Canaries : la famille d’un Marocain réclame justice 14 ans après son décès

14 mai 2022 - 12h00 - Maroc - Ecrit par : P. A

Youssef est un jeune qui séjournait dans un centre de migrants aux îles Canaries. Il est décédé il y a quatorze ans après une chute par la fenêtre et être resté un an dans le coma. Sa sœur, Najat, demande d’élucider les circonstances de son décès afin de déterminer s’il s’agit d’un accident, d’un suicide ou d’un meurtre.

Najat se souvient encore de ce jour d’octobre 2008 où son frère Youssef, 16 ans, est parti de la maison familiale à Sidi Ifni au Maroc, pour rejoindre les îles Canaries par bateau, en compagnie de quelques amis. « On pensait qu’il était allé au champ avec ses grands-parents », raconte-t-elle à El Diario. Najat a été informée par le consulat du Maroc aux îles Canaries de l’accident de son frère et s’est aussitôt rendue à son chevet.

Le mineur a passé à peine 20 jours à Nivaria, un centre de mineurs situé à La Esperanza, avant sa chute mortelle. « Il était au deuxième étage. Un de ses amis m’a dit qu’il s’est disputé avec un autre mineur qui voulait le forcer à fumer et à se droguer. C’est là qu’il est tombé par la fenêtre », explique Najat, en pleurs, ajoutant que son frère a passé un an dans le coma à l’hôpital universitaire (CHU) des îles Canaries, à Tenerife, avant de rendre l’âme le 14 février 2010.

À lire : Espagne : la justice rouvre le dossier du Marocain Ilias Tahiri mort dans un centre pour mineurs

Najat a été informée de son décès alors qu’elle était retournée à Sidi Ifni pour voir leurs parents après un an de séparation. « Ils m’ont appelé et m’ont dit que mon frère était mort. Je ne comprenais pas. Pourtant, quand je l’ai quitté, il respirait encore », confie-t-elle. Après l’enterrement de Youssef à Sidi Ifni, Najat est retournée en Espagne pour réclamer justice. Depuis 14 ans, elle cherche à « découvrir ce qui est arrivé à Youssef ». Sans succès.

L’organisation Human Right Watch avait alerté dans un rapport publié en 2006 sur les cas « graves d’abus et de mauvais traitements » dans ce centre de mineurs de Nivaria. « Les mineurs ont décrit ce deuxième étage comme une cellule de punition, où ils ont été battus et enfermés pendant plusieurs jours », a dénoncé HRW. En 2010, le parquet provincial de Santa Cruz de Tenerife a requis cent ans de prison contre deux directeurs de ce centre pour torture et mauvais traitements.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immigration clandestine - Droits et Justice - Iles Canaries - Enfant - Décès - MRE

Aller plus loin

Mutinerie dans un centre de migrants à Laâyoune, des policiers blessés

Une enquête a été ouverte après des heurts entre policiers et migrants subsahariens, dans un centre d’hébergement, vendredi 1ᵉʳ mai 2020 à Laâyoune. Ces migrants ont tenté de...

Ahmed Tommouhi : une victoire judiciaire après 24 ans d’injustice

La chambre criminelle de la Cour suprême (Espagne) vient d’annuler la décision du tribunal provincial de Barcelone qui avait condamné Ahmed Tommouhi à 24 ans de prison pour deux...

Épinay : les familles de Kamel et Omar décédés après une chute réclament la vérité

Le tribunal correctionnel de Bobigny (Seine-Saint-Denis) se penchera dès lundi 30 janvier sur le dossier de Kamel Benstaali et d’Omar Azzouz, deux employés décédés en 2019 après...

Abderrazak Mounib : un innocent mort en prison en Espagne

Injustement accusé de viol et de vol qualifié, le Marocain Abderrazak Mounib est mort d’une crise cardiaque dans la prison de Can Brians en Espagne, alors qu’il attendait sa...

Ces articles devraient vous intéresser :

Opération Marhaba : les chiffres de l’année dernière largement dépassés à Algésiras

Depuis le lancement de l’Opération Passage du Détroit (OPE) le 15 juin dernier, près de 275 000 passagers et 68 000 véhicules ont embarqué depuis les ports espagnols en direction du Maroc d’après les données fournies par la Protection Civile espagnole.

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Marchandises et cadeaux : que dit la douane marocaine ?

La douane marocaine a démenti les rumeurs selon lesquelles une nouvelle taxation serait appliquée aux cadeaux importés par les voyageurs marocains ou étrangers.

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...

Marocains du monde : est-il interdit d’introduire des médicaments au Maroc ?

Les services de la Douane marocaine interdisent l’introduction au Maroc de médicaments, sauf pour les besoins personnels. A cet effet, certaines dispositions doivent scrupuleusement être respectées.

La justice espagnole sépare une famille marocaine : Nasser Bourita réagit

Suite à la décision de la justice espagnole de retirer la garde des enfants à une famille marocaine établie dans le nord du pays, le ministère des Affaires étrangères a tenu à commenter cette décision et fournir quelques détails.

Retraités MRE : les conditions d’octroi de l’abattement de 90% (douane)

Depuis plusieurs années maintenant, la douane marocaine a mis en place un abattement de 90 % pour les MRE retraités souhaitant dédouaner leur véhicule au Maroc. Pour ce faire, plusieurs conditions sont requises comme expliqué dans le dernier guide...

Aide au logement : gros succès auprès des MRE

Le programme d’aide directe au logement connait un franc succès depuis son lancement. Au 23 mai 2024, 11 749 personnes ont déjà pu bénéficier de cette aide, sur un total de 73 711 demandes déposées. De nombreux Marocains résidant à l’étranger ont...

MRE : Vacances gâchées par des tracasseries administratives

C’est avec un sentiment mêlé de lassitude et de colère que les Marocains résidant à l’étranger (MRE) vont commencer à débarquer dans les ports marocains dans les prochains jours.

Le MRE a-t-il le droit de vendre sa voiture au Maroc ?

Le Marocain résidant à l’étranger (MRE) a tout à fait le droit de vendre son véhicule lors de ses vacances au Maroc. Nous parlons, ici, de la période de l’admission temporaire de 6 mois, autorisée par les services de la Douane. Deux situations se...