Amnistie sur le cash non déclaré : plus de 500 MDH pour l’Etat

10 janvier 2021 - 17h11 - Economie - Ecrit par : J.K

Dans le cadre de l’amnistie accordée par l’Etat en 2020, les avoirs liquides non déclarés, normalisés auprès des banques, devront rapporter plus de 500 millions de DH au fisc marocain. 60% de ces recettes ont déjà été versés en 2020 et le reste sera versé en 2021, a indiqué une source officielle.

La rémission prenait en compte les personnes physiques qui disposaient des revenus issus de l’exercice d’une activité professionnelle non déclarée avant le 1er janvier 2020. Ainsi, l’Etat a attribué à cette catégorie de personnes, la possibilité de régulariser leur situation auprès du fisc, en déclarant leurs avoirs cachés, moyennant le paiement d’une contribution libératoire de 5%. L’opération s’est soldée à plus de 10 milliards d’avoirs déclarés pour une recette fiscale supérieure à 500 millions de dirhams, rapporte Médias24.

De plus, en raison de la crise sanitaire et de la situation particulière de certains contribuables, la DGI a facilité la tâche à certains d’entre eux, en les autorisant à reporter le versement de la contribution libératoire à 2021. Mais, les 60% des recettes ont déjà été versées en 2020. Par ailleurs, l’amnistie sur le cash non déclaré ne concernait pas uniquement les avoirs liquides, mais également tout actif mobilier ou immobilier acquis par des disponibilités dissimulées au fisc, sans oublier le cash versé dans les comptes courants d’associés ou accordé à des tiers sous forme de prêts.

Il faut noter que les personnes ayant répondu à cet appel de l’Etat et payé la contribution libératoire seront désormais exonérées de tout contrôle au titre de l’impôt sur le revenu portant sur les exercices 2020 et ultérieurs, et ce, pour toutes les dépenses personnelles effectuées à partir de ces avoirs déclarés au fisc.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Politique économique - Prêt - Impôts - Evasion fiscale - Fraude - Direction générale des impôts (DGI)

Aller plus loin

Saison des conventions fiscales au Maroc

Au Maroc, les conventions fiscales interprofessionnelles s’enchaînent. Les Impôts viennent de conclure un nouvel accord avec l’Ordre national des vétérinaires en matière de...

Maroc : l’évasion fiscale fait perdre au Royaume 3,1% du PIB national

Chaque année, le Maroc perd plus de 521 millions de dollars à cause de l’évasion fiscale. Le rapport de l’Alliance mondiale pour la justice fiscale intitulé «  Justice fiscale :...

Maroc : entrée en vigueur d’une nouvelle amnistie fiscale

L’amnistie sur les majorations et pénalités de retard sur les impayés d’impôts est effective depuis le 1ᵉʳ janvier 2021 au royaume. Cette mesure concerne les impôts et taxes du...

Amnistie fiscale : les contribuables invités à se régulariser dans les meilleurs délais

Les contribuables retardataires concernés par l’amnistie fiscale ont encore un peu plus de trois semaines pour régulariser leur situation.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : du changement pour l’impôt sur les revenus locatifs

Au Maroc, l’imposition des revenus locatifs a connu des modifications majeures depuis 2023. Des changements qui ont un impact significatif sur les contribuables concernés.

Maroc : les duty free font leur révolution

Du changement en vue pour les magasins de vente sous douane, communément appelés « Duty free shops ». L’Administration des douanes et impôts indirects (ADII) et l’Office des changes ont fixé de nouvelles règles relatives à leur gestion et fonctionnement.

Maroc : les écoles privées veulent augmenter les frais de scolarité

Les écoles privées au Maroc menacent d’augmenter les frais de scolarité d’environ 5 %, ce qui leur permettra de récupérer le montant de l’Impôt sur le revenu (IR) pour les enseignants vacataires, qui est passé de 17 à 30 % depuis le 1ᵉʳ janvier de...

Maroc : L’envers du décor du statut d’auto-entrepreneur

Quelques années après son adoption, la loi n° 114-13 du 19 février 2015 relative au statut de l’autoentrepreneur a montré ses limites. Seuls les chefs d’entreprise du royaume en tirent grand profit.

Maroc : du nouveau pour dotation pour voyage d’affaires

Au Maroc, la dotation pour voyage d’affaires passe de 60 à 100 000 dirhams, selon la version actualisée de l’Instruction générale des opérations de change (IGOC) qui est entrée en vigueur le 2 janvier 2024.

Cafés et restaurants marocains : au bord de la faillite, ils appellent à l’aide

Au Maroc, les propriétaires de cafés et restaurants dont le secteur est au bord du gouffre plaide pour un allègement fiscal. Les taxes et impôts imposés par certaines communes tuent leurs commerces.

Évasion fiscale au Maroc : Seuls 2% des contribuables paient 80% de la TVA

La plupart des contribuables marocains ne paient pas leurs impôts, générant un manque à gagner important, de l’ordre d’un milliard de dirhams, à l’État marocain.

Immobilier au Maroc : l’Etat veut vous obliger à payer les taxes

L’administration des impôts a mis en place une nouvelle mesure pour lutter contre la fraude fiscale dans l’immobilier.

Le Maroc s’attaque aux fraudeurs de la taxe sur les terrains non bâtis

Face aux dysfonctionnements relevés dans le recouvrement de la Taxe sur les terrains non bâtis (TNB) dans plusieurs communes, le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a adressé une circulaire aux walis des régions et aux gouverneurs des provinces...

Fisc : Le Maroc ajuste l’IS et l’IR dans la Loi de finances 2024

Au Maroc, des ajustements ont été apportés à l’Impôt sur les sociétés (IS) et l’Impôt sur le revenu (IR) dans le cadre de la Loi de finances 2024.