France : la justice va rouvrir le dossier Omar Raddad

16 décembre 2021 - 17h40 - France - Ecrit par : A.T

La justice française a décidé de rouvrir, 27 ans après, le dossier du Marocain Omar Raddad , condamné pour le meurtre de Ghislaine Marchal.

La commission d’instruction a accepté finalement la requête du Marocain, en ordonnant un complément d’informations dans le dossier.

Cette réouverture a été rendue possible grâce au progrès de la science en matière d’ADN et surtout à une loi votée en juin 2014, qui assouplit les critères permettant d’obtenir la révision d’un procès.

A lire  : Omar Raddad croit en la justice, malgré tout

Reconnu coupable en février 1994 du meurtre de sa patronne, Ghislaine Marchal, le Marocain avait été condamné à une peine de 18 ans de prison. Il avait été désigné coupable à cause de l’inscription « Omar m’a tuer », tracée avec le sang de la victime sur la scène de crime.

Condamné sans possibilité de faire appel à l’époque, Omar Raddad avait bénéficié d’une grâce partielle du président Jacques Chirac suite à une intervention du roi Hassan II, puis d’une libération conditionnelle en 1998. Cette grâce ne vaut pas annulation de la condamnation et ne l’innocente pas.

Sujets associés : France - Droits et Justice - Omar Raddad

Aller plus loin

Omar Raddad : la justice française dit non

L’ex-jardinier marocain Omar Raddad n’aura pas un nouveau procès. La justice a rejeté jeudi la deuxième requête en révision déposée par son avocate Me Sylvie Noachovitch, sur la...

Bloquée au Maroc, une Française condamnée pour avoir abandonné des animaux

Le tribunal correctionnel de Périgueux (France) a condamné ce vendredi une femme de 32 ans, à trois mois de prison avec sursis, pour abandon d’animaux domestiques et mauvais...

Affaire Omar Raddad : vers une révision du procès ?

Le sort de l’ancien jardinier Omar Raddad, qui a demandé un nouveau procès dans l’affaire du meurtre de Ghislaine Marchal, sera examiné ce jeudi par la justice. Condamné à...

Ce témoignage qui aurait pu innocenter Omar Raddad

Dans « Ministère de l’Injustice », le livre qui paraîtra le 16 mars, les auteurs font une révélation qui aurait pu innocenter l’ex-jardinier marocain Omar Raddad condamné puis...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les ravages du mariage sur reconnaissance de dette

Une forme de mariage peu médiatisée est en train de prendre de l’ampleur dans certaines régions du Maroc, selon une émission diffusée sur la chaîne Al Aoula. Il s’agit du mariage sur reconnaissance des dettes.

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Le chanteur Adil Miloudi recherché par la police

Le célèbre chanteur marocain Adil El Miloudi est sous le coup d’un mandat d’arrêt pour avoir, dans une vidéo, menacé des fonctionnaires de police.

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.