En crise avec le Maroc, l’Algérie installera-t-elle une bulle de déni d’accès dans le détroit de Gibraltar ?

22 février 2022 - 19h20 - Monde - Ecrit par : S.A

L’Algérie pourrait installer une bulle de déni d’accès dans le détroit de Gibraltar, pour bloquer le Maroc en cas de conflit. C’est du moins ce qu’estime le général Philippe Moralès, le commandant de la défense aérienne et des opérations aériennes (CDAOA).

Dans leur rapport sur les « enjeux de défense en Méditerranée », les députés Philippe Michel-Kleisbauer (Modem) et Jean-Jacques Ferrara (Les Républicains) ont mis en avant les évolutions capacitaires des forces algériennes. « L’évolution projetée du tonnage de leur composante navale est de +120 % entre 2008 et 2030 », notent-ils. Il est attendu une hausse de +3,5 % pour la marine algérienne durant la même période. Selon ces élus français, la modernisation des capacités militaires algériennes se poursuit.

À lire : Pour des députés français, le risque d’un conflit entre le Maroc et l’Algérie est « limité »

Ils évoquent la constitution de « capacités offensives hauturières », concentrées en particulier à Mers el-Kébir, de « capacités de frappes dans la profondeur, y compris en Europe, avec six sous-marins Kilo dotés de missiles SS-N-30 Kalibr [dont la portée est limitée par rapport à celle des engins en service au sein de la marine russe, NDLR] et ses avions de chasse Su-30 MKA et Mig-25 PDA », de « capacités de tirs quasi-balistiques, avec le [missile] SS26 Iskander », et de « capacités de déni d’accès et d’interdiction de zone en Méditerranée occidentale, à travers un dispositif de défense anti-aérienne composé de S-300 et prochainement S-400 et des systèmes perfectionnés de radars [notamment de type Rezonans], de brouillage et de guerre électronique ».

Avec ces capacités, l’Algérie pourrait « constituer une véritable bulle de déni d’accès dans le détroit de Gibraltar et jusqu’au sud de l’Espagne, dans une logique de sanctuarisation de la Méditerranée occidentale », estime le général Philippe Moralès, le commandant de la défense aérienne et des opérations aériennes (CDAOA). En d’autres termes, si le voisin de l’Est réussit cette percée militaire, il pourrait bloquer la marine marocaine en cas de conflit.

À lire : Maroc : une nouvelle zone militaire pour contrer les velléités de l’Algérie

Les auteurs du rapport précisent par ailleurs que « l’Algérie n’a pas à ce stade de volonté de projection de puissance » et que son « réarmement massif obéirait par conséquent à des finalités principalement dissuasives : signal stratégique à l’égard du rival marocain, protection du territoire, dans un contexte de forte préoccupation sécuritaire à ses frontières [Mali et Libye], préservation du prestige de l’armée et illustration de l’influence de cette dernière sur le pouvoir politique ».

Sujets associés : Algérie - Défense - Armement

Aller plus loin

Le président algérien réitère son soutien au Polisario

À l’occasion du 46ᵉ anniversaire de la naissance de la « République arabe sahraouie démocratique (RASD)  », le président de la République algérienne, Abdelmadjid Tebboune, a...

Maroc : une nouvelle zone militaire pour contrer les velléités de l’Algérie

En crise avec l’Algérie, le Maroc s’est doté d’une zone militaire Est qui sera dirigée par le général de division Mohamed Miqdad. Une première.

Pour des députés français, le risque d’un conflit entre le Maroc et l’Algérie est « limité »

Des députés français estiment que le risque d’un conflit entre le Maroc et l’Algérie est « limité », selon un rapport qui vient d’être publié.

« Les États-Unis prennent très au sérieux la confrontation entre le Maroc et l’Algérie »

Le général Stephen Townsend, chef du commandement des États-Unis pour l’Afrique (AFRICOM) affirme que l’administration Biden prend « très au sérieux la confrontation le Maroc et...

Ces articles devraient vous intéresser :

La fabrication de drones militaires devient réalité au Maroc

Le Maroc a démarré les activités industrielles de défense, notamment la fabrication de drones équipés de matériel d’observation, de surveillance et d’armement.

Le Qatar reconnaissant envers le Maroc

Le Maroc apporte son expertise et son savoir-faire en matière de sécurité au Qatar, pays organisateur de la prochaine coupe du monde. Une aide très appréciée par Doha.

Espagne : Navantia démarre la construction du patrouilleur marocain

Les chantiers navals de Navantia, situés à Puerto Real et San Fernando, ont lancé lundi la construction d’un navire spécialisé pour la Marine espagnole, le “Poséidon”, ainsi que d’un patrouilleur hauturier destiné à la Marine Royale Marocaine.

Port d’armes : le Maroc durcit son arsenal juridique

Le gouvernement fait du contrôle des armes à feu une priorité. Dans ce sens, il a adopté un projet de loi pour répondre aux défis actuels et aux mutations sociales et technologiques. Ce projet est déjà sur la table du Parlement.

Zones industrielles militaires : les grands projets du Maroc

Le Maroc s’active pour la mise en place d’une industrie de défense robuste. Il dévoile sa stratégie axée sur la création de zones industrielles.

Que retenir de la visite de l’inspecteur de l’Artillerie des FAR en Israël ?

Le général de division Mohamed Benawali, inspecteur de l’Artillerie des Forces armées royales (FAR), s’est récemment rendu en Israël. Cette visite de travail s’inscrit dans le cadre du renforcement des relations de coopération militaire entre les FAR...

Maroc-Israël : deux ans de relations fructueuses, selon Alona Fisher-Kamm

Mardi a été célébré le deuxième anniversaire de la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une occasion pour Alona Fisher-Kamm, cheffe par intérim du bureau de liaison de Tel-Aviv à Rabat, de faire le bilan de ce rapprochement.

Armée marocaine : budget record et capacités renforcées

Le budget du ministère marocain de la Défense atteint le niveau record de 124,7 milliards de dirhams (12,2 milliards de dollars). Et, les Forces armées royales (FAR) prévoient de conclure des accords records pour renforcer leurs capacités.

Comment le Maroc et Israël renforcent leur coopération militaire

Depuis la normalisation de leurs relations en décembre 2020, le Maroc et Israël travaillent à renforcer leur coopération militaire au grand dam de l’Algérie, qui craint pour sa sécurité.

Budget record pour l’armée marocaine

Le Maroc va allouer près de 12,1 milliards de dollars au ministère de la Défense en 2024. Ce montant servira entre autres à l’acquisition d’armes et d’équipements militaires.