Abderrazak Mounib : un innocent mort en prison en Espagne

21 août 2023 - 18h00 - Espagne - Ecrit par : A.P

Injustement accusé de viol et de vol qualifié, le Marocain Abderrazak Mounib est mort d’une crise cardiaque dans la prison de Can Brians en Espagne, alors qu’il attendait sa libération.

Abderrazak Mounib avait confié fin 1996 à un ami qu’il avait joint depuis la prison, que lui et un autre Marocain, Ahmed Toummouhi, avaient déjà passé cinq ans en prison pour des viols qu’ils n’avaient pas commis en 1991. Ils avaient été identifiés par des victimes et la Cour suprême a confirmé leurs peines. Abderrazak appelait avec tellement d’insistance l’ami en question que ce dernier avait fini par croire en son innocence, relate La Vanguardia.

« La Garde civile sait qu’ils sont innocents », a déclaré Fatima, la femme d’Abderrazak, à l’ami qui lui avait rendu visite. À l’époque, elle était âgée de 48 ans et ses quatre enfants (deux filles et deux garçons) âgés de 8 à 18 ans. L’ami en a eu la preuve après avoir pris connaissance du rapport du Commandement de la Garde civile transmis au parquet de la Cour supérieure de justice de Catalogne, lequel confirmait l’innocence d’Abderrazak et de son coaccusé.

À lire : Ahmed Tommouhi : une victoire judiciaire après 24 ans d’injustice

Des mois après leur arrestation, des crimes similaires à ceux dont ils étaient accusés, avaient été commis. La Garde civile a ouvert une enquête et a fini par mettre la main sur Antonio García Carbonell, un Espagnol qui ressemblait étrangement à Abderrazak Mounib. Des objets appartenant aux victimes et les armes qu’il utilisait pour les intimider ont été retrouvés à son domicile. Les deux Marocains accusés, avaient donc été condamnés sans preuves.

L’analyse d’un mouchoir contenant du sperme, retrouvé sur l’une des victimes, a révélé la présence de l’ADN de l’Espagnol. La culpabilité de ce dernier étant prouvée, le juge a annulé la condamnation d’Abderrazak, mais pour des raisons inconnues, le Marocain est resté en prison où il décède d’une crise cardiaque le 30 avril 2000. Ahmed Toummouhi, lui, est resté en prison jusqu’en 2006 avant d’être libéré. L’auteur confirmé des faits, Antonio García Carbonell, est sorti de prison en 2013.

Sujets associés : Espagne - Droits et Justice - Prison - MRE

Aller plus loin

Canaries : la famille d’un Marocain réclame justice 14 ans après son décès

Youssef est un jeune qui séjournait dans un centre de migrants aux îles Canaries. Il est décédé il y a quatorze ans après une chute par la fenêtre et être resté un an dans le...

Un Marocain (71 ans) passe neuf jours en prison à cause d’une erreur judiciaire

Mohamed el-Maadioui a vécu un véritable cauchemar. Après un voyage au Maroc, il a été arrêté à l’aéroport d’El Prat à Barcelone le 18 février dernier, confondu avec un...

Emprisonné injustement, un Marocain porte plainte contre l’Etat espagnol

Le Marocain Farid Hilali, qui était en détention préventive au Royaume-Uni, a été réclamé par la justice espagnole pour son implication présumée dans les attentats du 11...

Ahmed Tommouhi : une victoire judiciaire après 24 ans d’injustice

La chambre criminelle de la Cour suprême (Espagne) vient d’annuler la décision du tribunal provincial de Barcelone qui avait condamné Ahmed Tommouhi à 24 ans de prison pour deux...

Ces articles devraient vous intéresser :

Plus de trois millions de touristes au Maroc en deux mois, grâce aux MRE

Durant les mois de juin et juillet derniers, les aéroports marocains ont enregistré au total 3,2 millions de touristes, soit un taux de récupération de 100 % par rapport à la période d’avant-Covid.

Aide au logement : succès auprès des MRE

Près d’un quart des potentiels bénéficiaires de l’aide au logement sont des Marocains résidant à l’étranger (MRE). Les inscriptions ont démarré le 1ᵉʳ janvier.

Mohamed Ihattaren rattrapé par la justice

Selon un média néerlandais, Mohamed Ihattaren aurait des démêlés avec la justice. Le joueur d’origine marocaine serait poursuivi pour agression et tentative d’incitation à la menace.

Séjour culturel au Maroc au profit de 600 enfants de MRE

600 enfants de Marocains résidant à l’étranger (MRE) bénéficient actuellement d’un séjour culturel au Maroc. L’édition de cette année se déroule en deux périodes, du 21 juillet au 3 août puis du 6 au 19 août, dans le site de l’Université internationale...

Entre droits des MRE et échange de renseignements fiscaux : le dilemme du gouvernement marocain

Le gouvernement d’Akhannouch revient sur les deux projets de loi sur l’échange de renseignements fiscaux et de données des Marocains résidant à l’étranger (MRE). Par la voix de son porte-parole, Mustapha Baïtas, il rassure une fois de plus les MRE.

Les joueurs binationaux, une fierté et une force pour le Maroc

Le Maroc doit en grande partie son parcours historique à la coupe du monde au Qatar à ses joueurs binationaux comme Achraf Hakimi, Hakim Ziyech, Sofyan Amrabat, Noussair Mazraoui, Abdessamad Ezzalzouli, Bilal El Khannouss, Sofiane Boufal, etc., qui ont...

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

Le portefeuille des Marocains du monde aiguise des appétits

Dans son discours prononcé à l’occasion de l’anniversaire de la révolution du roi et du peuple, Mohammed VI a appelé à renforcer le cadre législatif de la diaspora marocaine. Depuis, la majorité gouvernementale se dispute le portefeuille des Marocains...

Les Marocains du monde, des compétences « sous-exploitées » par le Maroc

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) contribuent faiblement au développement du Maroc. Pourtant, leurs compétences sont nécessaires pour relever les défis économiques et socioculturels du royaume.

Les dépôts bancaires des MRE dépassent les 190 MMDH

À fin juin dernier les dépôts bancaires se sont accrus de 3,9 % s’établissant à 1 085,2 milliards de DH, selon les dernières statistiques monétaires publiées par Bank Al-Maghrib.