Affaire Badr : la famille de la victime réclame la peine de mort

27 décembre 2023 - 14h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Alors que le procès du meurtrier de Badr Bouljoihel, un jeune homme de 23 ans, doctorant-chercheur à la faculté des sciences et techniques de Mohammedia, tué fin juillet à la sortie d’un restaurant à Casablanca, se tient, Fatima, la mère de la victime, réclame la peine de mort.

Le procès du principal suspect et de ses accusés s’est ouvert mardi devant de la Cour d’appel de Casablanca. La famille, des amis et des proches de la victime ont assisté à la première audience. Il a été décidé de son report jusqu’en janvier.

À lire : Meurtre de Badr à Casablanca : « l’enfant de riche » devant la justice

À l’issue de l’audience, Fatima, la mère de Badr s’est confiée à la presse. Elle a affirmé que la famille du principal suspect, un gosse riche, excerce des pressions sur elle pour qu’elle retire sa plainte. "Ils ont offert de l’argent et des propriétés, et ont même envoyé des intermédiaires", a-t-elle expliqué. La mère de la victime ne cède pas. Elle tient à ce que justice soit rendue à son fils et réclame par ailleurs la peine maximale, rapporte Morocco World News. "Il [le suspect] est un tyran, pas un humain ordinaire. J’exige des représailles... la peine de mort... pour que leur fils meure comme mon fils, pour qu’ils ressentent la douleur que j’ai ressentie", a-t-elle insisté.

Badr Bouljoihel, doctorant-chercheur à la faculté des sciences et techniques de Mohammedia, a été tué dans la nuit du 30 juillet sur un parking du McDonald’s à Aïn Diab. Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, on voit des individus asséner des coups violents au jeune homme de 23 ans. L’un des agresseurs, propriétaire d’un gros 4 × 4 Audi Q8, monte dans son véhicule pour écraser le jeune Badr. Ce crime horrible avait secoué Aïn Diab, un quartier huppé de Casablanca. Au lendemain du drame, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a annoncé l’arrestation par la police judiciaire de Casablanca, en coordination avec leurs homologues de Laâyoune, du principal suspect.

À lire : Le meurtre de Badr à Casablanca : de l’argent pour éviter le procès ?

Quatre autres suspects seront par la suite interpellés. Tous sont accusés d’homicide volontaire et de constitution d’une bande criminelle.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Casablanca - Droits et Justice - Procès - Badr Bouljoihel

Aller plus loin

Maroc : un « gosse de riche » condamné à mort pour meurtre

Fin du procès des accusés du meurtre du jeune Badr Bouljoihel. La cour d’appel de Casablanca vient de condamner le principal accusé à la peine de mort et les autres prévenus à...

Meurtre de Badr à Casablanca : « l’enfant de riche » devant la justice

L’affaire du jeune Badr, qui avait été tué après avoir été écrasé par la voiture d’un « gosse de riche » à Casablanca, devrait bientôt passer devant la justice.

Affaire non résolue : il y a 20 ans l’horrible meurtre d’une femme enceinte à Casablanca

En 2003, le corps d’une femme enceinte avait été découvert à son domicile à Hay Salmiya, son fœtus lui ayant été arraché de son ventre. 20 ans après, l’affaire connaît un...

Le meurtre de Badr à Casablanca : de l’argent pour éviter le procès ?

Des membres des familles des cinq suspects accusés d’homicide volontaire et de constitution d’une bande criminelle ont proposé à la mère de Badr Bouljoihel, un jeune homme de 23...

Ces articles devraient vous intéresser :

Un agriculteur espagnol attaque la famille royale marocaine

Le Tribunal de l’Union européenne a entendu mardi les arguments de l’entreprise Eurosemillas, spécialisée dans la production de semences sélectionnées, qui demande l’annulation de la protection communautaire des obtentions végétales pour la variété...

Le chanteur Adil Miloudi recherché par la police

Le célèbre chanteur marocain Adil El Miloudi est sous le coup d’un mandat d’arrêt pour avoir, dans une vidéo, menacé des fonctionnaires de police.

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.

Hassan Iquioussen vs Gérald Darmanin : la justice se prononce aujourd’hui

Le tribunal administratif de Paris examine l’arrêté d’expulsion de Hassan Iquioussen, pris par le ministère de l’Intérieur, Gérald Darmanin, en juillet 2022. Cette audience déterminante permettra de statuer sur la possibilité de l’imam de revenir en...

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.