Un ancien ambassadeur des Etats-Unis au Maroc perd son procès contre Google

21 février 2022 - 14h29 - Monde - Ecrit par : S.A

L’ancien ambassadeur des États-Unis au Maroc, Marc Ginsberg, également président de l’association Coalition for a Safer Web ne peut pas poursuivre une action en justice visant à forcer Google à supprimer l’application Telegram du Play Store. Telle est la décision rendue par une juge fédérale vendredi dernier.

L’affaire remonte à janvier 2021. Marc Ginsberg et son organisation, Coalition for a Safer Web, ont affirmé que Telegram avait violé les politiques de Google contre le « discours de haine », rapporte MediaPost. L’ancien ambassadeur des États-Unis a affirmé que Telegram héberge de contenus dangereux proférés par des suprématistes blancs et des néo-nazis. Son organisation et lui avaient alors décidé de porter une action en justice contre Google lui demandant de supprimer Telegram du Play Store. Aussi, le diplomate américain a-t-il réclamé des dommages-intérêts, car dit-il, Google lui avait causé par négligence une détresse émotionnelle en autorisant l’application sur le Play Store, et avait violé une loi californienne concernant les pratiques commerciales déloyales en n’appliquant pas ses directives aux développeurs.

À lire : Siri, Hey Google ou Alexa accusés de racisme

Se basant sur l’article 230 qui protège Google de toute responsabilité pour le contenu créé par des tiers, la juge de la Cour de district des États-Unis pour le district nord de la Californie, Beth Labson Freeman a rejeté toutes les réclamations des plaignants. « Les plaignants n’allèguent pas que Google a aidé à développer Telegram ou créé l’un des contenus en ligne à l’origine de ce procès », a-t-elle déclaré. Selon la juge fédérale, même sans l’article 230, Marc Ginsberg n’aurait pas été en mesure de poursuivre ses réclamations pour plusieurs raisons, notamment parce qu’il n’avait pas montré comment la non-suppression de Telegram par Google lui avait causé une détresse émotionnelle.

À lire : Google sommé de retirer la vidéo anti-islam "L’Innocence des musulmans"

« Bien que le tribunal soit sensible aux appréhensions de l’ambassadeur Ginsberg concernant la violence à motivation religieuse, le lien présumé entre la conduite de Google et la détresse émotionnelle de l’ambassadeur Ginsberg est trop atténué », a-t-elle écrit dans une décision de 14 pages, ajoutant que les allégations concernant les violations de la loi californienne sur la concurrence déloyale — même si elles se révélaient justes — ne montreraient pas que le diplomate américain avait subi un préjudice économique.

Sujets associés : États-Unis - Droits et Justice - Procès

Aller plus loin

Le Maroc part en guerre contre Facebook et Google

Avec ses 16 millions d’utilisateurs au Maroc, Facebook réalise des bénéfices records dans le pays. Les autorités marocaines comptent bien demander leur part du gâteau.

Un Marocain corrige Google

Le jeune prodige de l’informatique Amine Aboud, 19 ans, qui s’est illustré depuis son enfance par la traque des vulnérabilités sur Internet, aujourd’hui PDG d’une société de...

Siri, Hey Google ou Alexa accusés de racisme

Le racisme toucherait également la reconnaissance vocale des technologies de certains géants du numérique.

Google sommé de retirer la vidéo anti-islam "L’Innocence des musulmans"

Un tribunal américain vient de sommer, en appel, Google de retirer de son site de partage de vidéos YouTube, le film anti-islam "L’innocence des musulmans", dans lequel ses...

Dossiers :

États-Unis

Covid-19 : les États-Unis classent le Maroc comme pays à « faible risque »

Le Maroc est passé du niveau 3 au niveau 2 dans la classification liée au Covid-19 établi par les États-Unis. Le royaume est désormais considéré comme « pays à faible risque ».

Moulay Idriss Zerhoun, au Maroc, l’un des plus beaux villages au monde

Un village marocain figure dans le top 23 des plus beaux du monde. C’est ce qui ressort du classement d’un magazine américain spécialisé.

Sahara : Washington réaffirme son soutien au plan marocain d’autonomie

La sous-secrétaire d’État américaine Wendy Sherman a réitéré le soutien des États-Unis, au plan d’autonomie proposé par le Maroc pour une résolution durable du conflit du Sahara.

Nora Attal à l’affiche de la dernière campagne de Tory Burch

La marque américaine Tory Burch fait du mannequin britannique d’origine marocaine Nora Attal sa muse pour sa collection automne-hiver 2022.

Laila Harrak, le visage marocain de CNN International

Ancienne stagiaire de CNN International, la Maroco-néerlandaise Laila Harrak a capitalisé des années d’expérience professionnelle dans plusieurs autres chaines de télévision avant de rejoindre le réseau américain à Atlanta.

Droits et Justice

Amine Leknoun : mort sous les balles de la police

Le 30 août 2022, Zineb Kerrad reçoit une visite inattendue qui bouleversera sa vie. Cinq policiers lui apprennent que son fils, Amine Leknoun, âgé de 23 ans, a été mortellement touché par le tir d’un membre de la brigade anticriminalité (BAC) de...

France : un Marocain égorgé à Pont-Saint-Esprit

Un Marocain de 44 ans a été abattu à Pont-Saint-Esprit dans le Gard le 18 mai dernier. Deux suspects ont été mis en examen pour assassinat.

Retours forcés des mineurs : le cas du jeune Achraf devant la justice

Le procureur de Sebta a ouvert une enquête sur le cas du jeune Achraf renvoyé au Maroc après avoir rejoint l’Espagne à la nage. Il a demandé la vidéo non éditée de Reuters qui retrace la scène de l’accueil puis du retour de l’adolescent et dans...

Maroc : un imam appelant à se rebeller condamné

Accusé d’avoir incité ses pairs à manifester, l’imam Saïd Abou Ali, en détention, a vu sa peine réduite en appel à trois mois de prison ferme.

Procès de Hassan Tazi : des révélations qui pourraient tout changer

La confrontation entre les accusés se poursuit dans le cadre du procès du célèbre chirurgien esthétique, Dr Hassan Tazi, propriétaire de la clinique Chifaa, incarcéré pour notamment traite d’êtres humains, abus de faiblesse et escroquerie. Des...

Procès

Du nouveau dans le procès du chef présumé d’un trafic de drogue en fuite au Maroc

Le procès du « supermarché de la drogue » de Saint-Ouen se poursuit devant le tribunal judiciaire de Bobigny (Seine-Saint-Denis) en l’absence du chef présumé du trafic parti au Maroc en janvier 2021. Il n’a toujours pas été interpellé.

Des gendarmes marocains devant la justice

24 gendarmes, dont des colonels, sont poursuivis pour leur implication dans une affaire de blanchiment d’argent. Leur procès s’est ouvert devant le tribunal de première instance de Rabat, ainsi que les tribunaux de Fès, de Casablanca et de Marrakech.

Tétouan : le directeur d’une banque emporte l’argent de ses clients

En attendant son procès, le directeur d’une agence bancaire à Tétouan, soupçonné d’être derrière un détournement de fonds, a été écroué sur décision du juge d’instruction chargé du dossier.

Schizophrénie et crime : le procès d’un Marocain aux Mureaux

Un Marocain de 27 ans comparaît devant la cour d’assises des Yvelines pour le meurtre de Moustapha A. (44 ans) dans la soirée du 22 décembre 2019, aux Mureaux. Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

France : condamné pour viol mais innocent, un Marocain bientôt réhabilité

En France, Julie D., une jeune fille qui avait accusé en 1998 Farid, adolescent marocain, de viol et d’agression sexuelle, a fait des confessions déconcertantes qui innocentent l’accusé. Un soulagement pour le garçon devenu père de famille, qui sera...