Ahmed Tommouhi : une victoire judiciaire après 24 ans d’injustice

29 juin 2023 - 19h00 - Espagne - Ecrit par : A.P

La chambre criminelle de la Cour suprême (Espagne) vient d’annuler la décision du tribunal provincial de Barcelone qui avait condamné Ahmed Tommouhi à 24 ans de prison pour deux crimes de viol et deux délits le 23 septembre 1992.

La Haute cour a annulé la décision du tribunal de première instance après avoir reçu de nouvelles preuves, dont les rapports d’experts sur le sperme trouvé dans un sous-vêtement de la victime et qui n’est pas celui de Tommouhi. Ces rapports rédigés en 1992 par la police scientifique de Barcelone, n’ont jamais été présentés devant la Cour, les experts n’ayant pas témoigné à l’audience.

Ahmed Tommouhi a purgé 14 ans et dix mois de prison pour des crimes de viols et de vol qu’il n’a pas commis. Abderrazak Mounib a également passé huit ans en prison pour les mêmes faits avant d’y mourir d’une crise cardiaque en 2000. Les faits remontent à 1991, année où plusieurs couples ont été victimes de vol avec violence et les femmes violées dans les villes de Barcelone, Tarragone et Gérone pendant six jours. Les deux hommes d’origine marocaine, identifiés par deux victimes, ont été arrêtés par la Garde civile qui précise qu’ils ne se connaissent pas.

À lire : Erreur judiciaire : le cas d’Ahmed Tommouhi, accusé à tort, réexaminé en Espagne

Les accusés avaient été déjà condamnés à six reprises pour une dizaine de crimes et devraient passer plus d’un siècle en prison. Ils seraient également impliqués dans les attentats du 13 novembre à Terrassa, selon La Vanguardia. Des victimes ont identifié en 1995 les deux accusés comme auteurs d’une autre série de viols et vols dans la région, alors qu’ils étaient déjà en prison. Après enquête, les agents finissent par mettre la main sur Antonio García Carbonell, également impliqué dans la série de viols de 1991.

L’échantillon d’ADN trouvé sur le sous-vêtement de l’une des victimes, et qui n’était pas compatible avec celui des deux accusés, appartient à García Carbonell, d’après des analyses plus poussées des experts, réalisées des années plus tard, ce qui a conduit la Cour suprême à annuler la décision du tribunal contre Tommouhi pour l’un des viols. Une victoire pour les avocats de la défense, Manuel Ollé et Jorge Claret.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Droits et Justice - Vidéos - Sexualité - Vol - Violences et agressions

Aller plus loin

Canaries : la famille d’un Marocain réclame justice 14 ans après son décès

Youssef est un jeune qui séjournait dans un centre de migrants aux îles Canaries. Il est décédé il y a quatorze ans après une chute par la fenêtre et être resté un an dans le...

Ceuta : une Marocaine accusée « injustement » de vol, réclame justice

Une Marocaine, employée domestique sans contrat à Ceuta, a été acquittée en 2019 après avoir été injustement accusée par son employeur de vol de bijoux d’une valeur de 60 000...

Erreur judiciaire : le cas d’Ahmed Tommouhi, accusé à tort, réexaminé en Espagne

La Cour suprême d’Espagne a accepté de réexaminer le cas du Marocain Ahmed Tommouhi, condamné à tort pour une série de viols en 1991.

Abderrazak Mounib : un innocent mort en prison en Espagne

Injustement accusé de viol et de vol qualifié, le Marocain Abderrazak Mounib est mort d’une crise cardiaque dans la prison de Can Brians en Espagne, alors qu’il attendait sa...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le kickboxeur marocain Mohammed Jaraya arrêté par la police

Le kickboxeur néerlandais d’origine marocaine, Mohammed Jaraya, risque gros. Il vient d’être arrêté par la police et les accusations à son encontre pourraient mettre définitivement fin à une carrière pourtant prometteuse.

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Le chanteur Adil Miloudi recherché par la police

Le célèbre chanteur marocain Adil El Miloudi est sous le coup d’un mandat d’arrêt pour avoir, dans une vidéo, menacé des fonctionnaires de police.

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.