Le Maroc veut combler son déficit en ingénieurs et techniciens d’ici 2025

18 février 2022 - 07h40 - Maroc - Ecrit par : A.T

Une convention cadre a été signée, mardi à Rabat, pour renforcer la formation d’ingénieurs, de cadres moyens et de techniciens supérieurs dans différents secteurs industriels.

Lors de la signature de cette convention, les ministres sectoriels du gouvernement, à leurs côtés, le patronat et les industriels aéronautiques et automobiles, se sont engagés à former un capital humain de haute qualité, répondant davantage aux besoins actuels et futurs des différents secteurs de l’économie nationale.

Fruit d’un partenariat public-privé, cet accord a pour objectif d’intégrer progressivement des modules de formation sur les soft skills, la production durable/décarbonée et l’industrie 4.0, mais aussi l’implication des industriels dans l’amélioration de l’offre de formation des universités, notamment, pour les secteurs automobile et aéronautique.

A lire : L’exode des ingénieurs marocains à l’étranger inquiète

À cet effet, le ministère de l’Enseignement supérieur s’est engagé à mobiliser les universités pour former des ingénieurs, des cadres moyens et des techniciens supérieurs selon les besoins spécifiques exprimés par les industriels via la CGEM, l’AMICA et le GIMAS. L’objectif étant de combler le gap quantitatif et qualitatif en formation des ingénieurs, cadres moyens et TS, à l’horizon 2025.

Sujets associés : Automobile - Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) - Aéronautique - Formation - Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de la Formation des cadres

Aller plus loin

Le Maroc compte un taux de femmes ingénieures supérieur aux États–Unis et le Canada

Un rapport de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (l’UNESCO) intitulé « La course contre la montre pour un développement plus intelligent...

Maroc : 10.000 ingénieurs à former chaque année

Le Maroc ne forme pas suffisamment d’ingénieurs. On l’avait diagnostiqué il y a quelques années déjà ! Mais aujourd’hui, programme Emergence aidant, on a avancé sur ce chapitre,...

Le Maroc en mal d’ingénieurs

Le Maroc est pauvre en ingénieurs. Leur nombre est estimé à 30 000. Ce qui est dérisoire. Pour pouvoir accompagner le développement économique du pays, l’effectif d’ingénieurs...

600 ingénieurs quittent le Maroc chaque année

Ils sont quelque 600 ingénieurs à abandonner le Maroc chaque année pour tenter leur chance à l’étranger.

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc accélère la transition vers la mobilité électrique

L’Association professionnelle intersectorielle de la mobilité électrique (APIME), regroupant les principaux acteurs du secteur, ambitionne d’installer 2 500 bornes de recharge fonctionnelles pour les véhicules électriques sur l’ensemble du territoire...

Le trafic aérien entre le Maroc et Israël progresse

Six mois après le lancement des vols directs entre le Maroc et Israël, le trafic aérien progresse et continuera de progresser, présageant ainsi de belles perspectives.

La voiture 100% marocaine verra le jour en 2023

Le Maroc prévoit de fabriquer localement des voitures de marque marocaine. Le projet va démarrer à court terme et nécessitera un investissement 100% marocain.

Le Maroc, futur grand producteur de batteries pour voitures électriques ?

Le Maroc ambitionne de créer une gigafactory de batteries pour véhicules électriques. D’ores et déjà, il a engagé des négociations avec certains fabricants.

BMW, Renault et Managem au cœur d’un scandale écologique au Maroc ?

Une enquête dévoile la pollution importante de certains villages marocains où sont déchargés des résidus miniers. BMW, Renault et la Managem, grande entreprise minière marocaine, sont pointés du doigt.

Bonne nouvelle pour les automobilistes marocains

La Direction Générale des Impôts (DGI) vient de faire une fleur aux automobilistes marocains en ce qui concerne la Taxe Spéciale Annuelle sur les Véhicules (TSAV).

Le Maroc, un leader potentiel de l’industrie aéronautique, selon Forbes

Le secteur aéronautique marocain est en plein essor. Le royaume dispose d’importants atouts pour devenir une destination de choix pour les investisseurs dans ce domaine.

Le secteur aérospatial marocain en plein essor

Malgré les effets de la crise sanitaire liée au Covid-19, le secteur aérospatial marocain connait un essor sans précédent.

L’École 1337 élue 3ᵉ meilleure au monde

L’école « 1337 » de l’Université Mohammed VI Polytechnique, spécialisée dans la formation gratuite en programmation, fait partie des trois meilleures au monde.

Le Maroc interdit l’importation de véhicules polluants

Le Maroc poursuit ses efforts visant à réduire l’impact de la pollution sur la santé des citoyens et sur l’environnement. Le ministère du Transport et de la logistique et le département de la Transition énergétique et du développement durable ont pris...