Affaire Alexandre Benalla : le parquet réclame dix-huit mois de prison

1er octobre 2021 - 12h50 - Monde - Ecrit par : S.A

Le parquet a requis jeudi 30 septembre 18 mois d’emprisonnement avec sursis et 500 euros d’amende à l’encontre de l’ancien chargé de mission de l’Élysée, Alexandre Benalla, notamment pour les violences commises lors de la manifestation du 1ᵉʳ mai 2018, à Paris. Les plaidoiries de la défense doivent débuter ce vendredi.

Le procureur Yves Badorc a demandé dix-huit mois avec sursis et 500 euros d’amende, cinq ans d’interdiction de toute fonction publique et dix ans d’interdiction de port d’arme « pour que l’affaire Benalla s’efface devant un jugement », rapporte l’AFP. Il a également requis une peine d’un an avec sursis, quinze ans d’interdiction de port d’arme à l’encontre de Vincent Crase, ex-employé d’En Marche. celui-ci était aux côtés d’Alexandre Benalla lors du cortège de la Fête du travail. Dans une affaire « qui a fait couler beaucoup d’encre », « déjà jugée par le tribunal de l’opinion », le magistrat a demandé de revenir aux “faits” et non à leur “commentaire”. Il a donc fait appel à la « souveraineté du tribunal ».

À lire : Alexandre Benalla a voyagé au Maroc avec son passeport diplomatique

Le ministère public a demandé que l’ex-proche collaborateur d’Emmanuel Macron soit aussi condamné pour avoir utilisé frauduleusement des passeports diplomatiques et de service, avoir porté un pistolet sans autorisation en 2017, avoir molesté deux manifestants au Jardin des plantes et un couple place de la Contrescarpe, ainsi que la condamnation de Vincent Crase pour des violences sur trois de ces personnes.

Evoquant les violences commises lors de la manifestation du 1ᵉʳ mai 2018 qu’il décrit comme la « chronique d’un dérapage annoncé », le procureur a fait remarquer que les deux hommes avaient « agi avec des policiers, comme des policiers et parfois à la place des policiers », alors qu’ils n’étaient ce jour-là qu’observateurs du cortège. « C’est l’État, la puissance publique, dont l’émanation est la police, qui détient l’usage de la force », a-t-il insisté, soulignant que les deux mis en cause avaient commis des « violences illégitimes » qui « ne peuvent s’effacer comme par magie derrière l’article 73 ».

À lire : Alexandre Benalla au tribunal

Selon le parquet, Alexandre Benalla devait aussi être reconnu coupable d’avoir utilisé, après son licenciement, deux passeports diplomatiques lors de 11 voyages, notamment au Maroc et aux Bahamas et d’avoir réalisé un faux document afin d’obtenir un autre passeport, de service cette fois. Il a par ailleurs requis deux et quatre mois de prison avec sursis à l’encontre des deux derniers prévenus, les fonctionnaires de la Préfecture de Police, Maxence Creusat et Laurent Simonin. Il leur est reproché d’avoir transmis, le soir de la publication de l’article du journal Le Monde, des images de vidéosurveillance à l’ancien collaborateur de l’Élysée.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Paris - Procès - Prison - Violences et agressions - Amende - Alexandre Benalla

Aller plus loin

Alexandre Benalla fixé sur sa date de comparution

Le procès de l’ancien chargé de mission de l’Élysée, Alexandre Benalla se précise. Les affaires concernant les violences du 1ᵉʳ mai 2018 à Paris et l’utilisation frauduleuse de...

Alexandre Benalla de retour au tribunal

L’affaire Alexandre Benalla, qui a marqué le début de certains scandales politiques sous la présidence d’Emmanuel Macron, retourne au tribunal ce vendredi 9 juin à la cour...

Alexandre Benalla écope de trois ans de prison dont un ferme

La justice a condamné, ce vendredi, l’ancien chargé de mission de l’Élysée, Alexandre Benalla, à trois ans de prison dont un ferme sous bracelet électronique.

Alexandre Benalla a voyagé au Maroc avec son passeport diplomatique

L’ancien chargé de mission de l’Élysée, Alexandre Benalla, 30 ans, avoue avoir voyagé avec ses passeports diplomatiques au Maroc, en Turquie lors de la troisième journée de son...

Ces articles devraient vous intéresser :

Catalogne : un Algérien suspecté d’agression violente d’un Marocain arrêté

L’homme d’origine algérienne qui a violemment agressé un ressortissant marocain cette semaine dans le nord de l’Espagne a finalement été arrêté par la police. Un avis de recherche avait été émis le qualifiant d’individu « très dangereux ».

Le Maroc face à l’urgence de réglementer les VTC

La bagarre entre un chauffeur de taxi et un autre sans licence (VTC), révélée par une vidéo devenue virale sur les réseaux, a fini par dégénérer. Les deux protagonistes ont causé des dommages réciproques à leurs véhicules. De tels incidents deviennent,...

Un Britannique poignarde l’amant Marocain de sa compagne qu’il surprend chez lui

Un citoyen britannique de 28 ans a été interpellé par la Guardia Civil, suite à une tentative de meurtre envers un Marocain à Santa Ponsa (Baléares).

Rapport inquiétant sur les violences faites aux femmes marocaines

Au Maroc, les femmes continuent de subir toutes sortes de violence dont les cas enregistrés ne cessent d’augmenter au point d’inquiéter.

Un Marocain tabassé par des videurs dans le nord de l’Espagne

Un jeune homme de 23 ans, médiateur culturel d’origine marocaine résidant à la Corogne, dans le nord-ouest de l’Espagne, a porté plainte, affirmant avoir été victime d’une agression racistede la part de deux videurs.

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

Youssra Zouaghi, Maroco-néerlandaise, raconte l’inceste dans un livre

Victime d’abus sexuels et de négligence émotionnelle pendant son enfance, Youssra Zouaghi, 31 ans, raconte son histoire dans son ouvrage titré « Freed from Silence ». Une manière pour elle d’encourager d’autres victimes à briser le silence.

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Mohamed Chibi viré d’un restaurant en Egypte

Mohamed Chibi, joueur international marocain évoluant au club égyptien Pyramids fait face à de nombreuses pressions en Égypte. Cette situation découle d’un différend avec Hussein El Shahat, joueur emblématique du club rival Al Ahly.

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».