Benkirane préfère sortir du gouvernement que de contrarier le Palais

17 mars 2015 - 15h44 - Maroc - Ecrit par : J.L

"Nous sommes prêts à sortir du gouvernement, mais nous n’entrerons pas en conflit avec le Palais", a affirmé samedi à Rabat le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane. "Ceux qui disent que je cherche à avoir la confiance de l’institution monarchique, n’ont pas tort", admet le premier ministre marocain.

"Les Marocains verront ce qu’ils n’oseront jamais imaginer en cas de conflit avec le Palais", a-t-il prévenu devant une assemblée de lauréats et étudiants de l’Université américaine Harvard, avec à leur tête le prince Moulay Ismaïl, frère du prince Moulay Hicham.

"Le Roi a adopté la plus importante décision politique lors de la mouvance populaire, en obligeant l’administration à reconnaître les résultats réels des élections du 25 novembre 2011", renchérit le patron du Parti Justice et Développement (PJD), selon le quotidien Al Akhbar.

Le leader islamiste ne manque pas de rappeler le référentiel religieux pour expliquer sa position par rapport à l’institution monarchique et le devoir d’obéissance au Souverain.

Le chef du gouvernement cherche ainsi à rassurer ceux qui craignent un raz de marrée du PJD lors des prochaines échéances électorales, mais aussi lever le voile sur le Parti Authenticité et Modernité (PAM), qui prétend être le parti de l’Etat, chargé de protéger le Palais contre le pouvoir des islamistes.

Les opposants de Benkirane voient en lui un populiste en campagne électorale permanente et un politicien de seconde zone, optant pour les solutions faciles aux frais des Marocains, écrit quant à lui le quotidien Annahar.

"Toutes ses sorties ne sont que des manœuvres électorales". A travers ses perpétuelles marques d’allégeance envers la monarchie, le Chef du gouvernement cherche uniquement à avoir l’appui et la bénédiction de la monarchie, pour que le PJD domine les urnes, clament les détracteurs du leader islamiste.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Partis politiques - Elections - Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Parti Authenticité et Modernité (PAM) - Abdelilah Benkirane - Elections 2011 - Gouvernement marocain

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc veut faire payer les géants du Web

Le gouvernement marocain est préoccupé par la réglementation fiscale des géants du numérique. Dans ce sens, il propose de nouvelles obligations fiscales dans le cadre du projet de loi de Finances (PLF) de l’exercice 2024.

Aïd Al-Adha : le Maroc va importer un million de têtes de bétail

À quelques semaines de la célébration de l’Aïd Al-Adha, le gouvernement s’active pour satisfaire les besoins de la population. En tout, un million de têtes sera bientôt importé.

Abdelkader Amara claque la porte du PJD, voici pourquoi

Abdelkader Amara n’est plus membre du parti de la justice et du développement (PJD). Lundi, l’ancien ministre de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau a annoncé sa démission du parti islamiste après une réflexion sur ce que...

Maroc : Abdelali Hamieddine, ancien parlementaire, condamné pour meurtre

La Cour d’appel de Fès a rendu son verdict dans l’affaire de l’ex-parlementaire Abdelali Hamieddine, qui vient d’être condamné à une peine de 3 ans de prison ferme.

Aïd El Fitr 2024 : une bonne surprise pour les fonctionnaires marocains ?

La ministre déléguée chargée de la réforme de l’administration et de la transition numérique, Ghita Mezzour, propose au gouvernement de décréter un congé exceptionnel de trois jours au lieu de deux à l’occasion de l’Aïd Al-Fitr 2024.

Maroc : la réforme des retraites divise

La réforme des retraites donne du fil à retordre à l’Exécutif marocain. De leur côté, les syndicats s’inquiètent de sa mise œuvre dans un contexte économique marqué par l’inflation, exprimant des craintes quant à l’avenir des retraités.

Écoles privées au Maroc : hausse des frais et colère des parents

Des écoles privées ont décidé d’augmenter les frais de scolarité à la prochaine rentrée au grand dam des parents d’élèves. Préoccupée, une députée du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) appelle le gouvernement d’Aziz Akhannouch à agir pour empêcher...

Le PJD exprime son regret après la mise en garde du Cabinet royal

Le Parti Justice et Développement (PJD) est sorti de son silence après avoir été recadré par le Cabinet royal au sujet des relations du Maroc avec Israël. Dans un communiqué signé par son secrétaire général, Abdelilah Benkirane, le parti a exprimé son...

Le PJD évoque un lien entre le séisme et les péchés collectifs du Maroc

Le Parti de la Justice et du Développement (PJD) s’est exprimé sur le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre qui a endeuillé le Maroc et a lancé un appel aux Marocains. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela ne devrait...

Remaniement ministériel au Maroc : les noms qui circulent

Un remaniement ministériel s’annonce imminent. Qui sont ceux qui ne feront plus partie de l’équipe d’Aziz Akhannouch ou garderont leurs portefeuilles ?