Affaire Omar Raddad : vers un procès en révision ?

23 juin 2021 - 22h00 - France - Ecrit par : S.A

Un nouveau procès pourrait s’ouvrir après la découverte des traces d’un ADN masculin n’appartenant pas à l’ex-jardinier marocain Omar Raddad, condamné puis gracié pour la mort de Ghislaine Marchal, tuée le 23 juin 1991 à Mougins (Alpes-Maritimes). Son avocate Sylvie Noachovitch a décidé de déposer une demande en révision du procès de 1994, ce jeudi 24 juin.

Du nouveau dans l’affaire Omar Raddad. Son avocate va déposer ce jeudi une demande de révision du procès du 1994 à la suite des analyses ultérieures de Laurent Breniaux, un expert privé près la cour d’appel d’Aix-en-Provence sur deux inscriptions : « Omar m’a tuer », écrite distinctement sur la porte de la cave à vin, et « Omar m’a t », sur la porte de la chaufferie, à proximité du corps de Ghislaine Marchal, rapporte Le Monde. Le rapport de ces analyses rendues en 2019 révèle la présence d’une trentaine de traces d’un ADN complet masculin n’appartenant pas à Omar Raddad et trouvées dans l’une des inscriptions.

À lire : Affaire Omar Raddad : La défense ne lâche pas prise et demande « Justice »

Selon l’avocate de l’accusé, le spécialiste en analyses génétiques a émis l’hypothèse d’un « transfert primaire direct ou indirect au moment des faits » pour expliquer la présence des traces. L’auteur du message aurait déposé l’ADN. Une comparaison avec l’ADN de proches de Ghislaine Marchal s’est révélée négative. « Les expertises du parquet de Nice sont toujours en cours, mais j’ai décidé avec mon client Omar Raddad de faire une demande en révision. Elle sera déposée ce jeudi 24 juin, date qui marque la mort de Ghislaine Marchal », a déclaré Sylvie Noachovitch, l’avocate de l’ex-jardinier marocain sur France Inter. Une demande de nouveau jugement faite sur la base de nouvelles empreintes relevées sur le lieu du crime avait été rejetée en 2002 par la cour de révision.

À lire : Les analyses ADN confirment l’innocence d’Omar Raddad

Accusé du meurtre de Ghislaine Marchal, Omar Raddad avait été condamné en 1994 à 18 ans de réclusion. Gracié par l’ex-président français Jacques Chirac sur intervention du roi Hassan II, il avait bénéficié d’une libération conditionnelle en 1998 après sept ans d’incarcération. Omar est libre mais toujours coupable, car une grâce présidentielle n’annule pas une condamnation. La loi du 20 juin 2014 qui assouplit les conditions de révision d’un procès criminel redonne espoir. Elle a permis d’obtenir des éléments “déterminants”. Grâce à cette loi, de nouvelles investigations ont été menées. Alors que Sylvie Noachovitch se bat pour réhabiliter son client, la famille de la victime continue de désigner Omar Raddad comme l’unique coupable du meurtre de la riche héritière.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Droits et Justice - Procès - Homicide - Omar Raddad

Aller plus loin

Omar Raddad : la justice française dit non

L’ex-jardinier marocain Omar Raddad n’aura pas un nouveau procès. La justice a rejeté jeudi la deuxième requête en révision déposée par son avocate Me Sylvie Noachovitch, sur la...

Affaire Omar Raddad : le jardinier marocain obtient examen de sa requête

La Cour de Cassation se penche ce jeudi sur le dossier d’Omar Raddad, ce jardinier marocain condamné pour le meurtre de Ghislaine Marchal, et qui a été gracié sans être...

France : la justice va rouvrir le dossier Omar Raddad

La justice française a décidé de rouvrir, 27 ans après, le dossier du Marocain Omar Raddad , condamné pour le meurtre de Ghislaine Marchal.

Les analyses ADN confirment l’innocence d’Omar Raddad

Comme il le clame haut et fort depuis plus d’une vingtaine d’années, Omar Raddad vient d’être innocenté par des tests ADN effectués sur es traces de sang.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Maroc : 30 députés éclaboussés par des affaires de corruption

Au total, 30 députés marocains sont poursuivis par la justice en leur qualité de président de commune pour leur implication présumée dans des affaires de corruption, de dilapidation de deniers publics, de chantage, et de falsification de documents...

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.

Maroc : il tue son père pour des cigarettes

Drame dans la commune d’Ait Amira. Un jeune homme a donné un coup de couteau mortel à son père après que ce dernier a refusé de lui donner de l’argent pour acheter un paquet de cigarettes.

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.