Hollywood : une actrice américaine invoque le droit marocain pour son divorce

30 mai 2014 - 21h49 - Monde - Ecrit par : Bladi.net

Une actrice américaine qui se dit être une « Moorish National Aboriginal », refuse que des tribunaux américains traitent son divorce. Avec documents à l’appui, des documents fort étranges, elle a déposé une demande en appel contre un jugement qui a officialisé son divorce avec un autre américain. Aucun lien avec le Maroc… Sauf la confession qui veut que chaque Moorish National Aboriginal soit en fait marocain et ne doive rendre des comptes qu’au Maroc.

Pilar Sanders est une autochtone nationale mauresque (Moorish National Aboriginal ). Une personne, américaine (pour nous mais pas pour elle), qui ne devrait pas, selon elle, être régie par des lois ou des tribunaux relevant des États-Unis d’Amérique. Notons que "dans la réalité presque unanime" Pilar Sanders est une actrice et productrice hollywoodienne -et américaine- connue pour ses travaux dans Mod Squad (1999), Streets of Blood (2009) et Deion and Pilar Sanders : Prime Time Love (2008).

Cette dernière vient de faire une demande en appel devant un tribunal pour faire annuler un ancien jugement qui a donné lieu à son divorce officiel (qui pourrait lui coûter des millions). Elle a alors présenté au tribunal toute une documentation juridique « bizarre » pour soi-disant prouver que les USA ne peuvent aucunement la juger. Elle aurait affirmé :

"Les Etats-Unis ne peuvent pas me toucher ! Je demande la justice marocaine immédiatement".

En effet, il faut convenir qu’une réplique comme celle-ci ne s’invente pas...

Selon TMZ : « L’ex-épouse de Deion Sanders, qui a maintenant pour nom Pilar Biggers Sanders Love El-Dey, a déposé une documentation pour faire appel à un jugement qui a confirmé son divorce ... et qui pourrait potentiellement lui coûter des millions. Les documents de Pilar tentent de prouver qu’elle est maintenant affiliée à la Moorish Divine and National Movement of the World […] et qu’elle ne peut être jugée que par l’Empire marocain ». Notons qu’elle refuse encore d’abandonner le nom de famille de son époux "Sanders". Tant que la justice marocaine n’aura pas tranché, peut-être le gardera-t-elle.

L’appel de Mme Love El-Dey a bien évidemment été rejeté, avant même cet étrange dépôt. Mais, ce qui est quand même hilarant, c’est qu’elle a des raisons qui la poussent, selon TMZ, à penser que ce rejet lui permettra de faire de grandes choses, très prochainement, devant les tribunaux.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : États-Unis - Droits et Justice - Moudawana (Code de la famille) - Ambassades et consulats

Aller plus loin

Connaissez-vous Morocco dans l’Indiana (Vidéo) ?

Morocco est une ville qui se trouve dans l’Indiana. Connue pour son hospitalité, elle porte ce nom depuis 1851, date à laquelle un étranger arrive dans la ville à dos de cheval...

Maroc : un tribunal interdit à une femme de prendre des selfies sans son mari

Un tribunal rabbinique marocain a interdit à une femme de publier sur les réseaux sociaux des selfies dans lesquels elle n’apparaît pas en compagnie de son mari ou de ses enfants.

Les Marocains d’Amérique ou "Moorish" manifestent après la mort de George Floyd

Les "Moors" ou "Moorish Americans", une communauté américaine aux racines marocaines, se sont joints à la vague de contestation sociale qui a lieu aux États-unis suite au...

Des Américains invoquent le droit marocain pour être jugés

Aux États-Unis, des membres du Mouvement « The Rise of the Moors », qui se réclament du Maroc, se retrouvent en prison pour avoir conduit une camionnette contenant des armes et...

Ces articles devraient vous intéresser :

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.

Tarik Tissoudali condamné

Décidément, la semaine est décidément noire pour Tarik Tissoudali. Après s’être attiré les foudres de son club, La Gantoise, pour des critiques acerbes suite à la défaite contre le Standard, l’attaquant de 30 ans a été condamné vendredi par le tribunal...

Code de la famille : les féministes marocaines face à l’opposition de Benkirane

Le secrétaire général du Parti justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a vivement critiqué le mouvement féministe qui milite pour l’égalité des sexes dans le cadre de la réforme du Code de la famille, estimant que son combat vise à...

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Maroc : la réforme du Code de la famille fait toujours jaser

La réforme du Code de la famille a du mal à passer au Maroc. Face aux conservateurs et chefs religieux, le gouvernement n’arrive pas encore à trouver la bonne formule pour mettre fin aux discriminations envers les femmes en matière de succession, à la...

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Le chanteur Adil Miloudi recherché par la police

Le célèbre chanteur marocain Adil El Miloudi est sous le coup d’un mandat d’arrêt pour avoir, dans une vidéo, menacé des fonctionnaires de police.

« Tu mourras dans la douleur » : des féministes marocaines menacées de mort

Au Maroc, plusieurs féministes, dont des journalistes et des artistes, font l’objet d’intimidations et de menaces de mort sur les réseaux sociaux, après avoir appelé à plus d’égalité entre l’homme et la femme dans le cadre de la réforme du Code de la...