Affaire Adnane : l’AMDH exige une loi plus sévère

14 septembre 2020 - 12h00 - Maroc - Ecrit par : J.K

La mort du petit Adnane a réveillé les hostilités entre les pros et anti-peine de mort au Maroc. Au sein de la société marocaine et sur la toile, extrémistes, tenants de la peine de mort et modérés appelant à des textes plus sévères s’affrontent.

C’est un communiqué de la DGSN samedi matin, annonçant le pire qui a ouvert le débat : un viol et un homicide volontaire. Le corps du petit a été enterré sous un arbre dans un parc du même quartier où il résidait. La société se déchaîne, la toile s’embrase. C’est le choc des positions sur la peine de mort :

« Peine de mort », « castration », ont commencé à scander bien des voix. « Je suis pour la peine de mort des pédophiles et la médiatisation de leurs profils », lance une internaute.

« On ne répond pas à la barbarie humaine par la barbarie d’Etat… Le combat contre la peine de mort c’est la victoire de l’Homme sur ses plus bas instincts », a réagi un autre sur la toile.

Pour Aziz Ghali, militant et président de l’AMDH, le plus grand réseau associatif de lutte contre les abus sur les droits humains au Maroc, le problème est d’ordre pénal. « Le problème du viol, c’est qu’aujourd’hui encore les peines sont trop légères », a-t-il déclaré. « Aujourd’hui, nous avons besoin d’une loi Adnane. Il faut qu’il y ait des peines fermes et dures ».

Alors que les viols sur fillettes et femmes sont courants et malgré leur médiatisation leurs auteurs s’en sortent avec des peines plutôt légères.

L’affaire d’Adnane exaspère davantage, puisqu’il s’agit d’un garçon ; beaucoup de cas sont passés sous silence, parce que strictement tabous dans la société marocaine.

Sujets associés : Tanger - Lois - Procès - Prison - Décès - Criminalité - Disparition - Enlèvement - Arrestation

Aller plus loin

Maroc : un tribunal prononce la peine de mort

Un couple poursuivi pour homicide volontaire et mutilation du corps d’un mineur a été condamné mardi à la peine capitale par la chambre criminelle de premier degré près la Cour...

Mort de la petite Naïma : les habitants de Zagora dénoncent

Le corps de Naïma, une fillette de 5 ans, disparue le 17 août dernier, a été retrouvé par un berger samedi dernier, dans la région du Draa-Tafilalet, près de Jebel Kissane à...

Le meurtrier d’Adnane passe devant le juge

L’homme accusé d’avoir tué et enterré le petit Adnane Bouchouf a été déféré lundi devant le parquet général à Tanger.

Adnane, disparu à Tanger, retrouvé mort et enterré près du domicile familial (vidéo)

Disparu dans des circonstances mystérieuses, Adnane, 11 ans, a été retrouvé, 48 heures plus tard, mort et enterré non loin du domicile de ses parents à Tanger. L’enfant a été...

Ces articles devraient vous intéresser :

Voici pourquoi un policier a été promu par Abdellatif Hammouchi

Décédé des suites d’une blessure grave à l’arme blanche, survenue lors d’une intervention de sécurité, un agent de police a reçu une promotion exceptionnelle par le directeur général de la Sûreté nationale et de la surveillance du territoire,...

Suite au violent séisme, peut-on voyager au Maroc ?

Le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre a fait près de 3000 morts, plus de 5600 blessés et causé d’énormes dégâts matériels dans plusieurs régions, principalement rurales. Peut-on se rendre au Maroc après la catastrophe ?

Amine Adli perd sa maman, la FRMF présente ses condoléances

Amine Adli est frappé par un énorme malheur. L’attaquant des Lions de l’Atlas et du Bayer Leverkusen vient de perdre sa maman.

Le Maroc pleure la mort de la "fille de la lune" Fatima Ezzahra Ghazaoui

Fatima Ezzahra Ghazaoui, 31 ans, star marocaine des réseaux sociaux, a perdu son combat contre la Xeroderma pigmentosumn, une maladie génétique rare à l’origine d’une hypersensibilité aux rayonnements ultraviolets, qui interdit toute exposition au soleil.

Khalid Naciri, ancien ministre marocain, s’éteint à l’âge de 77 ans

Khalid Naciri, ancien ministre de la Communication sous le gouvernement El Fassi et l’un des dirigeants du Parti du progrès et du socialisme (PPS), est décédé mercredi soir dans une clinique à Rabat à l’âge de 77 ans. Diplomate et communicant émérite,...

La criminalité en baisse au Maroc

Au cours du premier semestre 2022, la criminalité a globalement baissé au Maroc. C’est ce que révèle le dernier rapport de la direction générale de la Sûreté nationale (DGSN).

Décès d’Abdelhak Khiame, ancien patron du BCIJ

Triste nouvelle ce mardi 23 août 2022. L’ancien patron du Bureau central d’investigation judiciaire (BCIJ), Abdelhak Khiyame, est décédé aujourd’hui des suites d’une longue maladie.

Ayoub, 16 ans : l’impossible deuil après le séisme au Maroc

Ayoub, 16 ans, est l’un des survivants du puissant et dévastateur séisme qui a touché une partie du Maroc dans la nuit du 8 septembre. Il a perdu cinq membres de sa famille dans la catastrophe.

Criminalité au Maroc : les chiffres

Les chiffres officiels de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) montrent les baisses importantes dans toutes les catégories de crimes en 2023.

Maroc : une sortie en voiture vire au drame

Une sortie en famille qui finit en tragédie. Deux sœurs de 19 et 10 ans sont mortes noyées samedi dans le barrage de Smir près de la ville de M’diq, après que l’aînée, qui venait d’avoir son permis de conduire, a demandé à ses parents à faire un tour...