Maroc : l’alcool des riches, l’alcool des pauvres

1er janvier 2014 - 12h55 - Economie - Ecrit par : J.L

L’alcool a fait polémique au parlement marocain ce mois décembre. Alors que les partis d’opposition ne voulaient augmenter les taxes que sur les alcools de luxe, le gouvernement, lui, voulait généraliser la hausse des taxes à tous les alcools, sans distinction aucune.

Les partis d’opposition qui défendaient "les alcools des pauvres" et appelaient le gouvernement à augmenter uniquement les taxes sur les alcools de luxe, n’ont finalement pas eu gain de cause.

Après un débat houleux en commission des finances de la chambre des conseillers, le gouvernement a décidé d’augmenter les taxes de tous les alcools. Celles-ci passent donc de 500 à 700 DH l’hectolitre, à partir d’aujourd’hui, premier janvier 2014.

Les députés du Parti Authenticité et Modernité (PAM), de l’Union Socialiste des Forces Populaires (USFP), de l’Istiqlal et de l’Union Constitutionnelle, avaient proposé au départ une augmentation de de 500 à 700 DH l’hectolitre seulement sur les alcools dits de luxe.

Mohamed Boussaïd, ministre des Finances avait d’abord refusé cet amendement, sous prétexte que la surtaxation encourage la contrebande, avant de fléchir en acceptant de taxer tous les alcools à hauteur de 600 DH l’hectolitre, et de porter finalement cette taxe à 700 DH.

Les partis de l’opposition s’étaient interposés tout d’abord à cette mesure, affirmant que leur amendement ne concernait que les alcools de luxe. Le député du groupe fédéral Mohamed Daidaa avait proposé au ministre d’exclure de la hausse les vins rouges et la bière, Driss Radi de l’Union Constitutionnelle défendait, lui, l’eau de vie (mahia).

Le député du PAM Hakim Benchemass a estimé pour sa part que cette hausse devrait concerner principalement le Whisky et la Vodka, appelant certains parlementaires, fins connaisseurs, à proposer d’autres noms d’alcools.

L’alcool divise souvent le Parlement. Début novembre, plusieurs députés avaient estimé que l’alcool est un produit de luxe qu’il faut surtaxer. D’autres parlementaires estiment plutôt que l’alcool est un produit de première nécessité au Maroc.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Istiqlal - Mohamed Boussaïd - Union Socialiste des Forces Populaires (USFP) - Union Constitutionnelle - Parti Authenticité et Modernité (PAM) - Alcool - Ministère de l’Economie et des Finances

Aller plus loin

Maroc : une aide de 1000 dirhams par mois pour les plus pauvres

Annoncée depuis des années, la réforme de la Caisse de compensation pourrait se traduire par une aide directe aux ménages les plus pauvres en contrepartie de la fin des...

Ces articles devraient vous intéresser :

Réforme du Code pénal au Maroc : un ancien prédicateur salafiste à la rescousse

L’ancien prédicateur salafiste, Abdelwahab Rafiki, plus connu sous le nom d’Abou Hafs, est dorénavant conseiller du ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, selon une source proche du ministère.

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.

Succès d’une nouvelle émission obligataire lancée par le Maroc

Le Maroc clôture avec succès un emprunt obligataire sur les marchés financiers internationaux d’un montant global de 2,5 milliards de dollars. L’opération fait suite à un Roadshow auprès de la communauté des investisseurs internationaux.

Maroc : le gouvernement prévoit une aide au logement

Le gouvernement prévoit dans le budget 2023 la mise en place d’une aide pour le soutien au logement au profit des acquéreurs éligibles.

Impôts : des procédures simplifiées pour les MRE

La simplification des procédures administratives pour les Marocains résidant à l’étranger (MRE) a permis à ces derniers de se mettre à jour vis-à-vis de l’administration fiscale, a déclaré Nadia Fettah, ministre de l’Économie et des finances.

Le PJD doit payer plus de 5 millions de dirhams

La Cour des comptes a récemment publié son rapport annuel sur l’audit des comptes des partis politiques pour l’année 2021. Selon ce rapport, le Parti de la justice et du développement (PJD) est en tête de liste des partis qui doivent rembourser des...

TikTok menacé de suspension au Maroc ?

Hanan Atrakin, députée du Parti de l’Authenticité et de la Modernité (PAM), appelle à l’interdiction de TikTok et d’autres applications de réseaux sociaux au Maroc, afin de protéger leurs utilisateurs, notamment les mineurs.

Maroc : des sociétés écrans créées pour échapper au fisc

La Direction générale des impôts a découvert que plusieurs sociétés installées dans les provinces du sud, créent des « sociétés écran » pour exercer leurs activités commerciales en dehors de cette région. Une évasion fiscale qui ne dit pas son nom.

Maroc : les réformes des lois sur les libertés individuelles passent mal

Les réformes des lois sur les libertés individuelles initiées par le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi sont loin de faire l’unanimité. Après le parti de la justice et du développement (PJD), parti de l’opposition, c’est au tour du parti de la...

Le prix du phosphate à l’international profite aux exportations marocaines

La hausse des exportations marocaines de phosphates et dérivés, observées depuis le début de l’année, se poursuit. À fin septembre dernier, les recettes ont fortement progressé de 66,6%, au lieu de 45,4% un an auparavant, indique la Direction des...