Canaries : la famille d’un Marocain réclame justice 14 ans après son décès

14 mai 2022 - 12h00 - Maroc - Ecrit par : A.P

Youssef est un jeune qui séjournait dans un centre de migrants aux îles Canaries. Il est décédé il y a quatorze ans après une chute par la fenêtre et être resté un an dans le coma. Sa sœur, Najat, demande d’élucider les circonstances de son décès afin de déterminer s’il s’agit d’un accident, d’un suicide ou d’un meurtre.

Najat se souvient encore de ce jour d’octobre 2008 où son frère Youssef, 16 ans, est parti de la maison familiale à Sidi Ifni au Maroc, pour rejoindre les îles Canaries par bateau, en compagnie de quelques amis. « On pensait qu’il était allé au champ avec ses grands-parents », raconte-t-elle à El Diario. Najat a été informée par le consulat du Maroc aux îles Canaries de l’accident de son frère et s’est aussitôt rendue à son chevet.

Le mineur a passé à peine 20 jours à Nivaria, un centre de mineurs situé à La Esperanza, avant sa chute mortelle. « Il était au deuxième étage. Un de ses amis m’a dit qu’il s’est disputé avec un autre mineur qui voulait le forcer à fumer et à se droguer. C’est là qu’il est tombé par la fenêtre », explique Najat, en pleurs, ajoutant que son frère a passé un an dans le coma à l’hôpital universitaire (CHU) des îles Canaries, à Tenerife, avant de rendre l’âme le 14 février 2010.

À lire : Espagne : la justice rouvre le dossier du Marocain Ilias Tahiri mort dans un centre pour mineurs

Najat a été informée de son décès alors qu’elle était retournée à Sidi Ifni pour voir leurs parents après un an de séparation. « Ils m’ont appelé et m’ont dit que mon frère était mort. Je ne comprenais pas. Pourtant, quand je l’ai quitté, il respirait encore », confie-t-elle. Après l’enterrement de Youssef à Sidi Ifni, Najat est retournée en Espagne pour réclamer justice. Depuis 14 ans, elle cherche à « découvrir ce qui est arrivé à Youssef ». Sans succès.

L’organisation Human Right Watch avait alerté dans un rapport publié en 2006 sur les cas « graves d’abus et de mauvais traitements » dans ce centre de mineurs de Nivaria. « Les mineurs ont décrit ce deuxième étage comme une cellule de punition, où ils ont été battus et enfermés pendant plusieurs jours », a dénoncé HRW. En 2010, le parquet provincial de Santa Cruz de Tenerife a requis cent ans de prison contre deux directeurs de ce centre pour torture et mauvais traitements.

Sujets associés : Immigration clandestine - Droits et Justice - Iles Canaries - Enfant - Décès - MRE

Aller plus loin

Espagne : pas de condamnation d’un centre de migrants après la mort de Marouane

Marouane Abouobaida, un jeune Marocain de 23 ans, s’est suicidé dans une cellule d’isolement du centre de rétention des migrants de Zapadores le 15 juillet 2019, après avoir été...

Ahmed Tommouhi : une victoire judiciaire après 24 ans d’injustice

La chambre criminelle de la Cour suprême (Espagne) vient d’annuler la décision du tribunal provincial de Barcelone qui avait condamné Ahmed Tommouhi à 24 ans de prison pour deux...

Meurtre de Pascal Foltran à Marrakech : nouvelles révélations, colère des parents

Les parents de Pascal Foltran, un restaurateur toulousain tué dans sa villa de Marrakech en 2018 sont en colère contre la justice marocaine. Et pour cause, cet assassinat n’a...

Abderrazak Mounib : un innocent mort en prison en Espagne

Injustement accusé de viol et de vol qualifié, le Marocain Abderrazak Mounib est mort d’une crise cardiaque dans la prison de Can Brians en Espagne, alors qu’il attendait sa...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Match Maroc-France : difficile pour les binationaux de faire un choix

La qualification du Maroc et de la France pour la demi-finale de la coupe du monde au Qatar est une joie pour les Franco-marocains. Certains parmi eux ont encore du mal à réaliser la surprenante ascension de l’équipe marocaine, véritable surprise de...

Marhaba 2023 (MRE) : un record dans les ports marocains

L’opération « Marhaba 2023 », visant à faciliter le passage des Marocains résidant à l’étranger (MRE), a enregistré un flux record cette année, avec près de 2,84 millions de passagers et 642 000 véhicules ayant transité par les ports marocains entre le...

Les Marocains de France ont transféré 5,4 milliards de DH au Maroc

En 2022, le Maroc a enregistré un pic historique dans les recettes issues des transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE), atteignant 110,7 milliards de DH, soit une progression de 16 % par rapport à 2019, d’après le dernier rapport de...

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Marhaba 2023 : un centre d’accueil dédié aux Marocains de l’étranger inauguré à Rabat

Dans le cadre de l’opération Marhaba 2023, la Fondation Hassan II pour les Marocains résidant à l’étranger a inauguré un centre d’accueil à Rabat.

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

Immobilier au Maroc : les MRE en première ligne

L’apport considérable des Marocains résidant à l’étranger (MRE) devrait contribuer à booster le marché de l’immobilier au Maroc au troisième trimestre 2023.