois, les...

Les voitures de luxe séduisent de plus en plus les Marocains

Les voitures de luxe cartonnent comme jamais au Maroc. En témoignent les résultats des ventes d’automobiles aux six premiers mois de cette année.

Total annonce un projet à 10,69 milliards de dollars au Maroc

Le PDG de Total Energies, Patrick Pouyanné, a fait part lors de l’Assemblée générale mixte des actionnaires du jeudi 26 mai 2023, d’un projet ambitieux d’énergie renouvelable au Maroc.

Renault va produire plus de véhicules électriques au Maroc

Renault ambitionne d’ici 2027 de lancer huit nouveaux modèles hybrides et électriques (E-Tech) et de doubler le bénéfice net par unité vendue hors d’Europe et notamment au Maroc.

Du changement pour les voitures des MRE à leur arrivée à la douane

Les Marocains résidant à l’étranger devront se soumettre à un nouveau document émis par l’administration des douanes et qui concerne la circulation des véhicules immatriculés à l’étranger.

Textile et automobile : le Maroc, l’usine à bas prix de l’Europe

En raison de sa stabilité politique, sa main d’œuvre bon marché et des incitations fiscales, le Maroc attire davantage les investisseurs européens et notamment espagnols dans les domaines de l’automobile et du textile, des secteurs en plein essor dans...

Maroc : boom des exportations automobiles à fin novembre 2023

Les exportations de voitures ont augmenté de 30,2 % à fin novembre 2023 par rapport à la même période de l’année précédente, atteignant plus de 130,64 milliards de dirhams (MMDH).

Du nouveau pour l’usine géante de batteries au Maroc

Le gouvernement marocain vient de signer un mémorandum d’entente avec le groupe sino-européen Gotion High-Tech pour la réalisation d’un projet de mise en place d’un écosystème industriel de production de batteries pour véhicules électriques et de...

Voici les marques de voiture les plus vendues au Maroc

Le marché automobile marocain se reprend après quelques mois d’accalmie avec une augmentation de 22,01 % par rapport à l’année précédente, selon les données de l’Association des importateurs de véhicules au Maroc (AIVAM).

Maroc : le secteur de la location de voitures en péril

Le secteur de la location de voitures au Maroc est en crise. Les professionnels du secteur se plaignent de l’introduction d’un nouveau cahier de charges et de l’offre largement supérieure à la demande. La reprise n’est pas près de s’amorcer.