L’amande américaine écrase la concurrence marocaine

13 juillet 2022 - 21h00 - Economie - Ecrit par : S.A

L’amande américaine a la cote au point de dominer le marché local au détriment de l’amande marocaine. Conséquence : le Maroc peine à écouler son produit pourtant meilleur que celui qui est importé.

Bien que l’amande produite au Maroc ait un meilleur goût et dispose de valeurs nutritionnelles supérieures, elle est devenue moins compétitive que celle importée des États-Unis. C’est ce que révèle une nouvelle étude menée par des chercheurs de Rekolt, spécialiste des études de marché. En 2021, plus de 85 % de la consommation locale était importée, principalement des États-Unis. Pourtant, le royaume a, au fil des ans, accéléré sa production. En 20 ans, elle est passée de 14 300 tonnes en 2000 à 29 600 tonnes en 2020.

À lire : Les Français vont-ils se ruer sur la tomate marocaine ?

Aux yeux des consommateurs, l’amande américaine est moins chère que celle produite au Maroc. L’étude précise que 30 000 tonnes d’amandes sont consommées dans le royaume chaque année. En 2017, le nombre s’élève à 27 000 tonnes, dont 97 % produites localement. Ce chiffre a grimpé jusqu’à 91 % en 2018 pour 28 000 tonnes consommées, avant de baisser à 78 % en 2019.

À lire :Les exportations de la tomate marocaine vers la Russie ont baissé de 99%

La levée complète des barrières douanières à l’importation de l’amande américaine intervenue en 2019 a permis à celle-ci de s’imposer sur le marché local. Elle a atteint une part de marché de 21 %, avant de monter graduellement les années suivantes, faisant passer la part des amandes marocaines à 46 %, puis à 15 % seulement en 2020 et 2021 contre respectivement 52 et 83 % pour l’amande importée, précisent les chercheurs.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Importations - Agriculture

Aller plus loin

Agriculture : la société israélienne SupPlant étend ses activités au Maroc

Une société israélienne spécialisée dans « l’agriculture de précision » et « l’agriculture intelligente » du nom de SupPlant, a annoncé son intention de s’étendre au Maroc.

Maroc : 4,4 milliards de dirhams de subventions pour l’agriculture

Le soutien public à l’agriculture se maintient et se renforce au Maroc. Cette année, environs 4,4 milliards de dirhams de subventions seront affectés au secteur, pour un...

L’agriculture biologique en plein essor au Maroc

Le Maroc connaît depuis quelques années un essor de l’agriculture bio et organique, ceci grâce à une forte demande locale et surtout à l’export.

Les exportations de la tomate marocaine vers la Russie ont baissé de 99%

Les exportations marocaines de tomates vers la Russie ont chuté de 99,86 % en cinq ans, passant de 126,48 millions de kilos vendus en 2016 à seulement 181 000 kilos en 2021.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : suspension des droits à l’importation des bovins domestiques

Le gouvernement marocain a adopté mercredi dernier, un projet de décret portant sur la suppression des droits de douane sur les achats de bovins domestiques d’un poids minimal de 550 kg.

Maroc : des stations de dessalement pour sauver l’agriculture

Le ministère marocain de l’Agriculture a adopté le dessalement de l’eau de mer à des fins d’irrigation. Dans cette dynamique, le département de Mohamed Saddiki a prévu la construction de nouvelles stations de dessalement dans certaines zones agricoles.

Les engrais du Maroc, à teneur élevée en cadmium, interdits dans l’UE

Les engrais phosphatés du Maroc et d’autres pays contenant plus de 60 milligrammes de cadmium par kilo ne sont plus autorisés sur le marché de l’Union européenne, selon une décision communautaire récemment entrée en vigueur.

L’avocat : l’or vert qui assoiffe le Maroc

La culture de l’avocat nécessite une importante quantité d’eau. Au Maroc, des voix s’élèvent pour appeler à l’interdiction de cette culture, en cette période de sécheresse sévère et de stress hydrique.

Un agriculteur espagnol attaque la famille royale marocaine

Le Tribunal de l’Union européenne a entendu mardi les arguments de l’entreprise Eurosemillas, spécialisée dans la production de semences sélectionnées, qui demande l’annulation de la protection communautaire des obtentions végétales pour la variété...

Maroc : une croissance paradoxale entre exportations et importations d’avocats

Alors que le Maroc produit de plus en plus d’avocat, devenant l’un des principaux fournisseurs en Europe, la part des importations continuent de croître.

Le Maroc contraint d’importer du blé

Le Maroc se tourne une fois de plus vers le marché international pour augmenter ses importations de blé afin de compenser la baisse considérable de sa production durement touchée par la sécheresse cette année.

Le Maroc manque de lait

Annoncée depuis plusieurs mois par les professionnels du secteur, la pénurie de lait a été confirmée par le gouvernement lors du point de presse hebdomadaire. Selon le porte-parole du gouvernement, la situation et due à plusieurs facteurs.

Pastèque et sécheresse : le casse-tête marocain

Faut-il continuer à produire de la pastèque rouge qui nécessite une importante quantité d’eau et épuise les sols, alors que le Maroc connaît la pire sécheresse depuis quatre décennies ? La question divise les producteurs, exportateurs et...

Maroc : les taxes sur les cigarettes électroniques passent à 40%

Les droits d’importation des cigarettes électroniques devraient passer de 2,5 à 40 % dès l’année prochaine. La mesure est très mal accueillie par les commerçants.