Ceuta : une Marocaine accusée « injustement » de vol, réclame justice

29 mars 2022 - 19h00 - Espagne - Ecrit par : A.P

Une Marocaine, employée domestique sans contrat à Ceuta, a été acquittée en 2019 après avoir été injustement accusée par son employeur de vol de bijoux d’une valeur de 60 000 euros. Elle réclame justice pour cette “fausse” accusation. Mais trois ans après, la Cour la déboute, estimant qu’il serait difficile de prouver son innocence.

Accusée d’avoir volé à son employeur des bijoux (broches, montres et pendentifs) évalués à près de 60 000 euros, la Marocaine a été arrêtée en 2018 par la police nationale, placée en détention puis acquittée en 2019, faute de preuves, fait savoir El Faro de Ceuta. Pendant un an, elle a été privée de liberté et traitée de voleuse, ne sachant quelle porte frapper pour obtenir justice.

Le parquet avait requis contre elle deux ans de prison et une amende équivalente à la valeur des objets volés. Mais le tribunal n’a pas accédé à cette demande, soulevant l’insuffisance de preuves (pas de témoins, pas d’empreintes) et une accusation fondée sur des « soupçons et suppositions » et truffée de « contradictions, d’absurdités et d’incohérences ».

À lire : Une femme apparaissant dans le reportage sur la prostitution à Marrakech réclame justice (vidéo)

De son côté, la jeune Marocaine a toujours clamé son innocence. Elle a soutenu tout au long du procès qu’elle ignorait l’existence d’un coffre-fort dans la maison et qu’elle a été accusée à tort, après avoir dénoncé son employeur qui a bénéficié de ses services sans lui signer un contrat de travail. Après son acquittement, elle a dénoncé son employeur pour avoir déposé une fausse plainte contre elle pour nuire à son image.

Trois ans après, le tribunal provincial tranche. Dans une ordonnance rendue en février 2022, le juge a rejeté cette plainte, estimant qu’on ne saurait prouver « la fausseté » de la plainte déposée par l’employeur contre la Marocaine. Pourtant, la Direction du travail et de la sécurité sociale a déjà sanctionné l’employeur pour défaut de contrat en mars 2020, lui demandant de verser une amende de 20 000 euros pour avoir employé la Marocaine sans contrat et sans l’avoir déclarée à la sécurité sociale.

Sujets associés : Droits et Justice - Ceuta (Sebta) - Femme marocaine - Vol

Aller plus loin

Une femme apparaissant dans le reportage sur la prostitution à Marrakech réclame justice (vidéo)

L’une des femmes apparaissant dans le reportage sur la prostitution à Marrakech diffusé le mois dernier sur une chaîne italienne réclame aujourd’hui justice car, dit-elle, elle...

Espagne : la famille d’un Marocain décédé de la rage réclame justice

Les proches d’un Marocain décédé 13 décembre 2019 de la rage ont déposé une réclamation de dommages-intérêts auprès d’Osakidetza (Pays basque espagnol), estimant qu’il aurait pu...

Erreur judiciaire : le cas d’Ahmed Tommouhi, accusé à tort, réexaminé en Espagne

La Cour suprême d’Espagne a accepté de réexaminer le cas du Marocain Ahmed Tommouhi, condamné à tort pour une série de viols en 1991.

Fara Chorfi, avocate belgo-marocaine acquittée en Suisse, récupère 60 millions

Fin de cauchemar en Suisse pour l’avocate belge d’origine marocaine, Fara (Farida) Chorfi. Accusée de blanchiment d’argent aggravé, considéré comme un crime dans ce pays, elle...

Ces articles devraient vous intéresser :

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Maroc : le casier judiciaire électronique enfin lancé

Le ministère de la Justice a procédé mardi, au lancement de quatre nouveaux services numériques dont le casier judiciaire électronique.

Le kickboxeur marocain Mohammed Jaraya arrêté par la police

Le kickboxeur néerlandais d’origine marocaine, Mohammed Jaraya, risque gros. Il vient d’être arrêté par la police et les accusations à son encontre pourraient mettre définitivement fin à une carrière pourtant prometteuse.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Le roi Mohammed VI ordonne une réforme de la Moudaouana

Les droits de la famille et de la femme se sont invités dans le discours adressé samedi soir par le roi Mohammed VI à l’occasion de la célébration de la Fête du Trône. Le Souverain a appelé au respect des droits de la femme et à une réforme audacieuse...

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.